Corbillard : pour éviter le coût de pompe

0
1452

Faire des économies sans baisser la qualité : voilà un challenge difficile, mais primordial, en ces temps de crise ou les dépenses se resserrent. Facteur de dépense important, le parc automobile pourrait faire l’objet d’une optimisation

Non pas réduire, mais optimiser

corbillard-moderne-300x117 Corbillard : pour éviter le coût de pompeCorbillards, véhicules de transports de corps, voitures de fleurs ou de suite, camions de marbrerie, la flotte de véhicules, et donc son coût, est directement proportionnelle à l’activité d’une société de pompes funèbres. Plus celle-ci est importante, plus le besoin en véhicules, et donc le budget, s’accroît.

Carburants, pièces d’usure, entretien courant, assurances : ces véhicules sont consommateurs de budget, et indispensables au fonctionnement de l’entreprise. Pourtant, en se penchant sur ce poste, l’on se rend compte que certains comportements sont trop dispendieux, et pourraient faire l’objet d’économies peut être pas colossales, mais mises bout à bout, non négligeables sur un budget annuel.

Première étape : la connaissance

La toute première chose est d’expliquer à l’équipe pourquoi et comment faire. Une réunion sur les coûts de carburants ne serait pas inutile. Surtout, un cours magistral d’économie de base sur la corrélation entre les tarifs à la pompe et les négociations salariales, percutant. La plupart des salariés comprennent bien ces problématiques, mais un petit point sur la situation peut servir d’appel à l’esprit d’entreprise.

L’usure des véhicules et la consommation de carburants dépendent directement du mode de conduite. Adapter une conduite économique s’avère payant, puisqu’en appliquant quelques règles de base, le gain immédiat va de 15 à 30 %. Privilégier les rapports de vitesse élevés, en usant du sous-régime au maximum, utiliser le frein moteur, accélérer doucement plutôt que de faire grimper le moteur en régime : voilà les meilleurs façons de réaliser des économies substantielles de carburant, mais aussi de freins.

Lire aussi :  Assises du funéraire : La conclusion passionnée de Damien Le Guay

Deuxième étape : réinventer la roue

hearse-300x238 Corbillard : pour éviter le coût de pompe
Le sous-gonflage des pneus est source de coûts supplémentaires

Ne surtout pas hésiter à faire le tri dans les solutions techniques qui s’offrent à vous. Si certains systèmes sont efficaces, d’autres en revanche n’apportent rien.

Les éco-pneus, par exemple : en optimisant la friction entre le véhicule et la route, ces pneumatiques verts sont censés faire réaliser des économies. Celles-ci sont modestes : environ 3 % de consommation en moins. A vous de faire le calcul du surcoût de ce type de pneumatiques et du gain effectif en fonction du kilométrage. Par contre, il est important de savoir qu’un sous gonflage des pneumatique, éco ou non, entraîne une surconsommation de 1 % de carburant par tranche de 0,1 bars de différentiels. Vérifier régulièrement la pression des pneumatiques sur l’ensemble du parc peut s’avérer payant (sur un pneumatique en bon état, la perte naturelle de pression est de 0,1 bars tous les mois).

Troisième étape : trier les solutions

Etes vous une entreprise urbaine ou rurale ? Si vous roulez beaucoup en ville, surtout dans les grandes agglomérations, un système stop and start peut s’avérer utile. Les constructeurs qui équipent leur véhicule de ces équipements annoncent un gain d’environ15 % de carburant, chiffre que semblent approuver les testeurs automobiles.

Même chose pour les moteurs hybrides : rentables en ville, ou la batterie prend la relève du moteur aussi souvent que possible et se positionne en appoint au démarrage, elles sont en revanche moins intéressantes en campagne, ou le moteur thermique, qui tourne en permanence à sa plage optimale, environ 4000 tours minutes, consomme plus en sollicitation unique.

Lire aussi :  15 Octobre : Journée mondiale de sensibilisation au deuil périnatal

Enfin, fuyez lorsque vous voyez des « économiseurs de carburant ». Ces dispositifs censés améliorer les performances du moteur en optimisant la combustion ne fonctionnent pas, la preuve : aucun constructeur n’en équipe ses véhicules. Face à leurs difficultés actuelles, nul doute qu’ils n’auraient pas hésité à mettre en avant cette économie supplémentaire pour leurs clients.

Quatrième étape : réfléchir

Écologie et économie sont deux mots qui vont très bien ensemble. On en oublie un troisième : sécurité. En expliquant aux chauffeurs que rouler moins vite fera économiser de l’argent à l’entreprise, et facilitera donc leur éventuelle augmentation de salaire en fin d’année, vous leur rendez service sur un autre point.

Parce que les économies d’essence, de pneus de freins, quels que soient les montants que vous sauvez, sont largement inférieurs au coût, financier, mais surtout moral, d’un chauffeur victime d’un accident sur la route parce qu’il roulait un peu au dessus de la vitesse limite, ses pneus un peu au dessous du gonflage recommandé…

Pour une série d’articles sur le sujet, si vous avez des idées éco, -nomiques ou -logiques, que vous appliquez dans votre société, n’hésitez pas à nous les transmettre, que nous les partagions.

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE