Les Unes célèbres de l’Histoire : Concert aux Catacombes de Paris

0
86

En 1897, les catacombes n’avaient pas la même popularité qu’aujourd’hui. Un concert clandestin dans les Catacombes de Paris crée la polémique et vient défrayer la chronique.

Alors qu’aujourd’hui la capitale est remplie de boite de nuits tendance ou de soirées branchées, en 1897, les bals populaires étaient encore à l’honneur. Et pourtant … alors que les catacombes voient leur accès encore très réglementé, une soirée clandestine s’improvise et vient faire murmurer la presse. Pour une fois ça n’est pas elle qui lance le premier mot. Elle est invitée, conviée à cette mystérieuse soirée…

” Vous êtes prié d’assister au concert spirituel et profane qui se fera, le vendredi 2 avril 1897, en l’ossuaire des catacombes de Paris, par le concours d’artistes musicaux très éminents. Notes précieuses. L’entrée sera rue Dareau, 92, près la rue Halle, dès onze heures du soir. Pour éviter le rassemblement de curieux et de gêneurs, prière de ne pas ordonner l’arrêt de voitures devant la porte d’entrée.”

La curiosité prend vite le pas et la presse se déplace à cet événement qu’il ne fallait surtout pas manquer.  De jeunes gens sont présents afin d’accueillir les convives. Ils les emmènent jusqu’à une pièce au milieu des restes humains. On dénombre quand même une centaine de spectateurs. 45 musiciens arrivent, recrutés parmi les artistes de l’Opéra.

Le Petit Parisien du 9 avril 1897 décrit la scène :

Toujours est-il qu’au long des murs garnis d’ossements, on avait aligné des chaises, que des bougies avaient été allumées, et qu’une centaine d’invités parmi lesquels figuraient des dames entendirent, entre onze heures et minuit, et à quatre-vingts pieds sous terre, les musiciens exécuter la Marche funèbre de Chopin et la Danse macabre de Saint-Saëns, et les poètes réciter des pièces de vers plus ou moins lugubres.”

Pourquoi c’est devenu sujet à tant de polémique ? Il faut savoir que c’est illégal : à l’époque, les catacombes ne sont ouvertes au public qu’à date irrégulière, et leur visite est strictement encadrée. Mais cette clandestinité ajoute du piment à la soirée, et dès le lendemain, le Tout-Paris ne parle que de « l’aubade aux morts ». Comme toutes les polémiques, certains en sont ravis, d’autres scandalisés. Le journaliste de La Croix ne cache pas sa sidération.

Lire aussi :  La nature assassine : Quand l'Italie tremble

Quelques jeunes gens qui se vantent d’être blasés mais qui ont surtout perdu le sentiment des convenances ont cru très « fin de siècle » d’organiser un concert macabre dans l’ossuaire des catacombes de Paris. À minuit, une assistance fort mélangée écoutait, sous les voûtes sépulcrales, entre des murs de débris humains desséchés, des marches funèbres et des danses macabres. On s’est bien amusé !! Jadis les chrétiens descendaient aux catacombes pour échapper aux bêtes ; aujourd’hui ce serait précaution inutile…”

Pour lutter contre cet événement et faire en sorte qu’il ne soit pas régulier les services des carrières empilent des ossements entre les piliers. Quant à l’agent municipal qui a laissé rentrer les invités il sera renvoyé manu militari.

 

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE