Polémique, le vétéran américain privé de cercueil

0
589
veteran heros cercueil

C’est une histoire édifiante, à la fois universelle et totalement américaine, qui a transformé les obsèques d’un vétéran en scandale national. Ce dernier, après avoir servi fidèlement sa patrie, se voit refuser des obsèques, parce qu’il n’a pas de quoi payer le cercueil… Mais tout n’est pas si simple.

Le début et la fin

Tout commence au décès de George Taylor. Ancien militaire, vétéran américain, l’homme, revenu depuis bien longtemps dans la vie civile, avait eu une existence paisible, quoique peu fortunée. Il était mort, entouré des siens. Une histoire comme il en arrive tant.

Lors du décès, la famille avait fait appel à la maison funéraire Heritage Funeral Home, à Fort Oglethorpe, dans l’État de Georgie ou résidait George. Une partie des arrangements préparatoires avaient été pris, notamment concernant le transfert du corps de George dans cette maison funéraire.

Jusqu’ici, rien d’exceptionnel. Jusqu’au jour où une photographie apparaît sur la toile. On y voit le corps du retraité allongé sur un chariot, recouvert d’un drapeau américain, droit qui lui est conféré par son statut de vétéran, au milieu d’un salon. Ce qui, pour les américains, est une offense.

En effet, selon le rituel funéraire en vigueur aux Etats-Unis, le défunt est toujours présenté dans un cercueil ouvert. Un modèle imposant, généralement à couvercle scindé sur charnières. C’est un impératif de la culture anglo-saxonne. Exhiber ainsi un défunt, pour les visites, hors d’un cercueil et sans une présentation particulière est interprété à la fois comme une atteinte à sa dignité et un manquement grave de sa famille, trop peu aimante pour lui offrir un cercueil.

Plus grave : sans cercueil, l’inhumation ne peut se faire, et le vétéran devra être placé dans une case réfrigérée, sort peu enviable réservé aux indigents anonymes trouvés dans la rue. Mais que s’est il passé ?

La version de la famille

Les enfants et la famille de George ont posté la photo, et, pour eux, les faits sont simples : ils se sont fait gruger par la maison funéraire.

Le fils du défunt, James, a expliqué aux journalistes que la maison funéraire avait accepté le corps de son père sans les informer de quoi que ce soit de particulier, et les avait placés devant le fait accompli, mettant leur père dans cette situation, selon leurs critères irrespectueuse, sans proposer de solution alternative.

Il y aurait un problème avec l’assurance-vie de George Taylor, qui prévoit un capital obsèques sur lequel la famille s’était basée. Mais la maison funéraire resterait hermétique à toute forme de conciliation, et réclamerait 9000 dollars pour pouvoir fournir un cercueil qui permettrait l’inhumation du vétéran.

Juste une histoire d’argent et de croque-morts avide, donc, a retenu l’opinion publique américaine. Sauf que les choses ne sont peut être pas si simple.

La version des pompes funèbres

Parce que les représentants de la pompe funèbres sont, eux, stupéfaits et choqués. Les employés précisent que leur entreprise existe depuis des années et a toujours joui d’une excellente réputation dans la ville de Fort Oglethorpe, où ils ont enterré plusieurs générations de citoyens sans que quiconque eût à s’en plaindre.

Sur les faits, aucune contestation, à priori : effectivement, le montant des obsèques choisies s’élève à 9000 dollars, effectivement, il y a un problème avec l’assurance-vie du vétéran qui se fait tirer l’oreille pour garantir ce paiement… Mais, et c’est là que l’histoire prend un autre tournant, la famille le savait, et ce sont les enfants de George qui ont choisi eux-même cette solution.

« Tout ce que nous avons fait, c’est ce que nous faisons toujours, accéder aux requêtes des familles en faisant en sorte que tout se passe pour le mieux » ont déclaré les employés de Heritage Funeral Home à des médias américains. La famille, d’ailleurs, lors de la visite, n’aurait fait aucun commentaire particulier aux membre présents de la société.

Des conséquences catastrophiques

L’ampleur prise par cette affaire a eu des conséquences catastrophiques pour la maison funéraire : l’estimable et discrète société s’est soudain vue propulser en bonne place dans l’actualité américaine, dans le rôle des méchants. Les employés on même reçu des menaces.

Difficile, il est vrai, de démêler le vrai du faux dans cette histoire. La solution se trouve peut être dans la seconde moitié de la famille Taylor. La belle-sœur de George s’est en effet offusquée auprès de la presse « Tout s’est très bien passé, puis il y en a qui ont commencé à faire des histoires. Qu’on laisse les gens de cette maison funéraire tranquilles, ils ont été serviables et adorables ! » a-t-elle déclaré à ABC11.

Alors, qui a raison, et qui a tort ? Au moins, une certitude : il n’y a pas qu’en France que les pompes funèbres se voient attribuer systématiquement le rôle du méchant avant même d’avoir les tenants et les aboutissants de l’histoire.

George a été inhumé vendredi dernier, dans un cercueil, après que les pompes funèbres et la famille aient conclu un arrangement resté secret.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.