Le rouleau des Morts, ancêtre des sites mémoriels ?

0
970

L’on assiste, grâce au Web, à l’émergence de sites de condoléances en ligne, ou chacun inscrit, sur la page d’un défunt, un message de condoléances. Furieusement moderne ? Il s’agit en réalité de la version numérique d’un usage qui date du VIéme siècle…

Correspondance

copiste-edwin2-300x236 Le rouleau des Morts, ancêtre des sites mémoriels ? Les vestiges des rites funéraires du haut moyen-âge, période la plus ancienne de l’époque médiévale, entre la chute de Rome et la création du Saint Empire Romain Germanique, sont rares. Certes, des monuments ont été retrouvés, mais sur les coutumes elles-même, il subsiste peu traces écrites. Obits (service religieux anniversaire d’un défunt, racine du mot Américain Obituaries qui désigne les avis de décès), testaments et inventaires après décès et rouleaux des morts sont ces quelques vestiges qui permettent, entre les lignes, de découvrir les usages en vigueur.

Les Rouleaux des Morts ? Une forme de service de condoléances entre ordres religieux.

Le Rouleau du Mort

copiste-saint-marc2-238x300 Le rouleau des Morts, ancêtre des sites mémoriels ? L’origine du Rouleau du Mort se trouve dans les monastères. Le premier dont l’on trouve trace date du VIIIéme siècle, mais il est fait allusion à des traces de condoléances dès le VIéme siècle, sans que l’on puisse véritablement faire le lien. La paternité en est généralement attribuée à Boniface de Mayence, dans les îles britanniques.

Lorsqu’un clerc mourait, dans un ordre religieux, un Rouleau du Mort était créé à son intention. Y étaient inscrits son nom, un bref résumé de l’histoire de sa vie, et des demandes de prière. Un messager était alors chargé de convoyer le rouleau jusqu’à la congrégation suivante. Là, les moines et prêtres prenaient connaissance du rouleau, et y inscrivaient le Titulus, une réponse consolatrice, mélange de message de sympathie et d’assurance de prière. Une fois le Titulus rempli, ils dépêchaient le Rouleau du Mort jusqu’à une nouvelle congrégation, et ainsi de suite, jusqu’à ce que le nombre de messages soit conséquent, et que le rouleau soit renvoyé à l’expéditeur.

Lire aussi :  Chronique : Les exhumations célèbres de l'histoire , A. Lincoln

Le rouleau pouvait prendre une taille conséquente : arrivés au bout du parchemin, les religieux y collaient une pièce supplémentaire pour l’allonger.

Plus le prestige et la piété du défunt étaient grand, plus les messagers allaient porter le rouleau loin, pour que le nombre de messages soit important. Ces rouleaux, et les messagers qui les transportaient, étaient l’occasion de s’échanger des nouvelles d’un monastère à l’autre.

Réseau social médiéval

ancienne-abbaye-landevennec-480288-300x200 Le rouleau des Morts, ancêtre des sites mémoriels ?
Ruines de l'ancienne Abbaye de Landevennec, Finistère

Le plus long rouleau connu fait plusieurs mètres et porte la trace de 173 congrégations religieuses.

Originellement créés pour les moines, le rouleau évolue, vers le moyen-âge tardif (des croisades jusqu’à la découverte de l’Amérique) pour devenir l’apanage de religieux importants uniquement, ainsi que de laïcs riches qui ont fait office de mécènes pour les ordres religieux.

La coutume se poursuivra jusqu’au XVIIIème siècle en Allemagne, mais commencera à perdre de sa force à partir de 1536. En effet, localisée géographiquement principalement dans les pays anglo-saxons et d’Europe du Nord, la dissolution des monastères consécutive à la réforme protestante en Angleterre lui portera un coup dur.

La coutume perdurera, mais à un niveau plus local, jusqu’à son extinction progressive. Les liens entre monastères se poursuivront par le biais de messages plus classiques.

Peu de ces rouleaux sont parvenus jusqu’à nous. Transportés dans des étuis de bois, par tous les temps, manipulés par des dizaines de mains, allongés, conservés dans des conditions difficiles, ils parvenaient à leur envoyeur dans des états déjà relativement délabrés. Le temps, les événements historiques, schismes, révolutions, dégradations, ont fait leur œuvre.

Lire aussi :  Les animaux au coeur de la torture

Il est amusant, toutefois, de faire le parallèle entre ces manuscrits ou chacun venait à commenter une déclaration, et les réseaux sociaux d’aujourd’hui, ou l’on commente un statut…

fiche3 Le rouleau des Morts, ancêtre des sites mémoriels ?

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE