Devenir marbrier, comment se former ?

0
136
marbrier

Marbrier c’est un métier ! Entre le maçon, le fossoyeur et le tailleur de pierre, une profession complexe qui nécessite beaucoup de connaissances. Comment se former ?

Les métiers du marbrier

Les connaissances du marbrier se situent à la fois sur les métiers du bâtiment : couler du béton, assembler des éléments d’ouvrages avec des matériaux de liaison, se servir d’outils à main( pelle, truelle) et d’outils mécaniques (bétonnière, élévateur, pneumatiques) …

Connaissances étant utiles au coulage de caveau, à leur creusement, au montage d’un monument, à la réalisation d’un crépis, à la démolition d’un monument …

Mais elles seraient incomplètes sans une bonne connaissance de la pierre : reconnaître une pierre, savoir quel produit utiliser pour la nettoyer ou l’assembler, savoir avec quel outil la tailler, la polir, la percer, reconnaître le sens du lit …

Le marbrier funéraire se doit donc d’avoir des connaissances dans ces 2 domaines. Un maçon pourra s’orienter vers la marbrerie funéraire et apprendre en interne ce qui concerne la pose de monuments. Et inversement, le tailleur de pierre pourra apprendre ou perfectionner ses bases en maçonnerie dans une entreprise.

Mais un tailleur de pierre est un avantage pour une marbrerie. Ses connaissances permettront à l’entreprise d’élargir ses domaines de compétences avec la restauration de chapelles anciennes en pierre, ou la proposition d’éléments de constructions qui sont parfois demandés aux marbriers (encadrements de portes, œil de bœuf en pierre, etc…).

CAP, Bac Pro, Brevet Professionnel ?

Malheureusement aucune école ne prépare au métier de marbrier funéraire. Il y a bien le CAP Marbrier du bâtiment et de la décoration ou le CAP taille de pierre, mais le jeune qui se destinait à la taille de pierre pure sera certainement déçu d’intégrer une marbrerie funéraire. En effet, en marbrerie funéraire on ne transforme que rarement la matière. Matière qui se trouve être le plus souvent du granit, peu étudié en théorie car peu utilisé dans le bâtiment. Il sera peut-être plus intéressant pour lui d’intégrer une marbrerie de décoration, ou une entreprise de taille de pierre correspondant davantage à son métier.diplôme-300x228 Devenir marbrier, comment se former ?

Lire aussi :  Le point éco : L'assurance vie au coeur des réformes

Il y a aussi tous les diplômes de maçonnerie (CAP, Bac Pro, BP), mais qui s’avéreraient être incomplets du fait d’un manque de connaissances en pierre.

Cependant, le système n’étant pas trop mal fait pour les apprentis en alternance, un maçon, ou un tailleur de pierre, pourra choisir d’intégrer une marbrerie funéraire si tel est son choix d’orientation final afin de se former à ce métier.

L’autre solution, c’est la formation avec l’école de marbrerie funéraire de Funéplus. Disposant d’un cimetière pédagogique unique en France, l’école propose des formations de 4 à 5 jours permettant une véritable expérience de terrain. Un avantage indéniable pour les marbreries qui manqueraient de temps pour former des petits nouveaux !

Le terrain, et l’expérience, sont aussi les meilleurs des diplômes. Avec des bases en maçonnerie ou en taille de pierre, un salarié qui sait se servir des ses mains et des outils à sa disposition sera vite autonome.

Quelles qualités personnelles et professionnelles ?

MacGyver-200x300 Devenir marbrier, comment se former ?

  • Autonome, bricoleur
  • Pas peur du port de charges, du froid, de l’eau, de la mort (!)
  • Permis B au minimum, poids lourd encore mieux
  • CACES : grue auxiliaire, chariot élévateur, pelle mécanique
  • Expérience avec divers outils : polissage, burins, disqueuses …

Métier d’avenir ?

Est-ce un métier d’avenir ? Oui, que ce soit dans les grands groupes ou dans les petites sociétés familiales, les machines qui facilitent désormais le travail, ne peuvent toutefois pas encore fonctionner toutes seules. Il y aura donc toujours besoin de main d’œuvre.

Un salarié consciencieux et désireux d’entreprendre pourrait tout à fait se voir reprendre une société dont le gérant partirait à la retraite.

Lire aussi :  Legacy.com : Le Facebook des morts, la nécrologie à l’américaine

Enfin, marbrier présente l’avantage d’être un métier très polyvalent, avec des chantiers différents, tant pour les particuliers que pour les communes. De l’extraction de la pierre en carrière, à la pose de monuments, la gravure ou la sculpture : le métier peut être complété par de nombreuses compétences qui seront forcément recherchées.

Et puis, se dire que l’on bâti la dernière demeure de centaines de personnes, c’est beau non ?

 

Ecole Funéplus : http://www.ecole-funetique.fr/PAGE_ECOLE_FUNETIQUE_ETCF.awp#A58

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE