Les cadeaux du salon : corbillards et cercueils dans tous leurs états

0
668
(Photo : merci à Moon Samiez)
Comme chaque année, le salon funéraire a été l’occasion pour les visiteurs de faire le plein de cadeaux et aux exposants de s’échanger des souvenirs. Petite revue non exhaustive et vrac.
Cindy-225x300 Les cadeaux du salon : corbillards et cercueils dans tous leurs états
(Photo : merci à Cindy)
Hospitalité sur les stands : à boire et à manger

Comme il l’a déjà été souligné, la convivialité était le mot d’ordre sur les stands, et celle-ci se traduisait souvent par un verre. Si le café et le champagne se taillaient la part du lion, selon l’heure, accompagnés de gâteaux apéritifs et de toasts, l’on pouvait aussi emporter un petit quelque chose.

La palme revient sans doute à la délégation portugaises, qui, non contente d’exposer de magnifiques exemples de l’art et l’artisanat funéraire local, a fait profiter quelques visiteurs d’une flasque de Porto, autre spécialité très appréciée du pays.

La France restait le pays du Champagne, avec quelques bouteilles offertes aux bons clients ou gagnées à des concours. On a frôlé le crime de lèse-majesté sur la stand des limousines Pilato, avec un champagne… Italien. Heureusement, il était excellent, tout est pardonné.

Ailleurs, bonbons et sucettes étaient souvent généreusement distribués. Le salon international des soins dentaires, c’est quand, déjà ?

Roxane-169x300 Les cadeaux du salon : corbillards et cercueils dans tous leurs états
(Photo : merci à Roxanne)
Le cercueil dans tous ses états

Le cercueil avait la côte, souvent d’ailleurs monté en porte-clefs. Chromé ou en bois, il était parfois multifonction : on a bien aimé le porte-clef cercueil clé USB. Si le porte clef était souvent en forme de cercueil, le coup de foudre a souvent été jeté sur le cercueil d’Amégapub, ou la boîte emblématique était enchâssée dans un verre circulaire cerclé de métal. Joli et élégant.

« Offrir un cercueil ? Voilà une idée lumineuse » se sont sans doute dit certains, qui ont intégré au porte-clef une LED. De quoi y voir clair lorsque l’on cherche le trou de la serrure du garage du corbillard après une inhumation nocturne. Pour l’avoir testé, la LED crachait vraiment fort.

Les stylos en force

Si le cercueil est spécifique aux salons du funéraire (il serait malvenu d’en offrir aux salons de la naissance, même si on sait tous comment ça se finit, ou, encore pire, au salon du mariage, scène de ménage assurée), le stylo est universel. Chromé ou plastique, bille ou encre liquide façon Ink Gel, impossible de ne pas signer un contrat ou un bon de commande, ce prétexte là, du moins, n’était pas recevable.

Lire aussi :  Le Groupe OGF va gérer le crématorium de Saint-Georges-de-Didonne

Pour paraphraser une grande philosophe française, « T’as été au salon du funéraire et t’as même pas un stylo, non mais allô, quoi ! ».

Beaucoup de tout et un peu de rien

Que dire de l’a variété des goodies distribuées ?

Orthometals, spécialiste du recyclage, offrait des poubelles de bureau. Totalement inutilisable si vous écrivez sur quelque chose de plus grand que des post-it, elles font néanmoins des pots à crayons très efficaces.

Rivaud proposait des magnets en forme de limousine. Idéal pour les collectionneurs, et très pratique, mais seulement si, au milieu de la nuit, pris d’une fringale, vous faites une descente sur le frigo, bien décidé à vous faire un sandwich poulet-cornichons et vous acheter un corbillard.

Les cercueils Carles distribuaient plein de petites goodies, parmi lesquelles les très remarquées balle anti-stress en mousse, idéales également pour une bonne rééducation après une fracture de la main. Si, par exemple, vous avez reçu un cercueil occupé sur les phalanges.

An eternal flame

Coup de cœur pour la Ciergerie Desfossés qui, via sa gamme Efflam, proposait des bougies personnalisées. Le principe était limpide, l’équipe vous prenait en photo, et, quelques jours plus tard, vous recevez dans votre boîte aux lettres une petite bougie avec votre tête dessus. Un petit délai était à prévoir, donc, mais l’originalité est parfois à ce prix.

Seul votre serviteur est reparti avec la sienne, préparée à l’avance sur la base d’une photo de presse, mais c’est parce que nous, les écrivains, nous sommes des privilégiés.

Moment de recueillement

Plus du tout amusant, mais nécessaire, Roc Eclerc distribuait des badges sur son stand. D’un blanc uni, ils représentaient le désormais célèbre logo de la Tour Eiffel devenue symbole de paix. Sans autre logo, sans message, sans aucune forme de récupération, une façon à la fois toute simple et très forte de dire que, si nous étions là, nous pensions aussi à ceux qui n’y étaient plus.

Lire aussi :  Inscrivez-vous gratuitement au 1er Salon du Funéraire Grand Sud

Alors, même si la société ne souhaitait se faire aucune publicité sur cette initiative (et c’est pour cela, par cohérence, que nous n’avons pas intégré le lien sur leur logo), nous nous permettons quand même de souligner l’initiative, et de les en remercier.

Sur Funéraire Info aussi

L’équipe de Funéraire Info ne distribuait pas jusqu’à présent de cadeaux, parce que nous n’avions pas de stand. L’expérience nous a en effet appris que pour trimbaler avec soi suffisamment de goodies, il faut avoir une grande hotte, quelques rênes et s’appeler Père-Noël. Mais la logistique de la base arrière étant suffisamment assurée, nous pouvions désormais réfléchir au genre de souvenirs à offrir.

Et c’est donc munis de photos que nos visiteurs ont visité notre stand, manifestement enchantés. Notre photomaton permettait en effet à chacun de repartir avec une photo, individuelles ou en groupe, imprimée sur un beau papier glacé, mais aussi de la recevoir dans sa boîte mail ET de figurer sur le mur Facebook de Funéraire Info (pardon aux lecteurs qui nous ont détestés pendant trois jours de pourrir leur mur).

Les petits chanceux qui étaient au bon endroit au bon moment auront pu également quitter le stand avec un poster dédicacé de Mortus Corporatus. Parce qu’à Funéraire Info, même si on n’a ni hotte, ni barbe, ni rennes, avec nous, c’est toujours noël.

Enfin, finissons par un clin d’oeil à Annabelle qui nous a expliqué qu’elle avait surtout pris des cartes de visite. C’est vrai qu’on en aurait presque oublié de travailler.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.