Sarah Paquentin, rédactrice en chef de Funéraire Info pour un jour

1
291

A l’occasion de la journée de la femme, nous avons confié les clefs de la rédaction à Sarah Paquentin. Parce qu’on aime beaucoup sa maison d’édition, La Petite Gomme, et que nous avions envie de savoir ce qu’elle proposerait pour cette journée. Présentation de notre rédac’chef du jour.

Un parcours atypique

Sarah a eu un parcours atypique : « Je suis socio-anthropologue de formation. Lors de mes études, je me suis intéressée à la profession de thanatopracteur, sur laquelle j’ai écrit deux mémoires. A l’occasion du deuxième mémoire, j’ai passé un diplôme d’assistante funéraire, pour mieux m’immerger dans ce monde et voir comment les assistants percevaient les thanatopracteurs. » une implication importante, donc, et bénéfique.

« C’est lors de ma formation que je me suis rendu compte qu’il y avait des questions sur les enfants et la mort. Comment parler d’un décès à un enfant, quand, faut il lui montrer le défunt ou non ?. Toutes ces questions étaient importantes, mais trouvaient peu de réponses. C’est de là qu’a germé l’idée de La Petite Gomme. Nous avons sorti un livre sur le deuil expliqué aux enfants, et nous allons en publier deux autres, un sur le deuil animalier, l’autre sur le divorce. Toujours des thématiques assez difficiles, sur lesquelles une aide peut être la bienvenue ».

Sarah rédac’chef

Pour la journée de la femme, Sarah a accepté de prendre la direction de Funéraire Info, un poste à risque. Que nous a-t-elle réservé pour la journée ?

« Un premier article parlera de Manuela Gourmaud et Virginie Théron et du pari audacieux qu’elles ont fait avec le Choix Obsèques. Un second article parle de Cassandra et moi-même, et plus largement de l’écriture dans le funéraire. Enfin, un troisième article traite plus largement des femmes et du funéraire. »

Lire aussi :  Inscrivez-vous gratuitement au 1er Salon du Funéraire Grand Sud

Justement, quelle est votre vision du métier, depuis le temps que vous l’observez ? « C’est très dur à dire, en ce sens que la profession est en plein changement. Il est fini, le temps ou le menuisier ou l’ambulancier du village faisaient pompe funèbre. Aujourd’hui, on assiste à l’affrontement de deux super-géants, OGF et FUNECAP, à l’attaque du funéraire public pour s’imposer entre les deux, et d’une façon plus générale, à la prise de contrôle du secteur par les financiers. La question qui se pose est : que vont devenir les indépendants ? Ceci dit, la question se pose souvent plus dans les grands centres urbains. »

Bon, Sarah, il nous reste à vous confier les clefs de la maison !

Le site de La Petite Gomme : www.lapetitegomme.fr

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.