Avis de recherche, éditions de l’Atelier Mosésu

4
1242

Un nouvel éditeur fait son apparition dans le monde du funéraire, très bien. Mais lorsque celui-ci s’exprime d’une voix toute à fait singulière, tout à coup, on dresse l’oreille. Menotté au radiateur, une lampe dans les yeux, l’annuaire des Yvelines dans les pognes, on a procédé à l’interrogatoire du principal suspect.

Suspect :

Mousse-Sébastien-200x300 Avis de recherche, éditions de l'Atelier Mosésu
Sébastien Mousse : ne vous fiez pas à son air angélique, ce gars là fréquente les plus grands esprits criminalo-littéraires de France

Sébastien Mousse, 42 ans, thanatopracteur polyvalent, marié, père de famille. Fiche Europol : néant. Avis de recherche par le FBI : néant. Signes particuliers : « J’ai environ 5000 livres dans mon bureau, tous les San Antonio dans presque toutes les éditions, déjà ». Un dangereux activiste, donc. L’individu est armé d’un débit de mitrailleuse Thompson et animé d’un solide enthousiasme, dont il n’hésitera pas à se servir.

Audition :

« Je suis thanatopracteur dans une entreprise familiale, ce qui fait que je fais en fait un peu de tout. Polyvalent, donc ». Un peu court, jeune homme. Arrête de nier, on a tes empreintes. « Je suis aussi illustrateur, je me suis essayé à l’écriture, et je suis créateur, directeur de collection et fais office de directeur littéraire des Ateliers Mosésu ». Ca y est, il a lâché le nom de son gang. Oui, oui, ton baveux arrive, mais dis moi entre nous, qu’est-ce que vous manigancez ?

Alias :

« Avec l’aide d’amis auteurs, je vais lancer un personnage, Luc Mandoline » d’accord, n’essaie pas de nous refaire le coup de Kaizer Sauze, on ouvre grand nos esgourdes « Luc Mandoline est thanatopracteur, ancien légionnaire, qui a eu une vie tumultueuse. Si il est une chose qu’il a retenu, c’est que ses collègues ont beaucoup de mal à prendre des vacances, car trouver un remplaçant n’est pas chose aisée, lui, il est totalement polyvalent dans le funéraire, de creuser une fosse, en passant par faire les soins de conservations, recevoir une famille ou diriger une cérémonie, il a tout fait, même conducteur de four…Il décide donc de remplacer les copains. Il bosse quand il veut, et comme dans le bon vieux temps, il voit du pays. »

Coup en préparation :

Visuel-4-de-couv-l-embaumeur-150x300 Avis de recherche, éditions de l'Atelier Mosésu
Luc Mandoline. Il a les moyens de vous faire parler. Et taire, aussi…

« Je suis un fan de la série Le Poulpe. Et je regrettai de ne pas voir de personnage récurrent, en France en tout cas, dans le milieu du funéraire. C’est de là qu’est venue l’idée de Luc Mandoline. Comme le Poulpe, chaque roman sera écrit par un auteur différent, avec son style et son univers, qui devra juste respecter un cahier des charges concernant Luc Mandoline et certains personnages récurrents. » On le trouve où, ton gars, là ? « Le premier se passe en Guyane, dans le milieu des orpailleurs. Il faut noter que l’écriture du projet a commencé avant l’affaire de ces deux gendarmes assassinés. » Pour le premier Luc Mandoline, c’est l’écrivain Michel Vigneron qui ouvre les hostilités, et Frank Thilliez soi-même qui préface.

Lire aussi :  La terre promise, le nouveau Lucky Luke

Modus opérandi :

« L’idée, c’est de lancer une série qui puisse se collectionner, donc de soigner le livre, avec une présentation et une maquette qui plaise. Et puis, chacune pourra découvrir Luc Mandoline à travers un auteur qu’il connaît, et, s’il continue la série, découvrir d’autres auteurs. » Mais l’idée est véritablement d’offrir un bon texte dans un bel objet. Un bouquin, un vrai.

Complices connus :

L-atelier-Mosesu Avis de recherche, éditions de l'Atelier Mosésu
Le signe du Gang

Dis moi, Vigneron, Thilliez… On les connais ces gars là, qui sont tes autres complices ? « Le second tome sera écrit par Hervé Sard et préfacé par Pascal Dessaint. Le troisième sera écrit par Claude Vasseur et préfacé par San Antonio ». D’accord, les gars, on ne panique pas, on prévient le RAID, le GIGN, et on demande le SWAT en renfort. Il y en a d’autres ? « des auteurs de styles différents comme Maxime GILLIO, Jess KAAN, Stéphane PAJOT, Elena PIACENTINI, Johann MOULIN,  Luc DOYELLE, Sophie JOMAIN, Pierre BRULHET, Michaël MOLONSKA, Didier FOSSEY, Gaëlle PERRIN, Philippe DDECLERCK, Jean-Christophe MAQUET, Lucienne CLUYTENS etc ont déjà accepté de faire un épisode de la série »

C’est plus une maison d’Editions, c’est le syndicat de crime.

Complicités internes :

PBOOK002-1-206x300 Avis de recherche, éditions de l'Atelier MosésuEt pour la communication, la logistique, bref, la survie de base dans la jungle, la mafia, le milieu littéraire ?« Pour la distribution, on met des choses en place. Dans un premier temps, je vais me débrouiller moi-même, avec l’aide de de libraires indépendants, avant de se faire référencer à la FNAC ou sur Amazon. Maxime GILLIO, écrivain co-fondateur de Exquismen, entreprise spécialisé dans la communication, média des métiers du livres, David BOIDIN, et Benjamin BERDEAUX, les X-Men se sont eux penchés sur la maquette, la mise en page et l’impression.”

Néant. Après avoir mis en place l’Embaumeur, le suspect compte bien récidiver avec une autre collection, Post Mortem, avec Bérangère Soustre de Condat-Rabourdin, sur la médecine légale et les tueurs en série. Mais on avocat étant entré dans la pièce à ce moment là, on a dû négocier l’oubli momentané de cette partie là dans le procès verbal en échange du retrait de sa plainte pour brutalité journalistique. Ce n’est pas très grave : on a l’individu dans le collimateur, on va surveiller tout le gang de près.

Lire aussi :  La Petite Gomme : l'aide au deuil par la création et le souvenir
4-de-couv-Michel-222x300 Avis de recherche, éditions de l'Atelier Mosésu
Quatrième de couverture du premier tome

 Luc mandoline,

tome 1 “Harpicide”

Editions l’Atelier Mosésu

Auteur : Michel Vigneron

Préface de Franck Thilliez

livre de poche

9, 95 euros

Sortie : novembre 2012

Mais ne vous inquiétez pas : on vous préviendra de la disponibilité, on vous dira ce qu’on en pense, et on vous indiquera aussi les dealers ou vous pouvez vous le procurer.

Message laissé par un indic, Michel VIGNERON :

Le directeur collection, Sébastien Mousse, fait partie de ces personnes que je ne connais que virtuellement et pourtant le courant passe très bien. Au fil des années j’ai pu constater combien il était cinglé (et j’adore ça) et que nous avions pas mal de points de commun.
Lorsqu’il m’a présenté le projet « l’Embaumeur » au cours du premier trimestre de cette année, je n’ai pu m’empêcher de sourire ;  l’initiative était à l’image du personnage Mosesu : complètement barré !
Bien sûr les délais étaient courts, mais cela collait parfaitement avec l’idée que j’avais en tête et le cahier des charges de la série à naitre. Le texte devant être ramassé (250.000 signes environ) et rythmé, il me fallait l’écrire rapidement.
C’est pour ces raisons que je n’ai pas hésité une seconde à me joindre à l’aventure ! Et pour l’envie, Le concept, sans hésitation.
Mettre en scène un embaumeur itinérant, ancien légionnaire, et lui faire vivre des aventures sans lien aucun avec sa profession… il faut reconnaitre qu’il fallait oser !
Et pour moi qui voulais écrire un roman ayant pour théâtre la Guyane – région dans laquelle je vis avec ma famille depuis maintenant deux ans – c’était du pain béni : il faut savoir que la Légion étrangère (3ème REI)  est présente ici dans le cadre du plan Harpie et de la protection des tirs programmés par le Centre Spatial Guyanais.
L’Embaumeur m’aura offert tous les ingrédients nécessaires à l’écriture d’un roman d’aventure en Guyane !
Merci Sébastien et longue vie à Mandoline.

Votes !

4 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE