Les pompes funèbres ne sont pas des escrocs

7
689

Sous ce titre volontairement provocateur, se cache une vraie proposition : mettre en place la première pierre de la transparence médiatique des pompes funèbres, et placer l’administration face à ses responsabilités.

Proverbial mutisme

logo-mairie-224x300 Les pompes funèbres ne sont pas des escrocs Si « Pour vivre heureux, vivons cachés », ce n’est pas cela qui empêchera la bave du crapaud d’atteindre la blanche colombe. Les entreprises de pompe funèbre ne savent pas communiquer, c’est un fait. Une culture légitime du secret professionnel, une habitude de la discrétion, et une lucidité certaine quand à l’image qu’elles dégagent, les pompes funèbres ont du mal à faire des annonces ou à prendre des initiatives marquantes.

Et c’est partout, chez les Grands groupes comme OGF, Roc’Eclerc, Pascal Leclerc,… les syndicats professionnels, la FFPF, la CPFM ou l’UPFP,… chacun maintient, plus ou moins, cette position de recul vis à vis des médias, n’excédant pas des publicités diffusées au grand public mais consensuelles, des initiatives heureuses mais destinées à un public ciblé, et presque rien d’autre.

C’est légitime et problématique à la fois :

Légitime parce que la profession a, et n’arrivera jamais à se débarrasser de cette image de gens qui gagnent leur vie sur le deuil des familles. En quelques sortes, c’est ce que nous faisons, tout n’est qu’une question de point de vue. Mais le point de vue des familles est trop confortable pour elles pour qu’il soit possible de le basculer.

C’est problématique, parce que tous les 1er novembre au matin, jour de la Toussaint, le professionnel fébrile ouvre la presse en sachant qu’il va s’en prendre plein la figure et se demande quel scandale sera mis en exergue cette année.

Heureusement il y a la loi

Le Président de la République, François Hollande, souhaite plus de transparence dans la vie politique, dans la vie économique, et nul doute qu’un jour ou l’autre, le législateur se penchera sur le cas du funéraire. Malheureusement pour nous, le faible nombre de parlementaire à avoir une vraie compétence dans notre domaine est faible, et il est probable que ceux qui s’en occuperont ne maîtriseront pas les fonctionnements et impératifs du secteur. L’arsenal législatif a déjà commencé à se déployer.

Lire aussi :  Cachez-moi cette morgue que je ne veux pas voir

Ainsi, un texte adopté en 2008, modifié en 2010 sera appliqué cette année, sur ordre de Manuel Valls, le ministre de l’intérieur. Ce texte demande aux pompes funèbres de déposer un devis-type dans chaque mairie ou elle est amenée à intervenir, deux devis-type pour être précis, un pour l’inhumation, l’autre pour la crémation.

Le Ministre de l’Intérieur a été clair : il a passé le mot aux préfets pour que ce texte soit appliqué. Prière aux pompes funèbres de se mettre en règle, et fissa ! Avec tous les flous que comporte le texte de loi : que doit en faire le maire, par exemple. Une question au moins est réglée : l’entreprise doit déposer son devis dans chaque commune ou elle procède à une opération funéraire. Techniquement, le Croque-Morts de Cherbourg qui effectue un rapatriement depuis Marseille devrait idéalement déposer un devis à la mairie de la cité phocéenne.

Après relecture du texte, nous sommes formels : cette loi ne constitue nullement une obligation. Une ferme recommandation serait un texte plus exact.

Ce qui va sûrement arranger les mairies, particulièrement celles des petites communes rurales. L’on imagine mal Monsieur le Maire cesser ses activités pour venir exhiber les devis des pompes funèbres en dehors des heures d’ouverture de la mairie le mardi matin et le vendredi après midi, à la demande d’une famille.

Opération Information Funéraire

Nous nous proposons de lancer aujourd’hui une opération, avec toutes les pompes funèbres qui voudront bien y participer, que vous soyez un petit indépendant, ou un groupe majeur sur le marché.

L’idée est simple, et se déroule en trois temps :

Dans un premier temps, nous, professionnels du funéraire, allons déposer bien sagement nos devis-type en mairie, conformément aux souhaits de nos édiles, afin de démontrer que nous sommes des entrepreneurs responsables et sourcilleux quand au respect de la loi.

Dans un second temps, nous envoyons des « clients mystères », membres de confiance de votre entourage, en mairie, avec pour mission de demander naïvement s’il y a des devis-type de pompes funèbres consultables dans cette administration. La personne chargée de demander produira ensuite un rapport simple, en expliquant ce qu’on lui a répondu, quels devis ont été proposés, dans quel ordre, si certains ont été appuyés, si ou lesquels (régies municipales…)

Lire aussi :  Chronique toussaint du monde : Mexique, Dia de Muertos

Dans un troisième temps, une synthèse fera l’objet d’un article dans Funéraire Info, et d’un communiqué de presse adressé à tous les médias, synthèse au nom de tous les participants.

A quoi cela sert il ? A montrer, premièrement, que nous sommes loin d’être malhonnêtes ou incompétents, comme certains l’insinuent plus ou moins officiellement. A démontrer que nous devons parfois respecter des lois inadaptées, pour ne pas dire stupides, dont l’administration ne sait pas elle-même se débrouiller. A prouver, enfin, que la profession entière peut frapper fort dans la communication, et reprendre l’initiative de notre image médiatique. Et que tous, les grandes sociétés, comme OGF, Roc’Eclerc, Pascal Leclerc, les franchises et autres groupements, les petits indépendants, les associations, la FFPF, la CPFM, l’UPFP, les médias aussi, nos amis et confrères de Résonance et Funéraire Magazine, peuvent travailler ensemble, sans préjudice de leur concurrence légitime et loyale, pour faire avancer la cause de la profession, et celle des familles.

Si le nombre de participants est suffisant, nous obtiendront également une fourchette récente et réelle du prix d’appel des obsèques, loin des données obsolètes ou fantaisiste que l’on entent parfois. Nous aurons ainsi un prix justifié par une méthodologie.

Pour ce faire, nous mobilisons toute la rédaction de Funéraire Info, à nos frais, pour expliquer, organiser, collecter et traiter les données de cette opération. Ces informations seront tenues à disposition des participants qui « jouent le jeu » et qui nous les demandent.

Faites circuler cet article, informez vos contacts, vous n’en avez que du bien à retirer.

Vous pouvez nous joindre à l’adresse de contact de la rédaction, en message privé sur notre page Facebook. L’opération est déjà commencée.

Nous allons préparer deux types de documents, un formulaire déposant et un formulaire testeur, que vous pourrez obtenir par simple demande à notre rédaction.

Votes !

7 COMMENTAIRES

  1. Avec quel cercueil, avec ou sans séjour en chambre funéraire donc avec ou sans transport avant mise en bière, avec des soins de présentation ou une simple toilette habillage, quelle distance le transport après mise en bière…. que de questions nécessaires pour faire un vrai devis pour des obsèques

     
      • Gilles, bonjour
        Juste les choses obligatoires:
        – La préparation et l’organisation des obsèques (démarches administratives),
        – Le transport du défunt avant mise en bière (sans cercueil) pour retour du corps à domicile, dans une chambre funéraire ou tout autre lieu,
        – Le cercueil et les accessoires,
        – La mise en bière et la fermeture du cercueil,
        – Le transport du défunt après mise en bière (avec cercueil) pour convoi vers le cimetière, le crématorium ou tout autre lieu,
        – La cérémonie funéraire,
        – L’inhumation,
        – Ou la crémation + urne
        Vous pouvez regarder ici:
        http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022753209
        Funeraire-Info

         
        • Je repose mes questions :
          Quel cercueil, quelles distances, quelle urne l’inhumation : caveau/pleine terre, faut-il démonter ou non le monument…
          Merci pour les textes mais je les connais.

           
          • Cercueil au choix, un en inhumation 22 mm et un en crémation 18 mm, distance moins de cinquante kilométres, inhumation en pleine terre à un mètre cinquante, pas de démontage/remontage. Urne apte à être déposée en case de colombarium, au choix des modèles proposés. Pas de cérémonie prévue. Le service minimum avec la possibilité de mettre un cercueil en acajou si ça vous chante…

             
  2. Ou alors, dans un souci de transparence totale envoyons nos documentations générales non seulement aux mairies, mais aussi aux hôpitaux et aux maisons de retraite.

     

LAISSER UNE RÉPONSE