Surmonter la mort d’un enfant

0
301

Laurence Guillot-Noël est art-thérapeute et plasticienne à Mérignac, près de Jarnac. Elle dédicaçait samedi son livre Passer de l’ombre à la lumière à Cultura, aux Montagnes à Champniers. Ce livre et sa profession actuelle sont en fait l’aboutissement d’une terrible épreuve que cette jeune femme a dû affronter: la perte d’un enfant à l’âge de quinze jours en 2006, puis en 2007, alors qu’elle était enceinte de six mois.

Comme par un acharnement du sort, cette cadre commerciale dans l’emballage de luxe pour le cognac, subit un licenciement économique. «J’ai cherché un fil conducteur, un espoir, confie-t-elle. Et puis j’ai rencontré un thérapeute.» C’est alors qu’elle s’inscrit à la faculté de médecine de Poitiers et obtient en deux ans le diplôme d’État d’art-thérapie. «Cette discipline se donne pour objectif de soulager les personnes en souffrance en exprimant leurs émotions, leurs blocages. On prend du plaisir pour se réconcilier avec l’existence et reconstruire une spirale positive.» Pour cela, elle utilise l’écriture, la calligraphie, la peinture, la mosaïque, mais aussi la musique, le chant, la danse – toutes des pratiques qui font intervenir le plus de sens possibles, pour stimuler le cerveau et donner du plaisir.

1111488_4313468 Surmonter la mort d'un enfant

viaSurmonter la mort d’un enfant – CharenteLibre.

Votes !
Lire aussi :  Attentat de Paris : Dis-moi, comment tu t'appelles ?

LAISSER UNE RÉPONSE