Embaumer des cadavres, un métier d’avenir

4
674

C’est le secteur porteur du monde funéraire : la thanatopraxie, ces soins de conservation qui permettent de préserver temporairement les défunts de la décomposition naturelle – une sorte d’embaumement à durée limitée – attire. Elle est même “victime d’un succès médiatique”, à en croire Florence Fresse, déléguée générale de la Fédération française des pompes funèbres (450 entreprises, petites et moyennes).

1739055_3_9a74_portee-par-le-succes-de-la-serie-six-feet_8eb8c23cc5b5de770a248bda6111b8f7 Embaumer des cadavres, un métier d'avenir

La série “Six Feet Under”, lancée en France en 2001, y est pour beaucoup, qui dépeint avec un humour grinçant le quotidien de Fisher and Sons, entreprise funéraire où se pratique la thanatopraxie. “Les Experts” et autres séries mettant à l’honneur la médecine légale en ont rajouté, de même que l’émission “Vis ma vie” avec un thanatopracteur, diffusée à une heure de grande écoute.

viaEmbaumer des cadavres, un métier d’avenir.

Votes !
Lire aussi :  Review : Ça s'est passé cette semaine sur Funéraire-Info

4 COMMENTAIRES

  1. Cette dame m’a contactée pour avoir “des renseignements” à propos de la Thanatopraxie. Je les lui ai donnés, ils constituent même la plus grande part de son article, sans qu’elle prenne la peine de me citer. Par contre, en aucun cas je n’ai tenu les propos qu’elle m’attribue. Je lui ai expliqué au contraire que parler des tarifs n’avait pas de sens parce que d’une part ils sont libres et d’autre part ils varient d’une région à l’autre et d’une entreprise à l’autre.
    Alors être prudent avec les journalistes, mesurer ses paroles et refuser de répondre à certaines questions ne sert à rien parce qu’au final on nous fait dire n’importe quoi.
    Ça en deviendrait presque décourageant, mais ce n’est pas la première fois que je rencontre ce genre de problème. Il y a quelque temps, une autre journaliste m’a citée elle aussi en me prêtant des paroles sorties tout droit de son imagination et même un jeu de mot de très mauvais gout sur les Thanatos qui ont du sang froid. Elle a titré cet article “Elle soigne les morts”. Dans le même genre, il y a quelques années, j’avais eu droit à “le Thanatopracteur est en quelque sorte le dernier maillon de la chaîne de la vie”. Bon, sur le moment ça énerve et puis ça passe… C’est le jeu. Par contre, je le répète encore une dernière fois: JE N’AI JAMAIS DIT CA!

     
  2. Laisse dire, les critiqueurs sont souvent ceux qui ne connaissent rien des métiers du funéraire…Ce genre d’insultes, je l’ai aussi cotoyé il y a un an, je ne dirai pas “subi” car je n’ai rien à faire des commentaires d’individus qui parlent de choses qui les fascinent…Faut les inviter une fois pour une p’tite “formation”… Mais auparavant, les envoyer au collège, peut-être même à l’école primaire.

     
  3. Bonjour à tous et à toutes! J’aimerai rebondir sur cet article qui ressemble à beaucoup d’autres… Et c’est vraiment désolant à force de voir ça.
    Étant étudiante pour devenir thanatopracteur j’ai juste quelques précisions à donner déjà la première c’est que cette série qui est soit disant connue par tout le monde attire dans cette branche pour ma part je ne connais pas cette série et je ne souhaite pas la connaître…
    Dans un second temps les reportages genre vis ma vie ou tellement vrai vous savez il prenne les personnes qui ont bien envie de prendre
    Dans un troisième temps j’ai été interviewer mais l’article était très claire et il y avais rien qui portait à confusion ou des propos qui n’ont pas été dit qui ont été imprimé
    Et pour finir, je pense que tout cet effet mediatique comme certaine personne le voit n’a rien à voir avec le désir de faire ce métier au contraire soit c est par passion soit c’est parce que on es issu du milieux funéraire. Voilà pour ma part c’est tout ce que javais à dire et thanatopracteur c’est un très beau métier.

     
  4. voici le message que j’ai envoyé quelques jours après la parution de cet article à son auteur Madame/mlle Pascale Krémer :

    Bonjour,

    Je viens de lire avec mon amie votre article dans le monde.fr du 27/07/2012.
    C’est avec consternation que vous me réapprenez mon métier, que je pratique avec passion depuis cinq ans (je suis agé de 23 ans).
    Je doute que vos recherches concernant la thanatopraxie soient allées plus loin que Paris. La Thanatopraxie est un art, que les familles demandent et apprécient. Vous avez aussi l’air de mépriser les pompes funèbres qui dans 90% des cas pratiquent leur métier avec passion, respect des familles et des défunts.
    Je vous invite donc à vous documenter une nouvelle fois sur le sujet.
    Merci de votre compréhension,
    Je reste à votre entière disposition.

    06.63.43.18.58

    C’était il y a deux mois

    Deviner quoi : pas de réponse…

     

LAISSER UNE RÉPONSE