Ephéméride du 31 août

0
825
laurent_fignon_-300x208 Ephéméride du 31 août
Laurent Fignon

En 2010 nous quittait Laurent Fignon. Le cycliste avait remporté deux tours de France 1983 et 1984, et un tour d’Italie, en 1989. Il fait des débuts brillants dans le cercle amateur avant de commencer sa carrière dans l’équipe de Bernard Hinault. Equipier de Hinault dans le tour de France 1983, il se retrouve dans une équipe sans leader lorsque ce dernier abandonne. Il finit par s’imposer à l’Alpe d’Huez. Il remporte encore le tour l’année suivante. Après avoir remporté le tout d’Italie en 1989, il se fait ravir la victoire sur le tour de France par Greg Lemond. Sa carrière sera en dents de scie. Il meurt d’un cancer, dont il a reconnu qu’il pouvait être dû aux produits dopants qu’il avait pris en grosses quantités.

images2-150x150 Ephéméride du 31 août
Accident Lady Di

En 1997 mourait Diana Spencer. Dite Lady Di, la belle-fille de la reine d’Angleterre était devenue populaire grâce à un sens inné de l’utilisation des médias. People parmi les people, elle est la mère du prince William, second héritier dans l’ordre d’héritage de la couronne. Elle trouve la mort à Paris dans un accident de la route.

john_ford Ephéméride du 31 août
John Ford

En 1973 nous quittait John Ford. Réalisateur de génie, il décrocha par quatre fois l’Oscar dans sa carrière. John Ford est considéré comme l’un des réalisateurs les plus importants de la période classique d’Hollywood (de la fin des années 1920 à la fin des années 1960). De tous les grands cinéastes américains il est celui dont l’influence est la plus considérable. Sa carrière embrasse celle des studios puisqu’il arrive à Hollywood au moment où les grandes majors se mettent en place et réalise son dernier film alors que ces majors commencent à être dirigées par des financiers. Malgré cela, il se considérait comme un salarié surpayé par ces studios pour faire des films dénués de son style afin de ne pas perturber les affaires de ses employeurs.

Lire aussi :  Décès un 16 novembre, éphéméride
220px-Baudelaire_crop Ephéméride du 31 août
Charles Baudelaire

En 1867 disparaissait Charles Baudelaire. « Dante d’une époque déchue » selon le mot de Barbey d’Aurevilly, nourri de romantisme, tourné vers le classicisme, à la croisée entre le Parnasse et le symbolisme, chantre de la « modernité », il occupe une place qui lui est propre dans l’histoire littéraire du XIXe siècle. Au cœur des débats sur la fonction de la littérature de son époque, Baudelaire détache la poésie de la morale, la proclame tout entière destinée au Beau et non à la Vérité. Comme le suggère le titre de son recueil « Les Fleurs du mal », il a tenté de tisser des liens entre le mal et la beauté, le bonheur et l’idéal inaccessible (À une passante), la violence et la volupté (Une martyre), entre le poète et son lecteur (« Hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère »), entre les artistes à travers les âges (Les Phares). Outre les poèmes graves (Semper Eadem) ou scandaleux (Delphine et Hippolyte), il a exprimé la mélancolie (Mœsta et errabunda) et l’envie d’ailleurs (L’Invitation au voyage). Il a aussi extrait la beauté de l’horreur (Une charogne).

 

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE