GESCIME, Gestion de cimetière, un métier, une passion : interview (deuxième partie)

1
1275

Suite de notre rencontre avec GESCIME, société de gestion de cimetières à destination des collectivités territoriales.

La première partie de l’interview se trouve ICI

Soulever des problématiques

Logo-seul-300x296 GESCIME, Gestion de cimetière, un métier, une passion : interview (deuxième partie)Lorsque le logiciel est installé, une formation est mise en place, sur la législation, les procédures… « Notre formateur est également chargé de veille réglementaire. Sitôt qu’une nouvelle législation intervient, nous pouvons ainsi la mettre en œuvre ».

« Des mairies nous consultent aussi sur la faisabilité de projets d’équipement. Nous envisageons alors autant l’aspect technique que juridique. »

Et l’outil principal, le logiciel, est traité de la même façon. « Un client nous a demandé des aménagements spécifiques, et nous les lui avons créés. Ces améliorations ont aujourd’hui installées sur l’ensemble de notre réseau. Lorsque l’on nous suggère une amélioration ou une bonne idée, tous nos clients en profitent. »

Le futur, c’est tout à l’heure

GESCIME travaille constamment à l’amélioration de ses services, et du confort de ses clients. « Nous avons l’idée de centraliser les informations de tous les cimetières, pour que chacun, depuis le net, puisse savoir ou une personne est inhumée. Nous proposons aussi des bornes d’accueil, dans les cimetières, pour localiser des sépultures. Nous travaillons également à des applications sur tablettes, pour que le gardien du cimetière, les employés, puissent accéder aux données sans avoir à revenir au bureau chercher dans les registres. »

« On ne sous-traite rien » intervient Thierry LE SCAO, « Nous sommes une société Brestoise, et tout est fait d’ici, à Brest. Ça n’aurait pas été possible sans l’internet, et plus encore le haut débit. » Au tout début, pourtant, tout se faisait ”à la main”. « Une fois, j’étais parti installer le logiciel chez un client de la région nantaise, à l’époque, c’étaient des disquettes, il y en avait 11. Arrivé sur place, après plusieurs heures de route en voiture, une des disquettes était endommagée. J’ai dû repartir, pour en refaire une, et revenir le soir pour installer. » Les débuts de la société tiennent du roman d’aventures, par certaines anecdotes.

Et tout n’a pas toujours été simple.

Étapes sur une ligne continue

« Au tout début », explique Thierry LE SCAO, « on avait un petit capital, qui nous interdisait l’accès à certains appels d’offre. Nous étions une trop petite structure. L’avancée de la société a tenu à différentes étapes cruciales. La première charnière, ça a été lorsque nous avons obtenu le marche d’Issy-les-Moulineaux. Jusque là, nous avions essentiellement des cimetières de petite taille, relativement, c’était notre premier pôle d’importance. Angers a suivi. Entre-temps, nous avons organisé une levée de fonds, qui nous a permis d’augmenter le capital et ainsi accéder à des appels d’offre importants. » Le tout en fidélisant les clients déjà existants « la troisième évolution d’importance, c’est lorsque nous avons décroché le marché de Strasbourg. »

La société, forte de quinze collaborateurs, poursuit son ascension, sans jamais dévier de sa ligne. « Pas de sous-traitants, pas de communication… » Mais au fait, pourquoi pas de publicité ? « Nous avons opté pour la prospection directe, et nous sommes bien servis par le bouche à oreille. On n’a rien contre en soi, simplement, nous avons préféré mettre les moyens dans le développement plutôt que dans la communication. » La société met en avant son atout maître, son expertise, face à des concurrents qui sont avant tout des sociétés de logiciels pluridisciplinaires. Petit à petit, ils remplacent les applications par le leur. Mais au fait, combien de clients font le chemin inverse, quittent GESCIME pour la concurrence ? Thierry LE SCAO et Véronique POSTEC se regardent, interrogatifs, avant de répondre « depuis 1999 ? Aucun ».

Il est temps, donc, de se plonger plus attentivement sur la gamme de services GESCIME.Nous vous proposeront très prochainement le test du logiciel.

Vous pouvez accéder à leur site Internet en cliquant sur la bannière

banniere-gescime-1024x104 GESCIME, Gestion de cimetière, un métier, une passion : interview (deuxième partie)

Votes !
Lire aussi :  Carnet du jour, nécrologie et les avis de décès du 7 octobre

1 commentaire

  1. Bonjour, Je me présente je m’appel Alain BOUTRY J’ai été gestionnaire du cimetières Ancien à la ville de Neuilly sur Seine , j’ai travaillé sur 4 logiciels, édilogue en 1998, ogf , cimetière de france et logicime.
    Je serais intéressé de connaitre votre logiciel, afin de pouvoir me proposer mes services dans la mesure ou je suis à la retraite et disponible pour travailler dans des communes ou ville pour la gestion de cimetière.
    Je suis aussi membre de l’ ANAPEC (association Nationale des Personnels de Cimetière, je me suis rendu à votre stand lors du salon des maires 2011 porte de Versailles avec le président de l’anapec.
    Je vous laisse mes coordonnées téléphonique: 06 13 82 74 77
    Revevez mes salutations distinguées
    Alain Boutry

     

LAISSER UNE RÉPONSE