Au Canada, l’éco-crémation des défunts se fait à l’eau

0
1660
Le salon funéraire Gray's Funeral Chapel (capture Google Maps)

Voilà une technique jugée moins gourmande en énergie : la crémation par l’eau. Elle gagne au Canada, où elle a d’abord été instituée voici trois ans dans le Saskatchewan, vaste état agricole de l’ouest du pays.

C’est parce que le directeur d’une entreprise funéraire de la ville de Prince Albert voulait à la fois créer un crématorium, mais ne pas avoir à déménager dans une zone industrielle que l’histoire a commencé. Sur Radio-Canada, Drew Gray raconte que la trouvaille a en quelque sorte sauvé son entreprise. La réglementation de l’Etat le permettait, qui plus est.

C’est ainsi que le corps du défunt est placé dans un tube métallique rempli d’un mélange d’eau, de sodium et de potasse. La solution est chauffée jusqu’à 200 degrés. Le squelette est ensuite séché. Les restes sont ensuite mis en urne et rendus à la famille, comme les cendres issues d’un crématorium classique.

Selon le responsable du salon funéraire, cette pratique se révèlerait bien plus écologique. Une mise à la flamme utilise autant d’énergie qu’une voiture roulant 700 kilomètres. Sa méthode équivaut à laisser les lumières allumées toute une journée dans une maison.

Cette méthode de crémation, qui a également reçu selon Radio Canada un agrément dans la province de Québec, commence à faire des adeptes notamment dans la très peuplée région de l’Ontario, vers Toronto.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.