2014 : retour sur une année funéraire (1/2)

0
274
Jean-Luc Romero-Michel

En cette fin d’année, il est de bon ton de faire un bilan des actualités qui l’ont animée… et pour certaines auront une influence sur 2015. Sélection.

La fin des soins à domicile

Ca a chauffé, ça chauffe encore. La réforme de la thanatopraxie, puisque c’est bien de cela dont il s’agit, va bien au delà de le levée de l’interdiction des soins sur les patients atteints du HIV.

Le projet global porté par Marisol Touraine fixe également de nouvelles normes pour la réalisation des soins de conservation. Celles-ci, drastiques, impliqueront la fin des soins à domicile, et un certain élitisme, puisque seules certains labos répondant à un cahier des charges bien précis seront habilités à recevoir les thanatopracteurs.

Une augmentation des coûts, une systématisation du transport avant mise en bière, et un abaissement de la liberté du funéraire : quoique l’on pense des raisons qui motivent cette nouvelle législation, il faut reconnaître que celle-ci a été bien mal préparée. Au final, ce sont les familles qui vont payer.

Dans ce débat, ou la levée de l’interdiction des soins sur les patients atteints du HIV a primé sur la plupart des autres considérations, Funéraire Info a mis un point d’honneur a donner la parole à toutes les parties. Ainsi, nous avons interviewé Jean-Luc Roméro, fervent soutien du projet.

Rachat des Crématoriums de France par FUNECAP

L’encre n’avait pas encore fini de sécher que déjà nous annoncions le rapprochement de FUNECAP et des Crématoriums de France.

Numéro deux du marché des pompes funèbres en nom propre, FUNECAP, connu grâce à ses enseignes Pascal Leclerc, Rébillon, devient un poids lourd du secteur de la crémation. Encore loin du paquebot OGF, c’est néanmoins le leader que FUNECAP a dans le collimateur.

Lire aussi :  Service Catholique des Funérailles, nouvelle agence à Fréjus

Au sein du groupe FUNECAP,  « La Société des Crématoriums de France » restera une structure autonome, avec sa propre équipe et son siège social, permettant  de mettre en œuvre de façon totalement impartiale et indépendante le service public de la crémation.   Frank Dinneweth  restera P.D.G.de la société pour les prochaines années.

Le schéma régional des crématoriums

L’implantation des crématoriums en France risque de devenir d’une complexe simplicité, spécialité bien française.

En cause, la répartition inégale des équipements cinéraires sur le territoire : entre zones saturées d’offre et zones désertiques, la carte d’implantation était jusqu’ici laissé à l’appréciation des maires, avec ce que cela implique de luttes politiques et lutte d’ego.

Le projet de schéma national d’implantation remettrait les pouvoirs de décision aux mains d’un géographe muni de plus grandes cartes, l’état ou la région.

La fin d’une gabegie ? Peut être. Ou non : la spécialité des législateurs de notre pays est, après tout, de faire d’une bonne idée un marigot légal.

à suivre…

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here