Il ne faut pas confondre délation et dénonciation

16
4189

En commentaires, sur notre site, il nous a été donnés de voir, concernant l’affaire du thanatopracteur de Perpignan, des accusations de « délation ». Fort heureusement, notre sémanticien favori était d’humeur à faire un cours magistral.

delation1 Il ne faut pas confondre délation et dénonciationUn homme entre dans un commissariat, et annonce qu’il souhaite « dénoncer des faits » : selon que vous serez plus ou moins partie prenante, ou plus ou moins bien luné, vous serez enclin soit à applaudir ce brave citoyen désireux de vois s’appliquer la justice, soit dégoûté devant ce sinistre individu qui rappelle, allons-y pour le cliché, « les heures les plus sombres de notre histoire ». Pourtant, il y a un distinguo à faire entre délation et dénonciation, subtil et moral, mais important pour que le droit s’applique.

Il faut dire que nous avons, en matière de délation, un passé, voire un passif : les rafles juives durant la seconde guerre mondiale. Elles sont toujours enseignées en bonne place à l’école, et c’est juste : ces heures là ont valeur d’exemplarité, et il est bon de connaître l’Histoire afin d’éviter qu’elle ne se reproduise.

Doit-on pour autant cesser de dénoncer ? Non, bien sûr. La seconde guerre mondiale fourmille d’exemple de délation, et non de dénonciation, et le meilleur moyen de faire le distingue entre les deux est de se demander pourquoi on le fait.

Ne prenons pas d’exemples trop lourds. Prenez votre voisin. Celui que vous n’aimez pas trop, sans raisons. Il y en a toujours un, dont la tête ne vous revient pas sans que vous sachiez trop pourquoi. Dans un coin de son jardin, à l’abri des regards, il a construit un abri de jardin, une belle pièce, électrifiée, tout confort, mais vous savez, en fin connaisseur des règlements municipaux, qu’il l’a faite sans déclaration ni autorisation, donc en toute illégalité. Vous l’avez découvert fortuitement, alors que vous étiez perché en haut d’un escabeau afin de tailler votre haie. Ce qui veut dire que personne ne le savait, et que donc, personne n’était dérangé par cet abri de jardin. Vous courez donc le dénoncer au cadastre.

Lire aussi :  Spécialistes et communautaires, l'avenir des pompes funèbres ?

C’est gratuit : oui, il a violé la loi, mais après tout, les contrôles existent, et c’est la faute des autorités si elles ne sont pas capables de veiller au respect des règles. C’est leur travail. Ni vous ni un tiers n’a subi de préjudice. En dénonçant votre voisin, vous voulez soit vous attirer des bonnes grâces (faciliter l’obtention du permis que vous avez vous-même demandé) ou juste l’ennuyer. Ni votre vie ni celle de vos autres voisins n’en sortira changée, mais celui que vous avez ainsi pointé du doigt devra payer une amende et démolir son abri.

C’est de la délation. Le voile pourpre de la honte peut se plaquer sans problème sur votre visage, ce n’est pas moi qui irai le dénoncer.

omerta Il ne faut pas confondre délation et dénonciationUn exemple vécu : prenez un collègue. Un que vous aimez bien, avec qui vous aimez boire un café et discuter de vos prochaines vacances. Vous le surprenez, un jour, à prendre des photos d’un cadavre nu. L’interrogeant de manière insistante, vous découvrez qu’il se fait ainsi une collection privée (pour quel usage, vous ne voulez pas le savoir) et vous supplie de ne pas le dénoncer.

Que doit on se dire, dans ce cas là ? Après tout, si c’est juste pour lui, le mort est mort, ça ne le dérangera pas, et puis les conséquences sont trop lourdes, je vais juste lui dire de ne pas le refaire et point barre ? Ou bien : non, c’est trop grave, je ne peu pas laisser passer cela ?

Évidement, la réponse correcte est la deuxième. Que vous le vouliez ou non, votre collègue est un pervers. Il manque du respect le plus élémentaire dû aux défunts, il manque à tous les devoirs de sa profession, il manque du plus élémentaire sens moral… Et qui sait jusqu’où il irait ?

Lire aussi :  Edito : uberiser les pompes funèbres, une fumisterie

Le dénoncer, dans ce cas, n’est même pas un choix, c’est un devoir. Parce que ce qu’il fait porte préjudice : au défunt lui-même, en manquant au respect qui lui est dû, à sa famille, à toute la profession qui se retrouverait éclaboussée, complice, finalement, et à vous : comment vous regarder dans une glace si, en vous taisant, vous lui donnez le permis tacite de continuer (même si il vous a promis : vous lui feriez vraiment confiance?).

C’est une dénonciation. Ce n’est pas un choix, c’est un devoir moral. Ne pas le faire, c’est vous rendre complice.

C’est difficile, de dénoncer. Quelque part, à cause de vous, votre collègue va perdre son emploi, sa réputation, se retrouver fiché comme délinquant sexuel. Vous vous heurterez peut être à l’hostilité de quelques non-comprenants handicapés du sens moral. Mais si vous ne le faites pas, c’est pire.

La différence entre les deux tient à sa propre morale et à l’estimation des conséquences. Vous savez que le pervers ne stoppera jamais et risque de monter en puissance. Vous savez que votre voisin ne va pas construire clandestinement une tour en béton de vingt étages pour stocker sa tondeuse à gazon.

Tout est question de mesure. Cela implique de penser. Espérons que réfléchir sur ce qui est moral ou non et prendre des décisions motivées et assumées ne deviendra pas trop vite une habitude désuète.

Votes !

16 COMMENTAIRES

  1. Pour être claire 🙂 le barjot nécrophile je le balance. Pour comprendre pourquoi une partie des Thanatos est plus choquée par la dénonciation que par le bennage de sang, il faut juste savoir qu’avant la loi sur les DASSRI, on en a tous benné quelques centaines de litres sans que ça dérange personne. Maintenant, l’immense majorité d’entre nous travaille en respectant la législation et on souhaite et moi la première que tout le monde la respecte. Mais en ce qui me concerne, j’aurais plutôt essayé de raisonner mon collègue. C’est pas une histoire d’omerta, juste d’état d’esprit.

     
  2. Pour être claire 🙂 le barjot nécrophile je le balance. Pour comprendre pourquoi une partie des Thanatos est plus choquée par la dénonciation que par le bennage de sang, il faut juste savoir qu’avant la loi sur les DASSRI, on en a tous benné quelques centaines de litres sans que ça dérange personne. Maintenant, l’immense majorité d’entre nous travaille en respectant la législation et on souhaite et moi la première que tout le monde la respecte. Mais en ce qui me concerne, j’aurais plutôt essayé de raisonner mon collègue. C’est pas une histoire d’omerta, juste d’état d’esprit. Ce Thanato n’est pas un mauvais garçon, il a juste fait des erreurs. C’est dur en ce moment, pour nous tous. J’excuse pas mais je comprends.

     
  3. Je te remercie Guillaume d’avoir pris le temps d’écrire cet article, il a le mérite d’être clair et de faire le distingo entre les deux termes qui , même si ils se ressemblent, n’ont ni la même portée ni la même signification .
    Tout en sachant que des amalgames peuvent être fait, il était nécessaire de bien cerner le problème qui nous préocuppe tous et d’en définir les limites une bonne fois pour toutes!

     
  4. J’ajouterais bien quelque chose mais je n’ai pas envie de recevoir encore un mail du President du SPTIS qui me demande de m’occuper de mes affaires.

     
  5. Moi je denonce des soins de thanatopraxie sous-traité 90 euros, et vendus par l’opérateur funéraire plus de 400 euros en semaine! Et je ne parle pas des majorations du week end! Mais ca doit en arranger certains..(soins hygeco, vendus bien cher par PFG par exemple). Et j’entends que tout va bien en bretagne sur France 2? Certains se graisse la patte, moi je dois assurer pour qu’un soins vendu bientot 600 euros un dimanche, justifie le prix demander). Je denonce, oui je denonce.

     
  6. Monsieur Landreau,

    Si vous m’aviez bien lu j’ai bien dit que j’ai toujours refusé de travailler pour ces deux enseignes donc la réponse à la question posée par Marie Drucker qui m’était adressée à titre personnel et non collectif a été claire , je n’ai pas ce type de problèmes avec MES clients puisque ni PFG ni Hygéco International ne faisaient partie de ma clientèle!
    Et les rares factures que j’ai faites à PFG quand ils n’avaient plus d’autres choix l’étaient au même prix que mes clients de tous les jours!
    En revanche il y a des thanatopracteurs qui acceptent de “travailler” à ces conditions en Bretagne et je les connais tous mais la question posée était à titre personnel et j’ai donc répondu en tant que tel!
    De plus j’ai bien essayé de rebondir mais j’ai été coupé au montage comme tous les interlocuteurs présents ce jour ci.
    Alors je vous propose de venir vous exprimer librement à la prochaine opportunité de ce genre et vous connaitrez ainsi les coulisses d’un enregistrement télévisuel où l’on arrive à vous faire dire des propos qui sortent de leur contexte et qui ne peuvent être que mal interprétés…Je ne doute pas un seul instant que vous ferez mieux que nous tous réunis et vous pourrez dénoncer tout ce que vous voudrez, je vous y encourage même!
    PS : Laissez moi vos coordonnées par mail et poursuivons la discussion sereinement et de façon dépassionnée si vous le voulez bien?

     
    • 1- Vous etiez le representant thanatopracteur, vous deviez donc repondre aux questions de maniere corporatiste et generaliste.
      2-Vous facturez les rares soins ogf pfg, au meme tarif que pour les autres, Mais le probleme c’est la marge des pompes pas vos facturation!
      Si l’on vends 150 euros le soin, le pompes ne doit pas facturer 450 euros par exemple.300 euro le coup de telephone, c’est inaxeptable. Il valait mieux refuser ses soins ogf à mon sens,.
      3- vous ne connaissez pas tous les thanatos qui travaillent a bas cout en bretagne, je ne vous crois pas, sinon vous connaitriez tout les salarié hygéco qui exerce en bretagne pour pfg .
      4- Conviez moi la prochaine fois à vous remplacer pour une telle mission, je me ferai un plaisir d’assumer cette mission.
      5- julien landreau thanatopracteur salarié a Rennes.

      Je ne pretends pas etre plus malin que les autres, mais je connais bien la poloche et ses coté obscures.

      Cher confrere,Cordialement.

       
  7. Si vous êtes aussi réactif sur un plateau télé qu’ici, je crains que l’émission ne soit pas assez longue vu que ce commentaire arrive plus de 3 mois et demi après ma réponse ! Ceci dit vous êtes libre de penser ce que vous voulez cher confrère, nous sommes en République ! Bonne journée !

     
    • Qu’importe mon assiduité a lire les forums.
      Sur le fond je n’accepte pas des marges ecoeurante de certain pompes sur des soins de conservation.Et vous? Il est frustrant de rater le coche sur ce sujet, il y a si peu de chance de l’evoquer a la television, meme si je sais que l’emission a etait coupée et montée. Reste que j’ai bien entendu que tout va bien en bretagne sur france 2 lors de cette emission, et ca le grand public la comme moi entendu helas…A dans 3 mois.

      J.landreau

       
  8. Ce n’est pas en restant dans votre coin à me repprocher tous les maux de la terre que vous ferez quelque chose pour faire changer celà, si vous êtes insatisfait rejoignez nous et discutons en au lieu de s’étriller sur un forum car ce n’est ni constructif ni bien intelligent…Cordialement

     

LAISSER UNE RÉPONSE