Laisser le temps au temps – Pompes funèbres Girard à Semur-en-Auxois

0
1078

Transmettre son entreprise prend du temps, et demande une véritable organisation : exemple des Pompes funèbres Girard à Semur-en-Auxois.

 

«J’ai fait un stage à Paris, il y a dix ans sur la transmission d’entreprise. C’était à la CPFM (Confédération des professionnels du funéraire et de la marbrerie). L’intervenant disait : on ne transmet pas comme ça. Il faut une dizaine d’années pour ça. Ça m’avait stupéfait… et c’est exactement ça ». Bernard Girard sourit en regardant ses trois enfants, Solène Loïc et Olivier, qui tous les trois aujourd’hui travaillent dans son entreprise. Celle qu’avec ses deux frères Alain et Jean-Paul, il avait reprise dans les années 1974-1975. Celle que Roger, son père avait reprise de son propre père, Georges, dans les années 30. Une entreprise un peu particulière puisqu’il s’agit, installée à Semur-en-Auxois, des pompes funèbres.

Quatre générations, trois passages de flambeau et une entreprise qui se développe avec son temps et se modernise. Georges travaillait comme épicier, menuisier et donnait la main pour fabriquer les cercueils. Roger, le charron et menuisier, se spécialise déjà un peu quand il succède à son père. Et quand les trois frères, Alain, Jean-Paul et Bernard reprennent à leur tour l’entreprise, qui a obtenu entre-temps du maire de l’époque Robert Morlevat la concession des services extérieurs des pompes funèbres, elle devient une petite SARL. Les trois frères développent leur société, achètent des véhicules. On est bien loin du corbillard tiré par un cheval des années 60.

En 1999, ils arrêtent la fabrication de cercueils (désormais ils ne feront que les habiller), quittent le centre-ville pour le quartier de l’hôpital (toujours à Semur-en-Auxois) et montent une chambre funéraire, agrandissent la boutique : ils créent alors une SCI pour tout ce qui est foncier. En 2004, 2005, 2011, les trois enfants de Bernard entrent dans l’entreprise, peu à peu d’abord à temps partiel, comme salarié, puis à temps complet.

Lire aussi :  Assises du Funéraire : Marc Manzini président honoraire de la CSNAF

Et en 2013, nouveau virage, l’ouverture d’un crématorium, en zone industrielle cette fois-ci. Alain et Jean-Paul sont partis à la retraite : ce sont Bernard et ses trois enfants qui montent une SARL pour gérer ce nouveau lieu. Bernard, lui, partira en retraite officiellement cette année. La transmission de son entreprise ? Pas de problème : les enfants ont prévu de racheter peu à peu les parts de la SARL et du crématorium, et de l’entreprise de Pompes funèbres. Des clauses ont été prévues dans les statuts de l’entreprise pour qu’elle reste dans la famille, une notion importante pour les Girard. Ce n’est pas un hasard si leur slogan est « une famille au service des familles ».

photo Laisser le temps au temps - Pompes funèbres Girard à Semur-en-Auxois

viaEconomie | Laisser le temps au temps – Le Journal de Saône et Loire.

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE