Peine de mort et discrimination post-mortem : journée mondiale de lutte contre l’homophobie

0
127
journée de lutte contre l'homophobie

Ce jour est la journée mondiale de lutte contre l’homophobie. Dans plus de 70 pays, les relations homosexuelles sont considérées comme des délits ou des crimes, passibles de prison voire de la peine de mort. Il y a peu c’est une pompe funèbre américaine qui a été accusée de discrimination post mortem.

La discrimination post mortem

Deux évènements récents ont eu lieu, dont l’un aux Etats-Unis. En effet, c’est le magazine 20 minutes, qui relate les faits. Un américain accuse une entreprise de discrimination pour avoir refusé d’enterrer son mari en 2016 à cause de son orientation sexuelle. Pourtant il y avait un contrat obsèques, pourtant suite à la maladie de Robert Husker, le neveu de celui-ci avait tout pris en charge, et pour les pompes funèbres, il ne s’agissait que d’une « formalité ». C’est après son décès et la découverte de son orientation sexuelle, que les pompes funèbres ont simplement refusé le corps de Bob sous prétexte que « ça n’était pas le genre de la maison ». Un discours inaudible et nauséabond pour la communauté entière et pas seulement la communauté homosexuelle. Une discrimination qui a déjà duré trop longtemps durant la vie de cet homme et qui se poursuit encore, pendant la mort.

Une élimination massive

Autre fait récent, trois associations LGBT – lesbiennes, gays , bi et transsexuels- ont déposé plainte hier pour « génocide » devant la Cour Pénale Internationale contre le président tchétchène Ramzan Kadyrov suite à des meurtres commis contre des homosexuels. Des personnes parfois tuées par leurs propres familles, probablement à cause d’une société extrêmement moralisatrice comme l’explique le journal le Figaro. Des actes de tortures sont également à recenser.

Lire aussi :  CFE-CGC : Le Syndicat Expert des Conseillers Funéraires et des Cadres

Ainsi en Iran, Arabie Saoudite ou encore Afghanistan, l’homosexualité est punie de la peine capitale, tandis qu’en Égypte, en Irak ou encore en Inde ou en Papouasie Nouvelle-Guinée, l’homosexualité est punie par une amende ou des travaux d’intérêts généraux.

La France n’est pas en reste, et est particulièrement préoccupée par les atteintes commises contre les personnes LGBT. En France, une agression tous les trois jours à lieu contre une personne homosexuelle.

Retrouvez le rapport annuel de lutte contre l’homophobie ici.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here