AlteRriva : le souci des belles obsèques

0
624

« Penser à ses propres obsèques, c’est penser à sa propre vie », explique Valéry Guyot-Sionnest, l’une de nos femmes du funéraire, cet été. Ce sera la dernière cérémonie de l’existence, la dernière trace que l’on laissera autour de soi. Autant la rendre belle et personnelle. C’est la vocation de sa jeune entreprise de pompes funèbres AlteRriva, installée à Paris.

AlteRriva-300x169 AlteRriva : le souci des belles obsèquesPour avoir été déçue par les enterrements auxquels elle a assisté, pour avoir trouvé tristes et uniformes ces cérémonies, elle a voulu proposer une alternative. Pourquoi ? Parce que pour elle, les obsèques devraient être à notre image. « Chacun de nous a un parcours de vie unique, rempli de souvenirs personnels, professionnels, familiaux, sportifs, culturels. Et au moment du grand départ, on gomme tout. Je m’y refuse. Et qui mieux que nous pouvons penser à notre vie, à ce que nous voulons transmettre ?»

Alors, à l’instar de ces sociétés qui agencent un mariage, AlteRriva va anticiper l’organisation de cérémonies via un contrat obsèques, pour ne plus être dans l’urgence du décès, va écouter les souhaits, aider à choisir des prestataires, des musiques, des textes, des lieux, coordonner l’ensemble le jour venu.

« C’est bénéfique pour tous, détaille-t-elle. Pour le futur défunt qui s’assure ainsi que ses dernières volontés seront bien respectées, ce qui lui procure bien souvent une formidable sérénité. Mais aussi pour les proches que l’on peut réellement soulager en leur évitant d’avoir à choisir le cercueil, l’urne, le lieu de sépulture. Des choix lourds sur le plan émotionnel, dans un contexte de deuil déjà difficile à vivre. » A voir donc comme un ultime cadeau à son entourage.

Lire aussi :  FÉDÉRATION FRANÇAISE DE CRÉMATION, communiqué Toussaint 2018

Du sur-mesure et de l’humain, qui ne s’arrête pas aux prestations habituelles des pompes funèbres, mais qui va par exemple jusqu’à la conception d’un repas, d’une réception.

L’organisation, la parole, l’image, Valéry Guyot-Sionnest connaît par cœur. Avant de tenter cette nouvelle aventure au printemps 2014 et d’exercer comme conseillère funéraire, la quinquagénaire aux multiples vies, femme de réseaux, proche de Jacques Séguéla, engagée dans plusieurs causes humanitaires, avait pris en main la communication de grandes entreprises du luxe, de l’hôtellerie, de la gastronomie, de la grande distribution et des cosmétiques.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.