Film du week end “Le chemin sans retour”

0
823

Un petit film fantastique pour le week end ? Une plongée en profondeur dans les Grandes Forêts du Nord Américaines ? C’est ce que propose « Le Chemin Sans Retour »

The Blair Witch Project one again

le-chemin-sans-retour-film-volume-simple-4611-202x300 Film du week end "Le chemin sans retour"En 1999 sortait un film qui a marqué les esprits « The Blair Witch project », réalisé par deux inconnus, Daniel Myrick et Eduardo Sánchez. Et le film avait de quoi marquer les esprits, en tout cas des producteurs : réalisé pour moins de 10 000 dollars, avec des acteurs totalement inconnus, il en rapporta 800 millions, à ce jour, entre le cinéma et les DVD. Grâce à une nouvelle méthode qui ferait ses preuves : un marketing internet aussi bien conçu que viral. Le Projet Blair Witch utilisait des liens qui renvoyaient sur un site, ou l’histoire était expliquée. Témoignages, interviews, photos d’époques (truquées, bien entendu), tout était fait pour plonger le spectateur dans le bain, avec un parti-pris : présenter tout comme authentique.

« The Blair Witch Project » a aussi pour particularité d’avoir relancé la mode du « Found Footage » ou « film trouvé » reposant sur une idée simple : le principal protagoniste a disparu, ou été retrouvé éparpillé façon puzzle, mais fort heureusement il avait son caméscope, voyons voir ce qu’il y a sur la cassette.

Heureusement, « Le chemin sans retour » n’est pas un found footage, vous échapperez donc aux céphalées et nausées provoquées par l’écran qui ne cesse de bouger, et vous échapperez aussi à l’ennui profond qui se dégage de ces productions depuis « Paranormal Escroquery », pardon, « Paranormal Activity ».

Merci Blair Witch et le Magicien d’Oz

L’histoire est simple : en 1940, la population entière d’une petite ville américaine emprunte, sans que l’on saches pourquoi, un sentier qui s’enfonce profondément dans la forêt. On ne les reverra jamais, et les autorités étouffent l’affaire. En 2010, un groupe décide lui aussi de suivre ce sentier, pour comprendre ce qu’il s’est passé, et écrire un livre.

Lire aussi :  Chronique films d'animation : Le Magasin des suicides

Ce qui change, par rapport aux films habituels de campeurs dans la forêt, c’est que l’équipe possède une intelligence, une expérience, et est organisée. De l’écrivain qui n’en est pas à sa première expédition, au psychologue qui évalue constamment le groupe, en passant par le topographe ou le forestier, ce sont des gens pragmatiques qui remplacent les habituels teenagers insupportables.

Et le film manie l’ellipse à un point rarement vu dans ce type de productions. On en remercie le réalisateur, qui ne passe pas dix minutes à s’appesantir sur les geignements du groupe dont un membre s’est fait trucider. Parce que, oui, dans le « Chemin sans retour », bien entendu, les membres de l’équipe sont décimés les uns après les autres. Pas par une sorte de monstre cannibale caché dans la forêt : le film refuse la banalité, et s’inspire du « Magicien d’Oz » dont il livre une vision littéralement infernale.

Alors, à voir ou pas ?

A voir si vous aimez le genre. Le métrage est suffisamment bien fourni en mystères pour vous faire passer un bon moment, et surtout, chose plaisante, ne prend pas son spectateurs pour un imbécile. Les références sont nombreuses, jusque la fin, qui cligne de l’oeil vers « l’Antre de la folie » de Carpenter, et vers le « Magicien d’Oz », bien sûr.

A fuir, par contre, si vous aimez qu’on vous explique bien tout à la fin. Toutes les pièce du puzzle sont en place, à vous de les assembler et d’interpréter à votre façon ce que vous aurez vu.

Dans tous les cas de figure, le métrage est suffisamment bien filmé pour que vous profitiez des paysages, ces grandes forêts du Nord Américain, et rien que la promenade sylvestre vous fera passer un bon moment. Vous pourrez aussi relever les petites incohérences (« Mais pourquoi ils font ça ? ») qui gâcheront la joie du spectateur le plus attentif. Un bon film d’ambiance, en somme.

Lire aussi :  Vacances de la Toussaint : Occuper les enfants
“Le chemin sans retour” (“Yellowbrickroad”) est disponible partout en DVD et Blu-Ray
Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE