Au salon Funéraire Paris, on trouve aussi des emplois

1
462
Vous cherchez du travail dans le funéraire, vous rêvez de devenir croque-morts ou marbrier, vous vous dites « Le salon du Funéraire est l’endroit ou il faut être » ? Oui, mais…
Faites couleur locale

Un salon est un salon, c’est à dire un point de rendez-vous autant professionnel qu’amical pour toute la profession. On y traite des affaires, y dessine les tendances de demain, et on y rencontre des personnes qu’on ne voit qu’une fois par an.

Gardez à l’esprit que vous n’êtes ni l’un, ni l’autre : ni un professionnel, ni un ami. Vous êtes un candidat à un poste, et, même dans les circonstances particulières du salon, vous vous devez d’être impeccable. Aussi, le costume cravate pour les garçons, ou le teilleur (jupe ou pantalon, peu importe) pour les filles, avec des chaussures impeccablement cirées, sont de rigueur.

N’oubliez pas des CV et des cartes de visite.

Ciblez

Un salon du funéraire, c’est grand, un tantinet labyrinthique, et plein de gens dont le métier consiste en de larges part à observer la nature humaine. Avant toute chose, rendez-vous sur le site du salon, ciblez précisément qui vous voulez voir, regardez sur la plan ou ils se trouvent, et allez y en suivant un ordre précis.

Si un entrepreneur vous voit passer quinze fois devant son stand dans la journée, avant que vous ne vous y arrêtiez pour déposer votre CV, il se dira que vous faites de l’abattage et que vous déposez votre candidature parce que vous avez vu de la lumière, et vous êtes entré.

Lire aussi :  Pourquoi le prix des cercueils va augmenter ?

Enfin, identifiez, et commencez même peut-être par là, identifiez vos besoins et prétentions. Vous cherchez un emploi ou une école ? Inutile de chercher le premier si vous n’êtes pas passé par la seconde.

Soyez observateur

La pompes funèbre locale de votre secteur n’a pas de stand au salon, elle n’en a pas besoin. Par contre, ses représentants, qui se promènent dans les allées, ont un badge. N’hésitez pas à regarder ce qui y est écrit : peut être que l’homme qui attend à côté de vous devant le stand de Funéraire Info pour avoir une dédicace est le patron de la plus grosse pompe funèbre de votre ville, l’homme que vous essayez de joindre en vain depuis six mois.

Regardez les badges, et n’oubliez pas, petit miracle de la technologie, qu’internet, désormais disponible sur votre smartphone, vous permettra d’identifier une société grâce à son nom. Tout le monde ne sait pas forcément ce qu’est un DSO ni ce qu’est (si vous n’êtes pas du métier) le groupe OGF, mais si vous cherchez du travail, internet vous apprendra qu’il serait drôlement utile que le DSO du groupe OGF juste à côté de vous se retrouve brutalement avec votre CV entre les mains.

Soyez sociable

La journée sera longue, ardue, mais, fort heureusement, il y a, au sein du salon, des points de repos, ou vous pourrez déjeuner, prendre un café… ils sont très fréquentés. Par tout le monde. Et, dans le petit milieu du funéraire, tout le monde connaît tout le monde.

Alors, c’est le moment ou jamais d’être sociable, et de glaner des tuyaux. Telle école de formation est extrêmement bien cotée, telle société de pompes funèbres cherche un assistant funéraire d’urgence, tel opérateur s’apprête à ouvrir un crématorium et cherche un opérateur de four ou un directeur… Si vous êtes bon, vous saurez qui cherche, qui contacter pour postuler, et avec un tout petit peu de chance (qui se fabrique, rappelons-le) la personne qui vous aura donné ces informations connaîtra le décideur et pourra vous le présenter.

Lire aussi :  Inscrivez-vous gratuitement au 1er Salon du Funéraire Grand Sud

Enfin, dernier conseil : passez par le stand de Funéraire Info, nous dire ce que vous avez pensé du salon et si vous y avez trouvé votre destin.

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.