Le columbarium

0
1732
columbarium

Le columbarium est un monument ou l’on dispose les cendres d’un défunt après crémation, dans un cimetière.

Origine du mot et usage

osiris-columbarium-10-300x218 Le columbarium
Un columbarium typique

Le mot vient du latin « columba », qui signifie « niche de pigeon ». A l’époque romaine, des niches étaient creusées dans les murs des nécropoles, ou l’on installait les restes des défunts après leur crémation. Déjà appelés columbariums à l’époque, il est intéressant de constater que le mot n’a subi aucune modification ou francisation. Du strict point de vue étymologique, ce mot est d’un ennui mortel.

Pour mettre columbarium au pluriel, on se contentera d’ajouter un « s ». Un columbarium, des colombariums.

Pratique

300px-Paris_Columbarium_du_Père-Lachaise01 Le columbarium
Columbarium du Père Lachaise, Paris

L’on appelle columbarium les constructions colportant de multiples cases considérées comme autant de concessions, pouvant chacune accueillir une ou plusieurs urnes.

Il ne faut pas confondre les columbariums, monument unique multiconcessionnels, avec les concessions cinéraires. Individuelles, celles-ci se définissent par un carré de terrain ou peut être implantée un « cavurne », caveau en béton formaté pour accueillir plusieurs urnes, et sur lequel on peut installer un monument.

Pour désigner une concession en columbarium, on parlera généralement de « case de columbarium ». L’ouverture d’une case, pour un dépôt d’urne, se fait par un marbrier ou un agent de cimetière.

Même si l’expression est parfois utilisée, le terme « inhumation d’urne » pour un dépôt en case de columbarium, est incorrect, puisque « inhumation » signifie « in humus », dans la terre, et que ces monuments sont « ex humus », aériens, donc.

KM61-7-396-300x227 Le columbarium
Columbarium romain, époque antique
Votes !
Lire aussi :  Médias : Les contrats obsèques épinglés

LAISSER UNE RÉPONSE