Archéologie funéraire…l’actualité du mardi 17 avril 2018

0
196

Archéologie funéraire…l’actualité du mardi 17 avril 2018. Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs dans le réveil funéraire du mardi 17 avril 2018. Revivez l’actualité dans le réveil funéraire sur Funéraire-Info.

Vol du reliquaire d’Anne de Bretagne sur sciencesetavenir

La série noire des pillages de trésors du patrimoine continue ! Le très précieux reliquaire en or du cœur d’Anne de Bretagne, reine de France (de 1491 à 1498 puis de 1499 à 1514), a été dérobé au musée Dobrée, à Nantes (Loire-Atlantique) dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 avril 2018.

Avant son décès en 1514, la souveraine avait en effet exprimé le souhait qu’après sa mort, son cœur soit déposé dans le tombeau de ses parents, dans l’église des Carmes de la ville. Le traitement des dépouilles des souverains de France s’est en effet longtemps accompagné d’une étrange coutume qui était d’inhumer leur corps dans la Basilique royale de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), et leurs cœurs, voire leurs entrailles, dans des reliquaires répartis dans différents lieux de leur choix.

Jardinage en Belgique sur laprovince.be

un monument funéraire de la période protohistoire découvert à Ouled Zair sur Aps

Les restes d’un monument funéraire datant probablement de la période protohistoire ont été découverts récemment à Ouled Zair, dans la commune d’El-Azzizia (nord-est de Médéa), a appris lundi l’APS auprès de la direction de la culture.

Il s’agit d’une « Bazina », un monument funéraire de forme bombé renfermant plusieurs tombes en pierres, disposées de façon circulaire, qui remonterait à la fin de l’ère néolithique, selon Ahmed Merbouche, chef du service du patrimoine au niveau de la direction de la culture.

Des ossements de squelettes, déterrés par la pluie, ont été trouvés sur ce site, situé à proximité de Oued Boukrouchène, distant de 6 km du chef lieu de la commune d’El-Azzizia

fœtus « né » après l’enterrement de sa mère sur de nombreux sites

A Imola, en Italie, une équipe d’archéologue a mis au jour un cas rare de « naissance de cercueil« . L’étude des ossements a permis de retracer les causes du décès de la mère et de l' »accouchement » post-mortem.

des archéologues ont mis au jour une sépulture datée de la période lombarde, au VIe-VIIe siècles de notre ère. Le corps d’une femme y reposait et les os d’un fœtus étaient visibles entre ses jambes, en partie pris entre les os pelviens de la défunte. Comme un accouchement inachevé figé dans la mort.

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.