Au travail Manuel, le remaniement un poison d’avril

0
390

Conséquence du 30 mars dernier ou l’UMP est arrivée très largement en tête au second tour des élections municipales 2014, suivi par un Parti socialiste en très net recul et un Front national au sommet de sa forme, François Hollande a limogé Jean-Marc Ayrault pour nommer Premier Ministre Manuel Valls.

François Hollande a donné 3 missions, réussir le pacte de compétitivité en y joignant un « pacte de solidarité » pour baisser les impôts en 2017, et engager la transition énergétique.

Valls-200x300 Au travail Manuel, le remaniement un poison d’avril
Manuel Valls, Premier Ministre

La gauche de la gauche sort les fourches, les écologistes sortent à vélo, les députés PS s’inquiètent. Le gouvernement de combat, que le président a appelé de ses vœux, risque d’être un attelage asthmatique. Le Conseil d’Etat a recommandé une hausse rétroactive des tarifs d’électricité le lundi suivant le résultat des élections, mardi le président de l’Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem rappelait que la France devait s’engager sur le chemin de la réduction des déficits par ces mots : «La France a déjà obtenu un délai de grâce de deux ans, le travail reste à faire et nous espérons que le nouveau gouvernement reconnaîtra ses obligations».

Entre le marteau et l’enclume

La tâche est colossale, comment faire mieux avec moins ? Comment donner plus de droit avec moins de devoir ? Comment concilier la social-démocratie avec des alliés maoïstes ou staliniens ? Comment faire comprendre à la gauche que la gestion de la France ce n’est pas la gestion du comité d’entreprise d’une grande entreprise ?

Les chantiers sont nombreux, une justice juste, une école ou la transmission du savoir est la pierre angulaire, une économie de père de famille, réindustrialiser le pays, la réduction du chômage et la baisse des impôts et rendre de l’espoir.

Lire aussi :  Certificat de décès, crématorium, exhumation sauvage… L’actualité du 28 juin 2018

Les élections européennes de mai approchent, elles risquent d’être très favorables pour le FN-RBM, puis les sénatoriales avec la perte de la majorité des socialistes sur la Haute-assemblée et l’impossibilité pour le président de trouver une majorité pour des modifications de la Constitution. Et si le but caché de l’arrivée de Manuel Valls était une tentative improbable d’alliance vers le centre de Borloo, Morin et Bayrou…

Bonne chance Monsieur le Premier Ministre

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here