Les bonnes raisons d’investir dans l’économie du funéraire

2
1588

Investir : nécessaire, pour faire fructifier son patrimoine, mais risqué. Les secteurs porteurs sont rentables mais versatiles, même les « placements à la papa » sont devenus risqués. Mais, vous avez pensé au funéraire ?

Théorème du placement

investir-club-bourse-300x162 Les bonnes raisons d'investir dans l'économie du funéraire Dans l’économie, à la base de toute société, il y a quelqu’un qui a une idée, et quelqu’un qui a l’argent pour la réaliser. Il s’agit rarement d’une seule et même personne. Si Henry Royce, mécanicien autodidacte de génie, n’avait pas rencontré Charles Rolls, un aristocrate richissime passionné de belles mécaniques, l’automobile de luxe aurait perdu sa marque emblématique.

Certes, il existe des inventeurs tout prêts à céder un brevet, mais là encore, tout reste à faire : concevoir et réaliser l’outil de production, assurer la distribution, bref, devenir industriel. Ce n’est pas ce que souhaite un investisseur. Un investisseur veut que son argent fructifie, et s’impliquer modérément dans la gestion de l’entreprise, la plupart du temps parce qu’il a d’autres affaires ailleurs, qui requièrent son attention.

Certains investissements sont sujets à des effets de mode. C’est ce qu’on appelle des bulles spéculatives. L’internet en a connu, comme l’immobilier. Certes, il faut financer la nouveauté, mais autant le faire dans un domaine sûr.

Reste à trouver ce domaine d’activité qui permette d’investir en ayant certaines garanties, même si l’on privilégie l’innovation. Ce secteur miracle existe : le funéraire. Pensez-y : une activité constante garantie par la démographie, des emplois pour beaucoup non délocalisables, donc non concurrençables par une main d’œuvre étrangère bon marché, et un besoin de nouveauté qui trouve largement sa réponse dans les PME qui gravitent autour du secteur.

Lire aussi :  Michael Jackson, chanteur mort le plus riche, il enterre la concurrence

Les bonnes raisons

Le funéraire est en train de subir une mutation. Transformation à son rythme, relativement lente, par certains aspects, comme la progression de la crémation, et rapide sur d’autres choses. L’émergence de services en ligne, que ce soit directement sur les obsèques, sur la marbrerie, qui permettent aux clients de se faire établir un devis, comparer plusieurs intervenants, voire directement passer commande d’obsèques en quelques clics, mais aussi de services sur le travail de deuil, comme les avis de décès en ligne, les cimetières virtuels, qui fleurissent comme les chrysanthèmes sur les tombes à la Toussaint, en est un signe : un tri sera bien sûr à prévoir. Des services techniques, également : la retransmission vidéo de cérémonies funéraires est un véritable succès, qui laissait tout le monde dubitatif il y a encore deux ans.

Des techniques neuves arrivent également : crémation rapide, avec un moteur à hydrogène, promession, alternative à la crémation qui n’en est qu’à ses balbutiements mais qui pourrait émerger sur un moyen terme…

Le secteur est surtout confronté à la demande de familles qui sont en quête d’une alternative à la religiosité déclinante. Civiles ou religieuses, les cérémonies ont toujours la même finalité : franchir un palier crucial dans le travail de deuil. Les familles sont en quête de sens.

Investir au coin de la rue

investissement-300x214 Les bonnes raisons d'investir dans l'économie du funéraire Ce sens, les petits indépendants s’échinent à le fournir. Ils ont la souplesse de fonctionnement due à leur petite taille, et le dynamisme nécessaire à pallier un manque de moyens par une imagination débordante. Il ne leur manque qu’une seule chose, la plupart du temps, l’argent. Pourquoi ne pas le leur fournir ?

Lire aussi :  Pompes funèbres : Survivre aux impayés

Le problème que rencontre un indépendant, c’est son manque de visibilité par rapport aux grosses sociétés, qui n’ont pas le même budget publicitaire, d’aménagement des locaux, ni d’avance de trésorerie. Or, il fournit paradoxalement la meilleure réponse à la demande des familles : une petite structure avec une activité de départ relativement faible obtiendra un ration de satisfaction clientèle important, ce qui, combiné à des prix d’attaque généralement plus faible, assurera son succès à moyen terme. Sans bouleverser outrageusement le marché : démographie oblige, le nombre de décès sera amené à croître sur le court terme. Une petite société n’aura même pas besoin de se heurter aux grandes pour progresser.

L’investissement chez un jeune entrepreneur, pourvu qu’il soit compétent, est donc un pari osé, mais qui peut s’avérer lucratif sur du moyen terme. Les sommes dont il a besoin sont généralement faibles, beaucoup plus faibles, en tout cas, que celles nécessaires pour entrer, même de façon marginale au capital d’un grand groupe. Un investissement plus important, mais tout aussi rentable, un funérarium : adossé à une petite société qui n’a pas le sien, si l’équipement est bien pensé et judicieusement placé.

Il sera toujours temps pour nous d’en reparler. Mais pensez-y : nul besoin d’attendre d’être obligé de s’acheter un cercueil pour investir dans le funéraire.

Votes !

2 COMMENTAIRES

    • plus value en sursis d’imposition j’ai besoin de replacer cette plus value dans l’économie donc disponible pour toutes propositions.

      à vous lire

      Cellier Jack

       

LAISSER UNE RÉPONSE