Les infiltrés dans les pompes funèbres, droit de réponse

35
1769

L’émission « Les infiltrés » qui sera diffusée vendredi soir sur France 2 portera sur les pompes funèbres. Nous avons pu collecter un certain nombre d’informations, et nous craignons le pire pour l’image de notre profession…

Le principe…

infiltres-300x117 Les infiltrés dans les pompes funèbres, droit de réponseLe principe de l’émission « Les infiltrés » est simple : un membre de l’équipe de rédaction, oubliant soigneusement de signaler qu’il est en possession d’une carte de presse, se fait embaucher, voire juste prendre en stage, dans des entreprises ciblées afin d’en filmer, en caméra cachée, le quotidien, et révéler les dysfonctionnement.

Ce principe, nous ne le remettons pas en cause. Pour les besoins d’enquêtes, il est parfois bon de s’avancer masqué. Toutefois, il ne faut jamais oublier les principes de base du journalisme, le vrai, qui est de multiplier les sources, de vérifier les informations, et de donner à voir des faits le plus loyalement possible.

Il ne nous a pas été possible de visionner à l’avance le documentaire qui sera diffusé vendredi par France 2, la chaîne estimant que nous n’étions pas aptes à le chroniquer. Après tout, pourquoi pas, il est légitime de vouloir garder une part de mystère, mais nous nous demandons en quoi nos confrères de Télérama, qui, eux, comme l’atteste cet article, l’ont vu, sont plus légitimes que nous ? Et en quoi les journalistes de Télérama s’octroient le droit de faire la morale à toute la profession, au passage. Réaction d’autant plus surprenante venant d’un journal qui porte en étendard sa haute exigence intellectuelle, et se laisse berner par la grosse escroquerie de cette émission : la généralisation.

de réalité…

Parce que ce qui est montré dans l’émission est vrai. Cela existe. C’est indéniable. Il y a des professionnels qui font un travail indigne pour des sommes indécentes, ne voyant dans le funéraire qu’une source de profit. Ce que le teaser de l’émission oublie de dire, c’est qu’ils sont une minorité. Les autres, ceux dont c’est la profession, qui font leur métier chaque jour avec conscience et passion, il n’en est pas question ici. Il en sera certainement question dans le débat animé par Marie Drucker. Débat qui est actuellement en salle de montage…

Lire aussi :  Spécialistes et communautaires, l'avenir des pompes funèbres ?

« Les infiltrés » n’en est pas à ses premiers exploits. L’émission avait suscité un débat, voire une mise en cause, des maisons de retraite dans sa toute première émission. Le problème n’est pas de dénoncer des faits, c’est la mission sacrée du journalisme, et c’est tout à l’honneur de nos confrères de la presse. Le problème, c’est de sous-entendre que l’exception qu’ils montrent est une généralité.

Le funéraire est un métier difficile, mal vu et souvent attaqué. Une grande part des réticences qu’il provoque est dû à certaines images dans l’inconscient collectif. Au moins, vendredi soir, les amateurs ne seront pas déçus. Les amateurs de gore non plus. Quoique les fanatiques de films d’horreurs (dont je suis) préfèrent largement les effets spéciaux.

Nous n’avons donc pas pu voir l’émission, mais nous avons réussi grâce à des confrères à nous en faire décrire le contenu et le propos.

a une définition très large.

En bref, c’est à une attaque en règle de notre profession que  livreront « les Infiltrés » vendredi soir, relayés et financés par un service public dont l’on se demande quelle est la mission. L’on aurait pu en effet croire que la mission des journalistes, titulaires de leur carte de presse, étaient d’informer loyalement le public. Non seulement, ce ne sera pas le cas vendredi soir, mais leurs priorités sont sélectives. Essayez de saisir un service de presse pour les informer de pratiques douteuses au niveau de certains services publics qui orientent des familles en deuil vers certains opérateurs, pour rire.

Le pire, c’est que cette émission sera vaine, voire contre-productive. Il faut être naïf pour croire que ceux dont l’on dénonce les agissements seront pris de remords, et se métamorphoseront en parangons de vertu. Par contre, les 99 %, excusez du peu, qui s’efforcent de faire leur métier le mieux possible et qui se retrouveront, samedi matin, face à une hostilité nouvelle et incompréhensible s’ils n’ont pas vu l’émission, risquent de payer une facture élevée.

Droit de réponse

INFILTRESLES_preview-300x200 Les infiltrés dans les pompes funèbres, droit de réponseL’émission n’accorde pas de droit de réponse. Du moins est-ce un principe qu’elle a appliqué pour ses numéros précédents. Nous ne doutons pas de la capacité des intervenants présents sur le plateau à défendre leur métier, ni de leur abnégation en ce sens. Nous doutons simplement de la volonté du public de rester à l’antenne après l’émission proprement dite pour entendre la contre-argumentation.

Lire aussi :  Décès de personnalités, manuel de savoir-vivre quand la mort frappe

Nous nous efforceront, à Funéraire Info, de montrer l’autre visage de la profession, comme nous l’avons toujours fait. Celui que les journalistes ne veulent pas voir, celui d’un métier dur, qui paie souvent mal, et que l’immense majorité de ses composants font avec passion. Nous nous efforceront également de relayer toutes vos réactions. Ceci, afin de ne pas laisser notre métier dénigré par un reportage biaisé.

A aucun moment nous ne nions, ni ne nierons, toutefois, la réalité du reportage. Comme nous l’avons dit, ces professionnels existent. Ce que nous contestons, c’est qu’ils soient présentés comme représentant tout un métier alors qu’ils sont une exception.

D’aucune s’étonneront que nous ne dénoncions jamais, ou presque, ces faits dans nos colonnes. Ceci n’a en fait rien d’étonnant. Nous avons pris le parti, dans notre journal, de parler de ceux qui font avancer les choses, de ceux qui proposent des améliorations, de ceux qui cherchent des réponses à des questions parfois difficiles, que nous ne manquons jamais, par ailleurs, de soulever. Notre métier n’est pas de dénoncer et punir ceux qui se comportent de façon malhonnête, c’est celui des nombreux organismes de contrôle de les détecter, et à la justice de les sanctionner si besoin.

Post-scriptum : un lecteur nous a récemment reproché le fait que nous étions « trop du côté des pompes funèbres ». Cela vient sans doute du fait que, contrairement à lui, vraisemblablement, nous sommes des professionnels du funéraires et que nous connaissons parfaitement ce métier. Il conviendra avec nous qu’il faut une balance équitable, et il constatera certainement vendredi soir ou en lisant la presse à la Toussaint, que si nous le faisons pas, avec nos confrères et amis de Résonance et Funéraire Magazine, personne d’autre ne le fera.

Votes !

35 COMMENTAIRES

  1. Merci Mr Bailly pour votre réaction sur ce type d’émission qu’en tant qu’opérateur depuis trente ans je regarderais mais sans joie… Cela dit c’est un peu facile de n’autoriser aucun droit de réponses !!! Oui Claire bon moment de turpitudes en perpective !! Bon nombre d’entres nous en débaterons dés le lendemain,, pourvus que l’on puisse faire avancer les choses dans le bon sens après ce type de reportage a connotation calomnieuse a l’encontre des 99% restant…

     
  2. Etant gérante de pompes funèbres, je suivrai cette émission avec beaucoup d’intérêt, mais encore une fois, j’ai peur que la population ne stigmatise la profession.
    J’espère qu’il sera bien précisé dans cette émission qu’il y a des petites entreprises de pompes funèbres qui se démène comme ils peuvent pour rester humain, digne et respectueux. Moi cela fait 10 ans que je n’ai pas pris un jour de congés, avec une permanence téléphonique 24 H sur 24H, et avec un salaire (quand il y en a) pour lequel beaucoup ne se lèverai même pas le matin….. ça c’est dit !

     
  3. Tout à fait d’accord avec l’articles et les précédents commentaires, je sais d’avance que je vais hurler devant la télé vendredi soir! Contre les professionnels qui ne méritent pas d’exercer, mais aussi contre les médias qui versent forcément dans le sensationnel ou le choquant pour faire péter l’audimat!

    Et comme dis dans l’article, quand les soit-disant contrôles qui doivent être régulièrement faits le seront, peut être qu’on trouvera moins de cas comme celui qui sera présenté vendredi.

     
    • je pense que vous n’etes pas sans le savoir il yaura toujours des truands dans tous les domaines et celui la est facile dans la mesure ou il n’y a pas de controle donc le mieux c’est que ce serait gere par la municipalite car je trouve que pour mettre un etre humain en terre ou incinere je trouve que cela coute tres tres cher il ne faudrait pas nous prendre pour des cons moi je trouve que nous ne devrions pas payer notre mise en terre ou autre

       
      • Comment vous dire… L’histoire est un peu longue mais sachez que ce n’est pas une bonne idée. Vous avez raison sur le fait qu’il existe des truands partout, mais ils ne sont pas plus représentatifs de notre profession que d’aucune autre. Par contre, l’inhumation gratuite, l’idée est généreuse et c’est le cas pour les indigents. Mais si ça doit être généralisé à tout le monde, je pense que ce sera compliqué de trouver du personnel bénévole pour s’en occuper.

         
  4. Bonjour à tous

    Pourquoi vous émouvoir ainsi ce qui nous arrive était prévisible. Et même je dirai que nous avons de la chance. Oh ! que dis je… Les fédérations inféodées aux grandes enseignes et de plus inefficaces. elles sont incapables d’être une force de proposition (contrat obsèques, prélèvement bancaire, information grand public et j’en passe).Elles ne sont même pas capable de ce porter partie civil lorsqu’il y a manquement déontologique ou autre d’un opérateur funéraire. Avez-vous vue une seule fédération annoncer à la presse NON ! ce comportement nous le condamnons et nous agirons pour que ce professionnel n’exerce plus. Certaine d’entre elle, ont même été condamnées au prudhomme pour non respect des conventions collectives, c’est peut dire. c’est une profession qui n’est pas adulte, qui ne sait même pas remise en question, qui laisse les fonds d’investissements phagocyté le métiers au non du plus. Ranger vos voitures haute de gamme derrière le magasin ont vous voit. Quand vous dite 99% des professionnels sont correctes ne soyez pas si prétentieux. seul à peine 50% des entreprises le sont ne nous trompons pas. Certes la majorité des opérateurs funéraires sont des PME ou le chef d’entreprise se bat tout les jours pour faire fonctionner sa boite. Certes les résultats de ces entreprises ne sont ni plus ni moins qu’une autre entreprise au CA équivalent. N’oublions pas qu’il y a, à ce jour, péliade de pompes funèbres et quelque fois trois entreprises pour une ville de moins de 7.000 habitant avec trois chambre funéraires. Vous êtes indignés alors agissez, prenez votre destin en main, rapprochez vous de votre confrère et communiquer sur vos valeur. Cessez de pleurer sur votre sort, allez auprès de vos élus locaux et faite savoir ce que vous êtes et non ce que vous prétendez être. Parrainez des jeunes pour reprendre des entreprises familiales au lieu de la laisser absorbée par le financier. Osez dire non au prétendu prix plus bas que bas de certains (fournisseur, marbrier, pompes funèbres). Avions nous réellement besoin d’enseigne pour exister NON l’entreprise de proximité familiale à taille humaine c’est que recherche la clientèle. Certain d’entre vous parle humanité oui mais sa ne rapporte pas. Demain si nous nous indignons pas les assureurs, les financiers, les enseignes prendrons le marché qui nous reviens de droit. Mutualisons localement les moyens arrêtons de penser que le porteur qui est chez vous ne peut pas porter ailleurs. Localement dans la région ou j’exerce à ce jour un collectif c’est constitué pour faire front à des prescriptions de l’administration mettant en jeux la liberté des familles et nous en sommes persuadé nous réussirons car nous nous sommes insurgés au nom des familles voilà tableau peut être dur mais je pense réaliste.

     
    • ce que l’on a vu durant se reportage me degoute je suis un petit indépendant pompes funébres je me bats tout seul j’ai crée mes pompes funébres car j’ai été licencié par un gros groupe vous avez raison la fumisterie existe mais l’honneteté aussi EXISTE encore se rapprocher des élus locaux je veux bien a condition que l’on nous écoute créer des emplois je ne demande que cela et que les gros groupe cessent de mettre les batons dans les roues au petite structure si l’on resiste on pourra exister les gens ont peur des structures non connu et pourtant le respect est de mise dans nos petites entreprises à méditer

       
  5. En tant que porte parole du SPTIS et puisque nous avons été convié à cette émission je tenais à apporter des précisions sur les faits tels qu’ils ont été abordés par chacun d’entre nous et ce que la production attendait de nous.
    Premièrement, nous avons été sollicité pour témoigner que des faits illégaux entâchent parfois le métier de pompes funèbres (comme d’autres j’ai envie de dire) et quelles étaient les sanctions encourues, les actions menées pour en venir à bout et éventuellement soutenir par nos témoignages les faits reprochés dans ce reportage.
    Lors de l’enregistrement, auncune des parties mises en cause n’a jugé bon de venir se défendre malgré l’invitation qui leur a été faite, cela sera normalement stipulé dans ce reportage. C’est un premier point qui est à déplorer car chacun aurait pu s’expliquer sur les faits reprochés qui dépendent tous d’une cour pénale faut il le préciser!
    Deuxièmement, tous les invités présents ont été profondément choqués par ce qu’ils ont pu voir car effectivement ces faits ne correspondent pas à ce que nous avons l’habitude de voir et de pratiquer quotidiennement. Chacun de nous a argué dans le sens où ces images ont été filmées chez des gens qui ne respectent rien ni personne et que cela ne reflète en rien la réalité du terrain. De plus les temps de parole étaient très courts et orientés de telle façon qu’on “révèle” un scoop qui cautionnerait les faits visualisés mais il n’en n’a rien été, chaque intervenant a unanimement répondu que ces agissements relevaient de faits isolés, graves certes, qu’ils avaient déjà été signalés à maintes reprises tant par des professionnels que par des familles mais que rien n’a bougé depuis!
    Les Préfectures des départements où se déroulent les faits ont reconnus que ces problèmes avaient déjà été signalés à plusieurs reprises et que ces entreprises étaient “sous surveillance” depuis des années…
    Nous avons tous été très déçu de la tournure qu’a prise cette émission car en effet, vu le peu de débat par la suite et le peu d’explications que chacun de nous a pu fournir, il ne nous a pas été permis de nous exprimer librement. La seule personne à qui le temps de parole a été supérieur, et de loin, aux autres l’a été de la part d’un responsable d’une association de consommateurs connue de tous. Même cette personne a reconnue (en espérant que ces propos ne soient pas coupés au montage) que la majeure partie des opérateurs faisaient honorablement leur travail dans le respect et la décence qui est due, le seul bémol de sa part l’a été au niveau des devis qui la plupart du temps n’étaient pas respectés ainsi que les devis types qui n’étaient pas affichés en Mairie comme le loi le stipule pourtant!
    Donc il ne sert à rien de crier avant d’avoir mal surtout si personne n’a vu le reportage, les sociétés incriminées se reconnaitront et nous les avons aussi reconnues, vous verrez que si l’émission tend en effet à généraliser ces situations, ce qui n’est pas bon pour nous tous et qui jette l’opprobre sur toute une profession qui dans la très grande partie des cas fait très bien son travail, elle jette quand même un sacré pavé dans la marre notamment au sujet d’une enseigne nationale qui communique sur le respect, la prévoyance obsèque et l’honorabilité de son enseigne à travers des spots publicitaires mais qui n’est pas capable de sortir 2 fois le même devis pour les mêmes prestations dans un rayon de 20 km avec des écarts de prix délirants et au mépris de certaines conventions passées pour les personnes à faibles revenus!!!
    Donc il m’est agréable de penser que les gens sauront faire la différence entre cette enseigne et les autres, pour info certains invités ont débattus sur le plateau pendant près de 15 minutes en troisième partie d’émission et la réalisatrice de l’émission était en train de m’expliquer en “off” que tout ceci ne servait à rien, le temps imparti étant dépassé depuis longtemps…
    Alors oui la profession risque de souffrir de ce type de reportage c’est inévitable et puisqu’il est impossible de faire un droit de réponse il faut malheureusement en accepter les règles mais il faudra aussi faire un constat aussi difficile soit il, c’est à dire la façon de mettre un terme à ces faits graves car la faute ne vient pas des journalistes qui ont mis le doigt là où ca fait mal mais bel et bien de ces soit disant professionnels qui par leurs comportements mettent à mal la profession toute entière!

     
    • Mr Narabutin, en 2èmè partie vous avez eu une occasion plus que favorable pour vous exprimer. La perche n’était-elle pas assez longue? Votre droit de réponse vous l’aviez ; dans votre région dans votre entourage. Ces sociétés de thanatopraxie sérieuses qui craignent de licencier, qui s’accrochent chaque mois, un peu plus, à cause d’une concurrence déloyale.
      Réponse: “il n’y a aucun problème dans ma région”; je pense que certains ont dus bondir, surtout venant de la part du secrétaire du SPTIS

       
  6. La télé poubelle on prend une sommité de la connerie pour en faire un exemple universel. Ça ne m’empêcheras pas de faire mon métier avec respect et conscience.

    Le plus triste dans l’histoire, c’est que visiblement les gens qui devrait pouvoir user un minima du temps de paroles ne sont présent apparemment: ffpf, cpfm, des gens de la pompes….

    A contrario, on a une émission qui visiblement est catastrophique et dans les intervenants des gens qui n’ont rien à y foutre, mais profite de la brèche et faire coucou. Je comprend pas trop, on a pas assez d’un Kawnick. Dailleurs bizzare pour une fois qu’il ne soit pas convié ou alors, j’ai mal lu de quoi était composé la dream team.

    Ben merde alors, c’est bien glauque quand même !!!

     
  7. je vais regarder cette emission que jais decouverte il y a pas longtemp helas
    2 fois helas je regrette beaucoup de l’avoir decouverte trop tard et qu’elle ne sera plus diffusée faute d’audience je le regrette
    mais je pence que france 2 si il s’en donner les moyen pourait diffuser cette emission et premiere partie de soirée
    les tres bonne emission helas ne dure pas la connerie fait place au savoir et sa je le regrette tres amerement jespere que cette emission reviendra dans la galery des programe de france 2

     
  8. Pour répondre à Genese, la FFPF est présente à l’emission par la voix de son président.

    La CPFM n’y est pas, normal il sont maquer PFG-OGF et avait “mieux” à faire avec leur réunion des thanatopracteurs sur les soins à VIH où le sujet à déjà était débatut par toutes les institutions nécessaire et que donc leur réunion ne servait à rien, bref, ils font ce qu’ils veulent!

    Pour Henri, pouvez vous me contacter, votre combat m’interesse: [email protected]. Merci

     
    • Bonjour Dimitri,

      Merci à vous pour cette précision. Si vous aviez bien lu, j’ai préciser qu’a moins d’avoir mal lu et c’est le cas puisque je viens de voir que Monsieur Alain Hoffarth sera présent et c’est une bonne chose.

      Cependant, je ne vois pas pourquoi vous jugez la CPFM avec des propos aussi tranchants.Je doute fort que votre fédération apprécie que vous disiez ( Si je ne m’abuse vous êtes délégué régionale) que la CPFM soit “Maquer” en public et de ce fait ne vois aucun intérêt à participer au débat de cette émission. Malheureusement ce genre de publicité n’est souhaité par aucun professionnel qui effectue ses taches consciencieusement.

      Prenez la peine de préciser si vous parlez à titre personnel où en tant que délégué.

      Bien à vous

      Genèse

       
  9. Voilà ce que dit télé-loisir: Synopsis : Le malheur des uns fait souvent le bonheur des autres, une expression particulièrement adaptée aux pompes funèbres. Avec environ 550 000 morts par an, le chiffre d’affaires du secteur est estimé à deux milliards d’euros. Et la facture n’a cessé d’augmenter pour les familles endeuillées. Malgré les lois et règlements qui régissent le secteur, les Infiltrés ont découvert que les tarifs pouvaient être extravagants et les familles, victimes de pratiques douteuses. Des professionnels n’hésitent pas à briser l’omerta comme a pu le constater un journaliste qui a pu pénétrer ce milieu très secret.

     
  10. Ce n’est pas le débat (y a-t-il un débat d’ailleurs?) mais en parlant de milieu secret et d’omerta… Lorsqu’une réunion est ouverte à tous, la politique du silence et de la chaise vide est-elle une attitude logique?
    Je dis ça, je dis rien…
    Pour en revenir à l’émission, la question n’est pas de savoir s’il existe des mauvaises pratiques. Oui, comme partout ailleurs et surtout dans les médias (j’en sais quelque chose). Mais sur qui tout ce foin va retomber? Ben comme d’hab…

     
  11. Pour répondre à Genese, je parle à titre personnel et pour Claire je suis d’accord avec toi, ce sont toujours les mêmes qui vont prendre….

     
  12. Merci pour cet article. Je n’ai pas encore eu le temps de voir le documentaire… Et j’ai peur que cela soit vrai pour les prochains jours.
    Mais j’ai une bonne idée de ce qui a pu s’y dire : nous avons reçu plusieurs centaines de demandes de devis sur notre site internet http://www.comitam-obseques.com entre le début de l’émission et ce matin.

    Si certains sont juste en situation d’obsèques et veulent prendre des renseignements de manière classique, la plupart des demandes que nousr ecevons sont de familles en colère. Souvent ils n’ont pas besoin des pompes funèbres à court ou à moyen terme mais ils ont fait une demande parce que “on veut savoir le prix parce qu’à la TV ils disent que c’est des salops et qu’ils vont nous arnaquer. Moi je suis bien d’accord c’est des voleurs et ils profitent tous de notre misère”.

    Voilà de manière pas même caricaturée ce que nous entendons par poignées depuis ce matin. Et je vous assure qu’on n’a beau essayer d’expliquer qu’il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier, que les conseillers funéraires sont avant tout des gens humains qui sont là pour assister les familles… face à la sacro-sainte Télévision c’est difficile.

    Quand on s’est battu pour créer un site de comparaison de devis pompes funèbres qui met l’emphase sur la qualité de la relation avec les professionnels et sur le choix individuel des familles, cela fait un peu mal au coeur de voir 2 ans de travail détruit en une soirée…

     
  13. Pour répondre à Stéphanie Lepage, je n’ai pas à me justifier sur les propos tenus car au risque de vous apprendre quelque chose les questions n’ont pas été posées de façon généralistes mais personnelles de manière à nous piéger personnellement et sachez aussi qu’il y a eu près de 2heures de débat et à peine 40 mn de diffusées donc les montages réalisés ont coupés beaucoup d’interventions moi y compris.
    Je vous invite à revisionner la vidéo , M.Drucker s’adresse de façon personnelle à moi et j’explique bien que je suis l’exception qui confirme la règle puis plus rien, avant même que je ne puisse rebondir sur la politique tarifaire mise en place par la marque à la salamandre et alors que j’avais des documents en ma possession plus que compromettants pour chacune des deux enseignes, la réalisatrice a décidée de ne pas me faire participer à la dernière partie de l’émission (malgré ce qui était convenu au préalable) au profit d’un philosophe venu vendre son bouquin et accessoirement parler de la mort, duquel on apprendra quelques minutes plus tard qu’il est très connu chez la marque aux 3 consonnes… Après on en tire les conclusions qu’on veut!
    Le Sénateur Sueur qui avait plein de choses intéressantes à dire a été littréralement coupé au montage ainsi que le Député de la Manche alors vous pouvez bien pensez ce que vous voulez chère Madame mais il n’était pas question que je mente sur ma situation personnelle au profit d’un audimat déjà bien choqué par ce qu’il a vu et entendu mais je vous rassure, des émissions comme celles-ci il y en aura d’autres à n’en pas douter et à ce moment là vous aurez tout le loisir d’intervenir et de dire ce que je n’ai probablement pas dit ou mentionné et nous verrons avec quelle verve et quelle prestence vous saurez vous exprimez quand vous saurez que malgré que l’émisssion ne soit pas en direct il n’y a aucune possibilité de reprendre nos propos ou de les corriger et quand le débat se divise entre 8 invités et une présentatrice, les temps de parole sont forcément limités !
    Alors critiquer confortablement installée dans son fauteuil devant son écran de télévision est certainement très aisé , le mieux qui vous reste à faire est de participer aux prochains débats et vous confronter à un plateau télé et nous jugerons alors votre prestation avec la même acidité et le même sens critique qui vous anime aujourd’hui….

     
  14. AH OUI !!! QUEL DOMMAGE QUE CETTE EMISSION SUR LES ARNAQUEURS
    DES POMPES FUNEBRES ne soit pas diffusée en premiere partie DU SOIR
    20H45……JE LEUR FAIT DE LA PUBLICITE… ET QUE DIRE DE LA

    CREMATION !!!!!!!!! FAITES UNE DIFFUSION ” D’INFILTRES ” vous n’avez pas tout vu et entendu. allez COURAGE !!!!!!!

     
  15. Je suis dirigeant d’une entreprise de pompes funèbres, marbrerie , et je suis également thanatopracteur , cela va peut êtres vous surprendre mais moi je dit merci , oui merci car les familles qui ont eus la tristesse de solliciter nos services se sont rendues comptent que nous étions honnêtes.
    Par contre je déplore le manque de précisions volontaire ou pas sur la gratuité des transports et locations de salons suite aux décès dans les maisons de retraite.

     
  16. Les infiltrés, une torchonnade ! M. Drucker n’est pas journaliste, bien au chaud dans son bureau elle fait du sensationnel., elle veut du croustillant. Elle a sali une profession digne d’où les employés et patrons ne sortent pas indemnes (dépressions,suicides). Souvent nous rentrons le soir avec le chagrin des autres comme un clou dans notre tête (décès d’enfants, de jeunes, tueries : c’est nous qui sommes LA). Qui fait ce travail, des rapaces ? Non ! c’est comme dans le ciel. Il y a des rapaces et de beaux et bons oiseaux. M. Drucker vous n’avez pas fait une bonne émission.Une vraie enquête, un bon reportage ne pouvaient reposer que sur une enquête assez longue sur plusieurs sites de Ppes Funèbres. Egalement auprès des familles en deuil. Je tiens à votre disposition tous les courriers que nos familles (c’est ainsi que nous parlons de ceux qui nous confient l’organisation des obsèques de leurs proches). Vous seriez surprise vous qui vous cantonnez à infiltrer la plus mauvaise, la pire.Un bon journaliste se devait d’infiltrer plusieurs entreprises, il en aurait certainement conclu que la grande majorité donne beaucoup d’elle-même. Pensez-vous aux enfants et familles de ces employés qui subissent la honte que l’on ait présenté leurs pères, leurs mères comme des escrocs sans coeurs ! Vous n’avez eu de cesse de toujours ramener le sujet sur les abus de (ou d’une) entreprise, il fallait que ça saigne. J’ai même pensé que vous aviez un compte à régler avec la corporation. Je n’ai pas besoin d’infiltrer le journalisme pour voir que vous ne l’êtes pas, journaliste ! Et j’ai une grande admiration pour vos consoeurs qui, elles, sont sur les terrains chauds de la planète. De vraies journalistes, reporters. Et vous une présentatrice qui lit sur son prompteur bien au chaud, sans autre ambition que de tenir aussi longtemps que tonton. Il ferait bien de disparaître des écrans lui aussi, laisser sa place à plus jeune. Je ne les ignore pas, vos consoeurs qui prennent des risques, comme vous avez ignoré les Pompes funèbres dignes et respectueuses. Je suis ravie que votre émission s’arrête là. Antenne 2 mérite mieux qu’un torchon même en 2ème partie de soirée. Il est grand temps que les télés installent face aux téléspectateurs des gens de talent, d’idée, au lieu de leur imposer la nièce, le tonton, le copain, le fils, la fille, le beau-frère, etc. ON N’EN A TOUS MARRE.

     
  17. j’ai vecu le pire il y a 1 an et même avec l’aide du psychiatreje n’en n’en voit pas le bout je vous explique

    HISTORIQUE

    Mon frère âgé de 55 ans est décédé à l’hopital Cochin à Paris , il souffrait d’une pancréatite aigue qui l’a emportée en 4 mois

    Sa famille habite l’YONNE et c’est pourquoi ce sont les pompes funèbres de L’YONNE qui l’ont rapatrié de Paris à la demande de son épouse

    Il est décédé le 15 mai 2012 et le thanatopracteur devait intervenir sachant que les obsèques seraient le samedi 19 mai et que son état général était en très mauvais état ; une préparation du corps s’imposait car il se décomposait : Le processus de formolisation est obligatoire lors d’un transfert sans cercueil, effectué entre vingt-quatre et quarante-huit heures suivant le décès

    Le 17 mai , jour de l’ascension , je suis allée le voir avec ma sœur, il était en salle de présentation aux familles là où je l’avais vu les 2 jours précédents , mais ce jour là ce fut un choc pour moi de voir mon frère trempé de la tête aux pieds et voir le sang qui coulait sous le lit de présentation ; il y avait au moins 2 litres de sang cailloté et çà continuait de dégouliner de son corps , le beau drap de satin était de toutes les couleurs de l’arc en ciel et quand j’ai soulevé ce drap pour comprendre ce qui se passait ; dans une odeur nauséabonde , j’ai compris que mon frère se vidait par les trous laissés par tous les drains posés pour évacuer les coulures du pancréas et il se décomposait

    J’ai hurlé , j’ai certainement eu une crise d’hystérie ou de folie , j’étais en sueur et à la fois glacée

    J’ai vu dehors un n° de téléphone 24h/24 h , j’ai obtenu un membre du personnel qui disait arrivé de suite , en fait il est arrivé 3 quart d’heure plus tard , je n’en pouvais plus , étant soignante de métier , je voulais le changer , tout se mélangeait dans ma tête, j’ai seulement eu le réflexe d’utiliser le papier qui sert à s’essuyer les mains , vous auriez vu une furie , j’arrachais à pleine poignée pour cacher ce sang et surtout qu’il ne sorte pas dans le couloir sous la porte

    Enfin , 2 employés sont arrivés , bien embêtés de la situation , je leur ai demandé de faire la toilette de mon frère ils sont revenus pour nous dire qu’il ne pouvait le déshabiller car sa peau venait avec, je leur ai demandés un peu de retenu et de nous épargner des détails

    Je leur ai demandé de faire vite car la famille allait arrivée , ils nous l’ont remis en salle de présentation tout nu sous un drap , et la tâche de sang toujours visible au sol, ils n’ont fait aucune désinfection de cette salle : çà puait je n’étais plus moi-même et prise de colère je les ai sommés de passer un paragerme et de lui trouver des vêtements d’emprunt pendant que son costume de mariage allait au pressing : j’étais meurtrie de voir mon frère qui ressemblait à un gibier buté par une voiture et abandonné comme çà , quand il leur a été demandé à quelle rythme venez vous voir les défunts , ils nous ont répondu qu’ils étaient passés ce matin mais qu’ils ne passeraient pas ce soir car c’était jour de fête

    Vous rendez-vous compte ce qu’on aurait trouvé le lendemain : l’état de décomposition étant telle qu’il y aurait eu des asticots

    Nous avons sollicités les patrons de l’entreprise , nous ne les avons jamais vu :qu’ont-ils fait de la dignité dû à un défunt , le respect et surtout l’obligation de résultats

    LES CONSEQUENCES : Mon époux voyant mon état physique et mental se détériorer , m’a ramenée chez nous , je suis allée voir mon médecin plusieurs fois , car j’avais des intentions malfaisantes , puis est arrivé le moment où il était souhaitable de consulter un médecin psychiatre , qui m’a bien reçue et mis sous antidépresseur et anxiolytiques et je vois chaque semaine un psychothérapeute pour verbaliser ce mal vécu

    Les obsèques se sont bien déroulées avec beaucoup d’attention et de recueillement , mais depuis cette vision d’horreur , je ne parlais plus je ne faisais que pleurer et fuir tout le monde, je culpabilisais d’avoir été là en spectateur des heures sans pouvoir intervenir , il y avait sûrement après le choc une confusion avec mon métier : l’etreprise ne sais jamais manifesté à ce jour, mais le personnel s’est excusé pour l’incident, mais c’est une profanation pour moi

    je suis seulement capable maintenant de verbaliser ce choc , j’étais une loque et la vision et l’odeur de mon frère sont toujours dans ma tête

    je vais mieux parce que sous médicaments , étant très fatiguée , je dors beaucoup , et je tente de reprendre gout à la vie ,:je vois toujours le psychiatre

    je souhaiterai que l’entreprise d’obseques , reconnaisse la faute professionnelle du thanatopracteur qui n’a pas fait correctement son travail car je n’ai jamais vu celà quand je travaillais à l’hopital: un corps où la décomposition était avancée , on le laissait au frigo alors que là nous pouvions le voir de jour comme de nuit , ce jour là nous avons fait constaté que le lit sur lequel il reposait n’était même pas branché :ils n’ont pas été à la hauteur car aucune famille ne devrait voir une telle vision du cher defunt

    Cette entreprise qui doit avoir une assurance, je souhaite obtenir un Pretium Doloris au vu du traumatisme causé , pour la souffrance qui dure je crois que j’en ai pour un moment avant de cesser les soins psychiatriques et ma soeur est également très affectée et déboussolée

    Avez vous vu une telle horreur?
    BIENTOT UN AN ET LA VUE ET L ODEUR NE NOUS QUITTE PAS

     
  18. Bonjour, je viens de lire votre témoignage et je pense qu’il est vrai . Qui inventerait une histoire aussi horrible? Je suis désolée de ce qui vous est arrivé et je comprends votre ressentiment;
    Je voudrais vous apporter quelques précisions parce que j’ai l’impression que personne ne vous a donné d’explications.
    Tout d’abord, sachez que les soins de conservation ne sont jamais obligatoires en France. Ils peuvent l’être dans le cas d’un transport à l’étranger mais dans ce cas c’est la législation du pays qui l’impose. Ils l’ont été pour les transports sans cercueil au delà de 24h mais c’est terminé à présent. Le délai est passé à 48h, avec ou sans soin.
    Votre frère a eu des soins de conservation mais cela n’a pas eu l’efficacité que vous étiez en droit d’attendre. Malheureusement, cela arrive et c’est très compliqué de savoir si le Thanatopracteur, qui a une obligation de moyens et non de résultat, a fait correctement son travail. La Thanatopraxie n’est qu’une technique, elle a ses limites.
    Il est possible effectivement que le Thanatopracteur n’ait pas fait correctement son travail, mais il est également possible qu’il l’ait fait consciencieusement et que le soin n’ait pas tenu. Il peut y avoir beaucoup d’explications à cela… Il y a tout simplement un petit pourcentage d’échec.
    Je ne me permettrai pas de porter un jugement sur l’attitude des pompes funèbres, je peux simplement vous dire ce que j’aurais fait moi, en pareil cas. J’aurais ramené votre frère dans les locaux technique pour changer ses vêtements en vous épargnant tout détail, j’aurais procédé à la mise en bière et vous aurais proposé de vous recueillir devant le cercueil fermé. Ce n’était pas votre choix mais parfois la nature nous impose de prendre certaines mesures.
    Bien évidemment, j’aurais fait nettoyer et désinfecter le salon de présentation et vous en aurais proposé un autre si cela était possible.
    D’habitude, je pense qu’il faut éviter d’entrer trop dans les détails avec les familles, pour les préserver, mais dans votre cas, je pense que de vraies explications claires pourraient vous aider.

     

LAISSER UNE RÉPONSE