Revue de presse du 11 février 2013

0
287
pressenationale-300x287 Revue de presse du 11 février 2013
Revue de presse

Décès

Surnommé le “vieux lion de Coat-Méal”, Gabriel de Poulpiquet s’est éteint vendredi, à l’âge de 98 ans. Ce gaulliste de la première heure fut élu député en 1968, recueillant 88% des voix. Un exploit qui lui valu le titre de député “le mieux élu de France”.

Pour en savoir plus

La légende de la boxe thaï, le maître Yodthong Senanan (76 ans) est mort dans la station balnéaire thaïlandaise de Pattaya, a annoncé ce samedi la fille de l’entraîneur légendaire.

Pour en savoir plus

Changements

Madame Nelly CHEVALLIER-ROSSIGNOL, déléguée générale de la Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie (CPFM), va laisser sa place à M. Richard FERET le 31 mars 2013.

Pour en savoir plus

Mouvement social

A l’appel des syndicats CFDT et FAFPT, les agents de la régie municipale des pompes funèbres de Toulouse sont en grève depuis vendredi. Dix-huit des vingt et un convoyeurs municipaux ont reconduit leur mouvement ce samedi et lundi.

Pour en savoir plus

Paralysie

Huit ans après l’appel d’offres lancé par la mairie, la création d’un second crématorium à Maubeuge se fait toujours attendre. Sur le fond, rien ne s’oppose pourtant au projet: préfecture, municipalité, Agence régionale de santé… Tous ont validé la nouvelle installation proposée par Maurice Abitbol, patron de France Obsèques et délégataire de ce service public. Reste la crainte d’une poignée de riverains qui ont déposé un recours au tribunal administratif. Dans l’attente d’une décision, le dossier est condamné à rester au point mort.

Pour en savoir plus

Interview

Jean-Pierre Sueur, auteur récemment d’une question orale au Sénat sur l’application, par les maires notamment, de la loi de 2008 relatives aux prestations funéraires, donne uen interview au « Courrier des maires ». Toujours interessant.

Lire aussi :  Médias : Les contrats obsèques épinglés

Pour en savoir plus

Avis

La blondeur de ses cheveux contraste avec la noirceur de son costume. Gérante de son entreprise de pompes funèbres, Ghislaine Perrin tente d’apporter de l’éclat dans un métier sinistre. Voire sinistré puisque la quadragénaire doit faire face aux difficultés de ce métier spécifique : la concurrence des grosses enseignes et l’attachement des familles à une pompe funèbre. « Une entreprise peut avoir gardé le nom d’un indépendant alors qu’elle est franchisée ou fait partie d’un réseau. Les familles ne s’en rendent pas compte. En plus, elles ne demandent pas de devis », regrette-t-elle. « Désormais, c’est le monde de la finance qui dirige la profession ».

Pour en savoir plus

ephemeride2-150x150 Revue de presse du 11 février 2013

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE