Prévention routière et pompes funèbres – Editorial

0
323

fuinfo-300x225 Prévention routière et pompes funèbres - EditorialStop, ça suffit, maintenant. C’est un coup à me gâcher mon été. Parce que, malgré ce que vous indique la météo, c’est l’été.

Vous avez peut être vu, dans la revue de presse la semaine dernière, ce petit film du gouvernement basque pour la prévention routière. Sinon, je vous raconte. Des jeunes, ils ont bu, ils sont sur un parking, un corbillard s’arrête, un croque-morts en descend, avec une tête digne de Lucky Luke, et propose de les ramener dans sa voiture.

Message : si tu bois en conduisant, jeune, c’est le croque-morts qui va te ramener chez toi, avec une tête de vampire, mais pas comme dans « Twilight ».

Il faut arrêter, maintenant. Déjà, il faut arrêter de faire des films de prévention routière tellement ridicules que le public visé se les passe pour rigoler en sifflant des shots de Vodka avant l’ouverture des discothèques. Ensuite, il faut arrêter d’y mêler les pompes funèbres. C’est vrai, quoi : on n’y est pour rien, nous, si ça marche pas.

Il y a quelques années… Oui, je raconte ma vie.

Donc, il y a quelques années, on a été appelés pour une réquisition. Un accident de la circulation. Choc frontal, pas beau : un petit jeune ivre qui avait percuté la voiture d’une joyeuse équipe de travailleurs, qui faisaient du covoiturage pour aller à l’usine. Il y avait trois cadavres sur la chaussée, et nous devions les transporter après nous être assurés que rien ne manquait. Pendant que nous emballions les corps dans les housses, les pompiers essayaient de dégager le moteur de la voiture des travailleurs du châssis. Ce n’était pas vain : entre les deux, il y avait ses jambes. Finalement, une sera amputée sur place, l’autre à l’hôpital. Et l’homme était conscient.

Lire aussi :  Les pompes funèbres sont avant tout un métier de service

Je me rappelle régulièrement les cris de cet homme à qui l’on coupait les jambes pendant que nous ramassions les restes de ses copains morts. Je me rappelle de ces nuits ou ils m’ont empêché de m’endormir. Et je suis fou de rage lorsque je vois un spot de publicité ou un pseudo croque-morts fait mine de se réjouir du malheur des gens. Pour qui ils nous prennent, à la fin ?

Ce premier éditorial de l’été commence de façon brutale, pardon. Mais il continue encore moins bien, pour finalement aller mieux. Vous avez peut être eu l’occasion de lire l’interview de Madame Poirier (ICI), la présidente de la fédération des conjoints survivants, et de vous rendre compte du scandale que représentait l’oubli, il y a peu, de la journée des veuves et des orphelins, pourtant décidée par l’ONU. Nous avions déjà publié un billet d’humeur à ce propos (ICI).

Râleurs, nous avions également pesté (enfin, toujours le même) contre l’imbécillité, pardon, il n’y a pas d’autres mots, de cette histoire de pose des scellés sur les cercueils. Ce qui en soit se justifie, mais c’est juste une loi très, très mal conçue (ICI).

Fort heureusement, Funéraire Info n’est pas qu’une revue de râleurs insatisfaits (en fait, il n’y en a qu’un), puisqu’elle vous instruit aussi sur des sujets aussi variés que l’histoire du corbillard ou les démêlées du Crapouillot (ICI), un journal satirique, avec les pompes funèbres, ou l’inverse. Ce n’est pas très nouveau, en fait, cette manie de vouloir à tout prix décrédibiliser une profession en la présentant comme un repaire de capitalistes cyniques, avides du malheur des gens. Curieusement, on ne les voit jamais, les auteurs de ces articles, à quatre heures du matin, en réquisition sur un accident de la circulation.

Lire aussi :  Vignette anti-pollution, les pompes funèbres étouffées ?

Pour avoir le temps de lire et relire à l’infini, nous vous avons concocté un article sur l’immortalité (ICI). L’immortalité, ce n’est pas si bien que l’on croit, au final : trop de lassitude, pas assez de ressources. Mais ne déflorons pas la conclusion de cette série.

Cet été, l’équipe de Funéraire Info ne prend pas de vacances. Beaucoup de travail nous attends pour préparer la première rentrée de notre webjournal issu de l’actualité de Mémoire des Vies. Nous avons décidé, par la même occasion, de continuer nos publications, avec certes un rythme et un contenu parfois plus léger, mais tous les jours, il y aura un article. Et tous les jours, nous essaierons de vous apprendre quelque chose.

Bien entendu, l’information continue, et notre équipe est pleinement déployée sur le terrain pour vous tenir informés de l’actualité du funéraire. De la conférence de presse de Michel Leclerc à la session extraordinaire du parlement qui s’ouvre et qui va donner lieu, qui sait ? A des décisions qui nous touchent de près ou de loin, nous sommes là, et vous pourrez, ou que vous soyez, savoir qui fait quoi, qui décide quoi, toujours avec ce ton décontracté, parce qu’il ne faudrait pas vous donner l’impression de travailler en vacances, non ?

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE