Thanatopraxie réunion le 26 février, initiative de la CPFM, participez

4
521

Comme vous le savez, la profession de thanatopracteur connaît et va connaître de profondes évolutions. En effet, le Législateur procède depuis quelques années à un encadrement plus strict de ce métier et l’avis du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) du 20 décembre 2012 recommande des conditions d’exercice de la thanatopraxie qui les précise encore. C’est le cas, en particulier, pour l’interdiction potentielle des soins à domicile, la possibilité de soins sur les personnes porteuses du VIH et des virus de l’hépatite B ou C. Le HCSP préconise également le renforcement de la formation initiale sanctionnée par un diplôme et la formation continue des professionnels.

 

C’est dans ce contexte que la CPFM a décidé de réunir des thanatopracteurs, qu’ils soient indépendants ou salariés, adhérents à notre Fédération ou non, afin de recueillir les avis et attentes des professionnels. Comme toujours, avec l’esprit d’une construction positive des positions qu’elle défend, la Fédération se propose de porter la voix auprès des institutions concernées.

 

Vous êtes invité à une réunion de recueil et d’échanges de points de vue :

 

le Mardi 26 février 2013  de 14 h 30 à 16 h 30

à l’IBIS STYLES PARIS BERCY

77, Rue de Bercy – 75012 Paris

(Métro : Bercy – Bus 24 : Palais Omnisport – Rer : Gare de Lyon)

 

Merci de nous confirmer votre participation par mail avant le 20 février 2013 en nous précisant vos coordonnées (nombre de places limité).

 

Comptant sur votre présence,

 

Nelly CHEVALLIER-ROSSIGNOL.                                                                         Richard FERET.

Logo-CPFM Thanatopraxie réunion le 26 février, initiative de la CPFM, participez

Confédération des Professionnels du Funéraire et de la Marbrerie (CPFM)

Lire aussi :  Assise du funéraire : François Michaud-Nérard et l'importance du collectif

Fédération professionnelle d’entreprises de pompes funèbres, de marbrerie et de thanatopraxie
14, rue des Fossés Saint-Marcel – 75005 PARIS, FRANCE
Tél. : 01 55 43 30 00 – Fax : 01 55 43 93 09

Votes !

4 COMMENTAIRES

  1. Nous vous informons que le SPTIS ne sera pas présent à cette réunion , en effet nous avons déjà pris une position à ce sujet en accord avec nos membres et auprès des différents ministères concernés par cette mesure. Nous n’avons pas attendu ce genre de réunion pour faire remonter auprès des ministères de tutelle, les avis des thanatopracteurs. Le SPTIS a pris les mesures nécessaires dès l’évocation de ce projet de loi pour se positionner clairement sur ce sujet.
    Nous restons à l’entière disposition des thanatopracteurs qui souhaiteraient nous voir intervenir à nouveau sur ce dossier et nous prendrons rendez-vous directement avec les personnes concernées et avec qui nous échangeons régulièrement afin de faire remonter vos remarques.
    Cédric IVANES
    Président du Syndicat Professionnel des Thanatopracteurs Indépendants et Salariés.

     
  2. Et depuis le 26 février, plus de nouvelles, pas de compte rendu sur les échanges des 12 personnes présentes si peu représentatives de la profession?!
    Un bel effet d’annonce, un grand coup d’épée dans l’eau, un mirage, appelez celà comme vous le voulez mais beaucoup de bruit pour pas grand chose.
    Mais eut égard aux cotisations élevées que les quelques thanatopracteurs qui sont membres de cette organisation paient chaque année (j’en ai fait partie donc je suis bien placé pour vous dire que l’inscription est chère) , c’était la moindre des choses que de leur donner leur minute de gloire durant une journée fusse-t-elle improductive!
    J’espère que les thanatopracteurs verront où se trouve leur intérêt véritable et qu’ils ne cèderont pas aux sirènes des belles intentions ou des actions tant non réfléchies qu’inutiles mais qu’au contraire ils sauront lire entre les lignes pour se faire représenter (ou non car c’est aussi un choix à respecter) par une organisation solide, motivée et réellement désireuse de faire changer les choses !…

     

LAISSER UNE RÉPONSE