Accident : le convoi funéraire percuté par une voiture folle

0
552
(capture Twitter)

A petite allure, un cortège avançait un récent mardi sur une route du Pays de Galles, près de Bridgend, entre Cardiff et Swansea. Une vingtaine de voitures suivaient un corbillard tiré par des chevaux. Mais les obsèques d’Elizabeth, 74 ans, ont viré au cauchemar quand un chauffard pressé a voulu doubler.

Atteinte d’un cancer au poumon, la défunte avait planifié un convoi à son goût. Quelque chose de champêtre, de romantique. Un dernier voyage en douceur vers le crématorium. La voiture a déboité pour remonter la file, avant de se rabattre. Mais, selon le journal britannique Daily Mail,  sa trajectoire a violemment heurté la calèche-corbillard transportant le cercueil, projetant le cocher au sol, et blessant grièvement l’un des deux chevaux, à la stupeur générale.

La petite fille de la défunte, la trentaine, parle de « chaos ». Son premier instinct, évidemment inutile, a été de courir vers sa grand-mère pour voir « comment elle allait ». La calèche a vacillé, mais n’a pas chuté. Devant la famille en grand deuil, le cocher (58 ans) git au sol, fort heureusement légèrement blessé, sur les genoux, la tête saignant. Le fils de la défunte, un cheminot, lui prodigue alors des premiers soins.

Des gens courent dans tous les sens. Ce qui devait rester comme un dernier souvenir de réconfort pour les proches se transforme en catastrophe. Une cérémonie « sabotée », selon la petite fille, pour qui ce jour funeste a ravivé la douleur de la perte elle-même.

Et puis il y a Will, le cheval blessé à mort. Il ne peut s’en sortir et est couché au sol. L’étalon devra être achevé. Depuis, les réseaux sociaux se sont enflammés, partageant des photos de l’animal. « Justice pour Will », lit-on sur Twiter. « Ces chevaux étaient de magnifiques créatures, ma mère avait toujours voulu ça », confie au journal le fils de la défunte.

Lire aussi :  Certificat de décès, crématorium, exhumation sauvage… L’actualité du 28 juin 2018

Dans la société de pompes funèbres qui organisait la cérémonie, on se lamente aussi sur la perte de Will. Dans la région, tout le monde connaissait Will et Tom, les deux chevaux. Ils travaillent ensemble depuis douze ans. La patronne se dit « dévastée ». « Pour nous, il n’avait pas de prix. » Les funérailles ont pu reprendre un peu plus tard dans la journée.

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here