Lettre à un ami dans la peine

0
1870

La mort d’un être aimé est une expérience à laquelle l’on ne peut pas échapper. Elle vient en un temps où l’on voit ses parents vieillir peu à peu, puis partir un jour, alors qu’on est soi-même parent, accompli dans sa vie d’adulte, occupant la place qu’ils occupaient autrefois.

Thierry n’a pas eu cette chance. La mort l’a frappé un dimanche, une voiture l’ayant renversé. Après quelques jours de coma, elle a emporté l’espoir, laissant sa femme, son fils et sa mère dans la douleur. Thierry n’est plus, et Tugdual a vécu cela à un âge – 16 ans – où l’on n’a pas eu le temps de se préparer.

C’est une façon injuste et brutale de partir. Chacun pourra éprouver la colère, crier à l’injustice, mais pas maintenant. Maintenant est l’heure du recueillement et de l’amour, l’heure est de dire à Thierry qu’il manquera à ceux qui le connaissaient, de dire à ceux qui ne le connaissaient pas quel homme il était, et surtout, de dire à Tugdual qu’il n’est pas seul. La colère et la justice devront attendre à la porte, leur heure viendra, mais leur place n’est pas ici.

Pointe-du-raz-300x225 Lettre à un ami dans la peine
La pointe du Raz

Tugdual était toujours souriant, toujours aimable, mais depuis l’accident, même si son courage nous laisse abasourdis, quelque chose en lui a changé. Son sourire a disparu. Mais il est resté debout dans sa peine, courageux alors que tout semblait s’écrouler autour de lui.

La seule chose que veulent les gens qui l’aiment, c’est voir son sourire réapparaître un jour. Un jour lointain, peut être, mais un jour. Comment faire, lorsque pour seule réaction quand il entrait dans la pièce, nous regardions le bout de nos chaussures ? L’amitié et la solidarité ont repris le dessus rapidement, et Tugdual a été entouré par ses amis, ses professeurs, toute l’école, nous permettant d’être ensemble et surtout avec lui, pour le soutenir.

Pourtant, le silence est peut être nécessaire. Un bon silence, pas l’absence de parole empesée, mais le silence de l’écoute. Un jour, quand il le décidera, quand il en aura besoin, Tugdual aura envie de parler, et il a besoin de savoir que quelqu’un est prêt à l’écouter. Cela, nous pouvons le faire pour lui, parce qu’il est notre ami.

Parfois aussi la parole est bonne à dire. Pas la parole empruntée et faussement cordiale, mais celle dont il a besoin, qui lui parle comme on lui a toujours parlé, de cette vie qu’il a devant lui et qu’il doit continuer, comme son père l’a voulu pour lui. Lorsque le moment sera venu, nous le ferons aussi pour lui, parce qu’il est notre ami. Et parce que nous l’aimons.

Alors peut être que, dans une modeste mesure, nous pourrons l’aider à faire son deuil. Faire le deuil, ce n’est pas remplacer la douleur par l’oubli, c’est remplacer la tristesse d’avoir perdu un père par le bonheur d’avoir passé du temps à ses côtés.

Les commentaires sont volontairement fermés. Les amis de Tugdual qui souhaitent lui témoigner leur soutien, peuvent envoyer quelques mots, un texte, une photographie ou une musique à l’adresse suivante : [email protected]

Ces mails seront publiés ici même après modération.

Un groupe Facebook fermé a été créé, vous pouvez le rejoindre en suivant ce lien :

Lire aussi :  Avis de décès - Monsieur Lucien MANDRIÉ

https://www.facebook.com/groups/518615838196672/

Nous vous rappelons que la cérémonie religieuse aura lieu mardi 23 avril à l’Eglise Saint François de Molitor, 44 Rue Molitor, 75016 Paris, à 9h30.

Ce témoignage est publié à l’initiative des élèves de la classe de Tugdual.

Les contributions des élèves, amis et proches

 « To weep is to make less the depth of grief. » disait Shakespeare ; et j’ai pleuré…

Roxane F.

Thugdual,
La semaine passée m’a beaucoup marqué et m’a fait prendre une réelle conscience de ton courage et de ta personnalité formidable. Je ne peux pas ressentir ce que tu vis mais sache que j’aimerais pouvoir être d’une quelconque aide pour toi et que bien que nous n’ayons jamais été très proches j’aimerais pouvoir t’apporter quelque chose. J’ai connu trois amis qui ont perdu un de leur parent cette année et ça a  été toujours difficile de pouvoir leur être un soutient bien que je partage leur peine. Sache aussi que j’ai un profond respect face a ton attitude, ton courage et ton espoir dans les moments les plus dures.
Une seule personne part et un vide indescriptible se créer, nous serons la pour t’apporter le plus que nous pouvons.
Je pense fort à toi, personnellement et aussi au nom de la classe qui partage ta peine,
Bonne chance.
Philippe

 

Tugdual,

Les gens que l’on aime ne partent jamais vraiment. Et une des plus belles façons de vivre est peut être celle de continuer à exister à travers la pensé des autres.

Nous ne pourrons pas te rendre cette personne qui t’es chère, ni combler ce vide que tu auras. Mais nous saurons être là pour toi. Et afin qu’il vive encore un peu, nous n’oublierons pas…

De là où il est, tu peux être sur que ton père continuera à être fier de toi. Et de là où nous sommes nous, nous continuerons à admirer ton courage, ta force et ta foi en la vie…

Que ton père fasse une beau voyage. Qu’il puisse se reposer et s’apaiser à l’idée que sa famille soit ce qu’elle est… Et nous pouvons alors vous dire :

Qu’il n’y a rien de plus beau qu’aimer, lorsqu’il s’agit de vivre ensemble, lorsqu’il s’agit de s’aider, de rire ou même pleurer et surtout, de continuer…

La classe, les Premières, et tout ceux qui connaissent cette épreuve vous confient leurs plus sincères encouragements.

A toi, ta mère, et ta famille,

Elodie

 

Tugdual,

Je souhaite te dire combien je partage ta peine.

Tu traverses de douloureux moments mais tu n’as jamais perdu espoir.

C’est ce qui fait ton courage, ta foi en la vie. J’admire ton courage, ta dignité.

Ton papa est très fier de toi de là où il est.

Sache que tu n’as pas à surmonter cette épreuve seul,  nous sommes tous là et te soutenons.

J’ai également perdu des membres très proches de ma famille et ce qui m’a permis de surmonter ces  épreuves est de savoir que nous sommes toujours ensemble par la pensée , et que le moment venu,  nous nous retrouverons au Paradis.

Ton papa a simplement traversé l’autre rive, il est entré dans la lumière.

Il est désormais votre ange gardien à ta maman et à toi et il veille sur vous, il ne cessera jamais de vous aimer et le manifestera à travers des signes que tu pourras percevoir (un oiseau, un rayon de soleil, le vent…).

Ton papa sera toujours là pour toi ; il est l’étoile qui saura te guider dans ta vie.

Il a laissé un empreinte dans ce monde, et il continuera à vivre dans le cœur de tous ceux qui pensent à lui.

Il sera toujours présent et il t’a confié un bien précieux : il t’a donné les clefs, à toi maintenant de poursuivre ce que vous avez construit ensemble.

Votre relation ne cessera jamais.

L’amour de ton père te portera, toi et ta mère pour continuer sur cette route, qu’est la Vie, dans l’espérance. .

Entoure ta maman de tout ton amour

Mes prières vous accompagnent.

Je suis de tout cœur avec vous dans cette triste épreuve.

Je voudrais tout simplement te confier ces quelques lignes extraites d’une prière amérindienne :

«  Je suis le scintillement des cristaux de neige,
Je suis la lumière qui traverse les champs de blé,
Je suis la douce pluie d’automne,
Je suis l’éveil des oiseaux dans le calme du matin,
Je suis l’étoile qui brille dans la nuit ! »

 

Alexandra L.

V__D8EB-225x300 Lettre à un ami dans la peine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pauline de S.

«Le malheur d’avoir perdu ne remplacera jamais le bonheur d’avoir connu.»

François M.

“Il faut pleurer les hommes à leur naissance et non à leur mort” V.Hugo

 

Tugdual,

Les mots sont dérisoires et j’en suis vite à court. J’ai moi-même perdu plusieurs personnes qui m’était chers, je connais des gens ayant perdu un de leur parent, mais je n’ai pas la prétention de vouloir comprendre ce qui est si difficilement acceptable. Même si nous nous ne connaissons que trop peu je ne peux m’empêcher de ressentir une extrême compassion, même si mon message n’est que quelques mots d’un quasi inconnu au milieu des nombreux soutiens que tu reçois, je ne peux que te faire part de toute mon affliction et de mon plus grand soutien. Je t’admire. Ta force, ton courage, l’honnêteté de tes paroles qui m’ont profondément émues, tu gardes la tête haute au milieu de ce cauchemar. Je te présente mes plus sincères condoléance même si je répugne ce genre de formule toute faite, je ne trouve plus mes mots …

Mes pensées sont avec toi.

Roman  

Tugdual

Déjà presque six ans que nous sommes amis , et pourtant je ne trouve pas les mots pour te dire à quel point je voudrais être là pour toi, essayer de partager ta peine et ta douleur. Tu sais que les amis ne sont pas seulement là dans les bons moments mais aussi malheureusement dans les pires, tu pourras toujours compter sur moi.

J’ai eu le plaisir de rencontrer ton papa à son lieu de travail et je me souviens à quel point lui et toi étaient intégrés, respectés et aimés de tous et je ne doute pas qu’il soit fier de toi, de ton courage et de ta force.

Ta eugé qui veut t’apporter tout son soutien et son amour même si tu es maintenant sous une bonne étoile, celle de Thierry.

Eugénie

Votes !