Retransmission vidéo de cérémonies funéraires sur Europe 1

0
480

6072722798_f625060ecd-300x224 Retransmission vidéo de cérémonies funéraires sur Europe 1Hier soir, l’on a parlé de pompes funèbres dans une grande émission de radio.

« Des clics et des claques », sur Europe 1, s’intéressait en effet à la retransmission vidéo de cérémonies funéraires, en recevant pour cela François Michaud Nérard, directeur général des Services Funéraires de la Ville de Paris.

La première partie du sujet a été traité avec une certaine forme de curiosité. François Michaud Nérard a été prié d’expliquer le principe, l’historique et les avantages du système, sous l’œil professionnel de Bérengère Bonte, et curieux de Karl Zéro, invité de l’émission et qui a encore une fois fait démonstration de sa grande curiosité intellectuelle. Monsieur Michaud Nérard a été ensuite gentiment bousculé sur les inconvénients d’un tel système et les questions d’éthique qu’il pose. Il en fallait plus pour déstabiliser ce grand professionnel, qui s’est offert le luxe de reprendre les journalistes présents sur l’usage du terme « incinérer », expliquant que celui-ci désignait les déchets ménagers.

Se sont ensuivi des réactions d’auditeurs, une pour, une contre, et l’émission a rempli sa vocation pédagogique. A une exception près, bien entendu, Guy Birenbaum.

Celui-ci, bien connu des internautes, fait partie de ce courant de pensée qui considère que tout ce qui n’est pas gratuit est trop cher. Attaquant le service sur son prix, et accusant le fournisseur de service de s’en « mettre plein les poches », il a fait la démonstration qu’il n’avait rien écouté, ou rien compris. Ses attaques répétées contre le système, ensuite, ont démontré, encore une fois, que Guy Birenbaum, s’il est toujours partant pour faire preuve de virulence contre les problèmes en général, redouble d’ardeur contre ceux qui proposent une solution à ces problèmes, et le privent par là même de son fond de commerce.

Lire aussi :  Décès un 9 novembre, éphéméride

Regrettable, alors que le reste de l’émission, objective, s’est efforcé de poser le pour et le contre, soulevant les détails du fonctionnement du système, et les difficultés qu’il pouvait poser. François Michaud Nérard ne s’est d’ailleurs pas offusqué des critiques souvent pertinentes formulées à son endroit, expliquant que le système de retransmission vidéo n’était pas une panacée universelle, mais une solution précise mise en place d’un problème qui concerne trente pour cent des familles. Ce qui n’est déjà pas si mal.

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE