Mon voisin le crématorium, la (mauvaise) humeur du Rédac’chef

1
926

La crémation se développe en France, constamment et régulièrement, ce qui pose des problèmes d’infrastructures. Problèmes qui, en se résolvant, posent d’autres problèmes. Un vrai casse-tête.

Madame Chombier et Monsieur Schmoll vont en bateau

110103155101765_41_000_apx_470_-300x144 Mon voisin le crématorium, la (mauvaise) humeur du Rédac'chef« C’est une bonne nouvelle ! » s’exclame Madame Chombier, « ils vont enfin construire un crématorium ! » « Formidable » s’exclame Monsieur Schmoll, « Depuis le temps. Vous vous rappelez, ma pauvre épouse, nous avions dû faire 150 kilomètres pour la crémation, quelle misère ! » Les deux voisins se regardent, satisfaits. Madame Chombier aussi a dû parcourir des kilomètres pour respecter les dernières volontés de son cher époux.

Les deux voisins sont gaiement en train de deviser sur les mérites de leur maire qui fait tant pour l’aménagement de la commune, lorsqu’un jeune homme lourdement chargé les interpelle. « Pardon, Madame, Monsieur, auriez-vous l’amabilité de m’indiquez laquelle de ces parcelles est celle du père Magotte ? » Monsieur Schmoll est le plus rapide : « C’est l’immense terrain qui jouxte nos propriétés, à Madame Chombier et moi-même, juste là »« Merci » Répond le jeune homme, s’apprêtant à prendre congé, mais c’était sans compter sur la grande curiosité de Madame Chombier « Le terrain vous intéresse ? »« Moi, non », explique le jeune homme, « je suis le géomètre expert envoyé par la mairie pour décider de l’implantation des équipements du crématorium ».

Plus tard, le négociateur du GIGN est perplexe : il n’a pour ainsi dire jamais affaire à ce genre de population, des gens ordinaires, et il se demande pourquoi diable ils ont soudain éprouvé l’envie de monter des barricades et de prendre en otage un géomètre expert. Leur leader, une dénommée Chombier, a été très claire : ils n’ont pas l’intention de se laisser écrapoutir, et les tireurs d’élites de se demander si l’écrapoutissement est un motif légitime de tir.

Lire aussi :  Être orphelins : L'enfance éternelle

Chombier Gue Vara

crematorium-300x159 Mon voisin le crématorium, la (mauvaise) humeur du Rédac'chefSi l’historiette ci dessus est un tantinet exagérée, il faut reconnaître que l’actualité ne manque pas de collectifs citoyens qui s’opposent à la construction de crématoriums, tant, en fait, que l’on ne se donne même plus la peine d’en parler dans la revue de presse de Funéraire Info. Sinon, celle-ci ferait trois pages et ne parlerait que du phénomène.

Ces personnes ne sont pas, ou très rarement, opposés à la construction d’un crématorium, l’annonce qui a été faite du projet les a souvent d’ailleurs emplis de satisfaction. Ils veulent un crématorium, mais ils n’en veulent pas à côté de chez eux. A côté de chez quelqu’un d’autre d’ailleurs, non plus.

Le problème, c’est que, dans le maillage résidentiel actuelle de la France, il existe deux solutions : soit le construire à côté de chez quelqu’un, soit le construire au milieu de nulle part. Cette dernière solution va coûter une fortune, tant en aménagements d’infrastructures pour l’accès du public, que pour l’approvisionnement en gaz. Sans compter le fait que le crématorium risque de s’équiper du système de retransmission de cérémonies funéraires : il va être bien, le débit ADSL, perché sur un Volcan d’Auvergne.

Vous verrez qu’il y en aura toujours, parmi ces ex-futurs voisins, pour râler et se demander pourquoi diable ils ont été construire le bâtiment au milieu de la cambrousse.

Mon voisin le crématiste

p782_1_00-300x226 Mon voisin le crématorium, la (mauvaise) humeur du Rédac'chefPourtant, il n’y a que des avantages à avoir un crématorium près de chez soi. Quoique plaçant toute ma confiance dans les personnels de l’institution pénitentiaire, je préfère avoir à côté de chez moi un centre funéraire qu’une prison centrale. Esthétiquement, c’est plus joli. Et il y a beaucoup moins de chance pour qu’un pensionnaire du crématorium s’évade et me vole ma voiture.

Lire aussi :  Obsèques laïques, vin d'honneur, loto et belote en salle municipale

Je préfère aussi, à bien y penser, avoir à côté de chez moi un crématorium que des voisins. Mes voisins actuels sont charmants, là n’est pas la question, mais ça n’a pas toujours été le cas dans les logements que j’ai occupé. Et les voisins, ça va, ça vient. On n’est pas à l’abri qu’un sociopathe vienne habiter le quartier d’en face.

D’ailleurs, il est amusant de constater que, si les autochtones rechignent à voir construire un crématorium près de chez eux, ils ne renâclent pas à l’idée d’acheter un terrain à côté du crématorium, une fois celui-ci bâti. Attirés, certes, par un foncier largement en dessous du prix moyen, mais aussi par une route soignée par la commune qui bichonne en général ces équipements, par un voisinage, on y revient, calme et discret. D’autant que généralement, les centres funéraires sont entourés de parcs paysagers soigneusement entretenus, d’architecture plaisante, et que les nuisances sont inexistantes. La fumée ? Quelle fumée ? Avec les filtres imposés par les normes modernes, vous verrez parfois un filet de fumée, minuscule, incolore et inodore. S’il vous incommode, jetez votre barbecue.

Non, c’est décidé, les esprits chagrins feront ce qu’ils veulent, mais moi, je veux habiter à côté d’un crématorium. Sans compter que le jour de ma mort, je demanderai à mes héritiers de placarder sur la porte de ma maison cette variante d’un texte connu : « Je ne suis pas mort, je suis simplement chez les voisins… »

Votes !

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE