Argenteuil, c’était un accident de Pascal CANDIA

0
504
Pascal Candia un auteur né en 1968 à Belfort, un type que j’ai rencontré il y a quelques années à Lucelle lors d’une assemblée générale des Ami de San-Antonio, c’était il y a 5 ans je crois. Pascal, tout comme les lascars présents était un fervent admirateur de l’œuvre de Frédéric Dard et aussi de l’homme.

Cette année l’AG était de nouveau là-bas entre l’Alsace et la Suisse, Pascal nous a manqué, il n’est pas venu, notez qu’il avait une excuse valable, ce con est mort l’an dernier sans nous prévenir, à la fleur de l’âge comme l’on dit. Son cœur si gros lui a fait soudainement fausse route, sans prévenir, il l’a lâché et basta, finit, Kaput1 le Pascal.

Pascal-CANDIA1 Argenteuil, c’était un accident de Pascal CANDIA
Pascal CANDIA

L’avantage d’être auteur, c’est que quand tu meurs, tu laisses une œuvre posthume, et Pascal laisse pas mal de bouquins derrière lui, vous n’aurez jamais la chance de connaitre le bonhomme, mais vous pouvez toujours le lire.

Argenteuil, c’était un accident… est le premier roman de Pascal Candia paru en 2007, c’est aussi le premier volet de la saga Sainclair.

Christian Sainclair est l’un des héros récurrent de Pascal, un ado de 17 ans, en proie à ses doutes, à ses faiblesses, mais surtout un jeune homme dont la vie va basculer, comme ça, du jour au lendemain. Un incendie va ravager le pavillon familial, ce drame va coûter la vie aux parents de Christian.

Cet incendie était-il accidentel ? Pourquoi a-t-on cambriolé le pavillon sinistré ? Qui est donc ce Leroy, cet assureur ? Pourquoi Lambrosi le flic protège-t-il Christian ?

Des questions, vous vous en poserez plein dès le départ du livre. Candia part d’un simple fait divers, qui va engendrer une traque plus que meurtrière, qui va faire basculer au fur et à mesure, un jeune homme du côté du grand banditisme. Et si le gibier, si la proie, soudainement devenait le chasseur ? Si la traque s’inversait ?

Pascal Candia était un admirateur de l’œuvre Joël Houssin. Il n’était nul besoin de le dire. Il suffit de lire, de connaitre le style, pour le retrouver ici. L’écriture est acérée, rythmée. La violence est lot quotidien des personnages, le roman a du chien, logique pour un fils spirituel du Dobermann.

Argenteuil, c’était un accident… et mourir Pascal, c’était quoi ? Certainement un putain d’accident aussi, ce n’était pas prévu comme ça mon pote.

J’espère qu’une fois arrivé là-haut tu as claqué une bise à Frédo de la part des copains…

Sont parus depuis :

  • Danse avec les flics et Chefs d’œuvres meurtriers pour la trilogie Sinclair
  • Au-delà du périph dans la feue collection Régio-Police
  • Les lions ailés de Janthor, et Le secret des lions ailés, n°205 et n°206 de la collection Blade
  • Crisis collection Kiria B
  • Le boucher du Capitole, une enquête de Titus Bladis chez Marabout

1 Ça aussi Kaput tu peux pas renier, il y en a un peu dans ta trilogie.

Sébastien Mousse,

Lire aussi :  Confidences d'un embaumeur Olivier Emphoux - Les Editions de Monseny

L’atelier Mosésu

Sébastien-MOUSSE-235x300 Argenteuil, c’était un accident de Pascal CANDIA
Sébastien MOUSSE (Photo : Benjamin Berdeaux)

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here