Vil brequin, les jours en manche de requiem29

0
286
De temps à autre, requiem29, blogueur parfois quelque peu provocateur, viendra nous faire partager ses anecdotes funéraires, les jours en manche. Attention, âmes sensibles : c’est souvent du brutal.

3b947a89-236x300 Vil brequin, les jours en manche de requiem29Vous connaissez la règle numéro un des historiettes que je raconte ? ”Tout ce qui est écrit est strictement vrai, et a été soit personnellement vécu, soit soigneusement vérifié par l’auteur” (l’auteur, c’est moi, hein). Je n’y ai dérogé qu’une fois, et j’ai fait une longue tartine pour bien le dire avant. Donc, l’anecdote est authentique.

Je tenais à vous le rappeler avant de vous raconter l’histoire qui va suivre.

C’était pendant la fermeture du cercueil. La famille avait pris les devants, et était déjà partie vers l’église : il était compliqué de se garer, dans le quartier. Les Croque-Morts avaient donc recouvert le défunt de son linceul, posé le couvercle, inséré les vis, la boîte était donc désormais close, et tout était prêt à partir.

Sauf que les gars, désespérés, cherchaient partout leur vilebrequin.

« ‘Tain, il est ou ? »

« Mais c’est toi qui l’avait ! »

« Pas question qu’on parte sans, je vais encore prendre une soufflante » ajoutait le maître de cérémonies. La semaine précédente, il avait oublié des tréteaux au cimetière, et la semaine d’avant, il avait égaré un bénitier.

L’un dit : « Bon, reconstituons les faits : qui a fait quoi ? »

« Ben moi, je l’ai amené. »

« Oui, et ? »

« Ben y’avait des fleurs partout, alors je l’ai posé dans le cercueil. »

Palabres, palabres, il fut décidé d’aller chercher dans le corbillard le tournevis de secours, qu’on eut du mal à trouver, dans une vieille boîte sous le siège, et d’ouvrir le cercueil afin de voir si le vil’ y était. Les vis, bien serrées, résistèrent un peu, mais finirent par se dégager.On souleva le couvercle.

Lire aussi :  15 Octobre : Journée mondiale de sensibilisation au deuil périnatal

Il y gisait, en effet, de tout son long.

Les gars se congratulèrent, mais dignement, on était en présence d’un mort, tout de même, refermèrent la boîte, et s’apprêtaient à partir, lorsqu’ils s’avisèrent de l’un d’entre eux, pâle et l’air soucieux dans un coin. Ils s’enquirent de ce qui le préoccupait ainsi. Il demanda qui avait fermé le cercueil la première fois. Personne ne s’en rappelait avec exactitude. Ils lui demandèrent pourquoi.

« Pourquoi ? Ben, tout simplement, parce que J’AIMERAI SAVOIR COMMENT IL A FAIT POUR SERRER LES VIS SANS CE PUTAIN DE VILEBREQUIN !?! »

 www.requiem29.com
Votes !

LAISSER UNE RÉPONSE