Sondage sur la légalisation de l’euthanasie

0
341

Sondage sur la légalisation de l’euthanasie :

Ce que révèle vraiment le sondage du Pèlerin

 

Le magazine Le Pèlerin a publié récemment les résultats d’un sondage qu’il a commandé à l’IFOP sur les français et la fin de vie. Aux termes de celui-ci, il apparaît que 86% des personnes interrogées sont favorables à la légalisation de l’euthanasie, définie, dans la question posée, comme « la pratique visant à provoquer, sous le contrôle d’un médecin, le décès d’un individu atteint d’une maladie incurable ».

 

mains Sondage sur la légalisation de l’euthanasie
Euthanasie, sondage IFOP

Ce que révèle vraiment le sondage du Pèlerin, c’est que les sondés ignorent que la loi du 22 avril 2005 (dite Loi Leonetti) autorise déjà une telle pratique. En effet, d’une part, selon l’art. L1111-10 du code de la santé publique, « lorsqu’une personne, en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, quelle qu’en soit la cause, décide de limiter ou d’arrêter tout traitement, le médecin respecte sa volonté après l’avoir informée des conséquences de son choix ». Si celui-ci est hors d’état de manifester sa volonté, l’arrêt des traitements est décidé au terme d’une procédure qui associe l’entourage et l’équipe médicale.  D’autre part, l’article L1110-5 du code de la santé publique autorise le recours au traitement dit « double effet » (traitement visant à soulager de la souffrance mais qui peut avoir pour effet secondaire de tuer). Ce traitement, qui suppose l’adhésion du malade ou, s’il n’est pas conscient, de son entourage, est circonscrit aux personnes en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, quelle qu’en soit la cause, et ne peut être mis en œuvre que lorsque le médecin constate qu’il ne peut soulager la souffrance autrement.

Lire aussi :  Assises du funéraire : La conclusion passionnée de Damien Le Guay

Dès lors qu’un médecin respecte les conditions posées par le code de la santé publique, il ne peut pas être condamné sur le fondement de la non assistance à personne en danger s’il a arrêté les soins, ni sur le fondement de l’empoisonnement, s’il a administré une substance antalgique qui a entraîné le décès du patient.

Malheureusement, la méconnaissance du dispositif légal n’est pas seulement le fait de l’opinion publique, elle est également le fait des magistrats et des médecins eux-mêmes, comme l’a constaté le rapport d’information relatif à l’évaluation de la loi n° 2005-370 du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie (AN n° 1287, 28 nov. 2008). Depuis la publication de ce rapport, des efforts ont été faits (notamment par l’édiction d’une circulaire, fin 2011, à destination des magistrats), mais ils sont encore insuffisants.

 

Il n’en demeure pas moins que la loi Leonetti autorise l’abrègement de la vie pour mettre un terme aux souffrances. Il est vrai que les conditions posées par les textes sont strictes. L’extension de la légalisation de l’euthanasie supposerait donc d’autoriser celle-ci lorsque le patient ne souffre pas ou peu et/ou n’est pas atteint d’une maladie grave et incurable. On s’alignerait d’une certaine manière sur la législation suisse qui autorise le suicide assisté et où il s’avère que 30% des personnes mortes avec ce dispositif ne souffraient pas d’une maladie mortelle (La Croix, 4/10/12, Interview de J. Leonetti). Les français sont-ils favorables à une telle extension ? C’est cette question qu’il faudrait leur poser. Et il est très probable que nombre de français, pressentant les risques de dérives, s’y opposeraient.

Lire aussi :  Sa mort a été le plus beau jour de sa vie

 

Pour aller plus loin:

Sur le site de l’ifop : les résultats complets du sondage “Les Français et la fin de vie”.

http://www.elle.fr/Societe/News/Euthanasie-une-majorite-de-Francais-favorables-a-la-legalisation-2220172

http://www.pelerin.info/L-actu-autrement/L-actu/Sondage-exclusif-59-des-catholiques-favorables-a-l-euthanasie

http://www.genethique.org/?q=content%2Fjean-leonetti-la-loi-sur-la-fin-de-vie-pourrait-%C3%AAtre-amend%C3%A9e-sur-deux-points

Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE