Presse qui roule…

0
453

         Voici que la Toussaint approche et que nous nous préparons comme chaque année à voir revenir l’éternel marronnier car travailler dans une Pompes funèbres à la Toussaint, c’est pas la fête.

Marronnier Presse qui roule...
C'est la Toussaint

« La mort, un business juteux », les écarts entre les devis, les soins qui ne servent à rien, un peu de glace carbonique et le tour est joué (plus une machine à remonter le temps pour aller en chercher)… Les croque-morts, ces vautours qui volent en cercle autour de vos défunts, vous allez adorer les détester! La Toussaint, c’est vraiment notre fête.

Il faut dire qu’en dehors de cette période, nous n’intéressons pas beaucoup la presse et c’est bien normal. La mort terrifie et l’homme, qui est la seule espèce à posséder la conscience de sa propre mort, est programmé pour oublier à chaque instant qu’il va mourir. C’est précisément cette peur qui a généré, il y a environ 30 000 ans, les premiers rites funéraires chez nos ancêtres du néolithique moyen. Ces rites funéraires qui ont différencié l’Homme de l’animal… C’est à cette époque qu’il faut aller chercher  la réponse à cette question essentielle: A quoi servons-nous?

Certains répondront « à rien » et on peut parfaitement l’entendre, à condition de se placer en dehors de tout contexte culturel et social, pour ne pas parler de religion. Effectivement, les obsèques ne sont pas obligatoires, ce qui l’est c’est l’enterrement ou la crémation. D’ailleurs, il y a des cultures et des sociétés dans lesquelles les pompes funèbres n’ont pas leur place. Mais ce n’est pas le cas de la nôtre.

Lire aussi :  Chronique film animations : Les noces funèbres

Une fois qu’une personne est décédée, plus rien ne peut la ramener à la vie. Tout ce qu’on va faire pour un défunt est donc uniquement symbolique. Les funérailles sont un hommage que l’on rend à un être aimé. Certains souhaiteront se recueillir sur une tombe, d’autres non mais chacun éprouve le besoin d’accompagner la séparation d’un dernier adieu.

Oui, les obsèques ont un coût, mais un prix élevé n’est pas automatiquement  synonyme d’arnaque. On peut s’estimer arnaqué seulement lorsqu’il y a tromperie sur la qualité des prestations.  Les familles sont libres de choisir ces prestations. Il est évident que le montant d’un devis varie selon la gamme du cercueil et de tous les services. On ne peut pas simplement faire la tournée des agences et ensuite comparer les tarifs en prétendant qu’il s’agit des mêmes devis.

Un prix élevé peut être tout simplement signe de qualité et aussi de salariés correctement rémunérés. Un bon conseiller s’adapte au budget d’une famille. Tous ces articles jettent le discrédit sur l’ensemble d’une  profession et portent injustement atteinte à tous ces hommes et ses femmes qui sont tous les jours et à toute heure au service des familles pour s’occuper des morts.

toussaint-300x221 Presse qui roule...
La Toussaint du funéraire

Je conclurai en ma qualité de Thanatopracteur en  précisant que non, les soins ne sont pas obligatoires et qu’ils ne doivent jamais le devenir, seul le défunt s’il a souscrit un contrat de son vivant ou sa famille si ce n’est pas le cas, a le droit de décider de les faire pratiquer ou non, mais affirmer que la glace carbonique aurait la même efficacité est un mensonge et surtout c’est nier une réalité scientifique: La Thanatopraxie est à l’heure actuelle le seul moyen de conserver un corps dans de bonnes conditions d’hygiène de sécurité.

Lire aussi :  Lutte contre les violences faites aux femmes : La prochaine, c'est toi

Par Claire Sarazin

Par mail : [email protected]
La Belfortaine de Thanatopraxie (0683061180) et Centre de formation Thanatopraxie Art et Technique (0670935526)

http://thanatopraxie.forumactif.com/forum

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE