Embrun | Polémique autour du cimetière des prisonniers corses de Napoléon

0
441

C’est une histoire sur laquelle la loi du silence a longtemps régné. Elle lie les destins des habitants d’Embrun et d’Isolaccio-di-Fiumorbo, village de la plaine orientale corse. Et comme dans beaucoup d’histoires, il a fallu creuser dans le passé pour que les fantômes sortent de l’oubli.Embrun est le nœud d’un drame qui a frappé les habitants d’Isolaccio, en 1808, sous Napoléon I er. À la suite de troubles, 167 hommes et garçons du village, âgés de 7 à 90 ans sont arrêtés sur ordre du général Morand. Ils sont exilés sur le continent et incarcérés à la maison centrale de détention d’Embrun.En quelques mois, plus de 100 d’entre eux vont y mourir. Tous auraient été enterrés dans le cimetière dit “des condamnés”, aux côtés d’autres défunts de la maison de détention, dans le quartier Sainte-Marthe. De ce cimetière, il ne reste aujourd’hui qu’un terrain privé orné d’un potager.

le-terrain-du-quartier-sainte-marthe-a-embrun-recele-dans-son-sous-sol-bien-des-secrets-apres-avoi Embrun | Polémique autour du cimetière des prisonniers corses de Napoléon

viaEmbrun | Polémique autour du cimetière des prisonniers corses de Napoléon.

Votes !
Lire aussi :  Devis obsèques à domicile : Que dit la loi ?

LAISSER UNE RÉPONSE