Australian Pink Floyd Show, hommage fidèle à l’original

0
447
Asutralian Pink Floyd Show kangourou
Le kangourou géant remplace le cochon de Pigs

Les fans de groupes musicaux se regroupent parfois pour jouer la musique de leurs idoles, avant de partir sur d’autres voies et de créer leur propre œuvre. D’autres continuent de rendre hommage, et acquièrent une notoriété presque aussi grande que l’original. Australian Pink Floyd Show est de ceux-là.

Qui est-ce ?

The Australian Pink Floyd Show, ou plus fréquemment appelés Aussie Show, est un Cover band Australien, formé en 1988 à Adélaïde en Australie du Sud, rendant hommage au groupe de rock progressif britannique Pink Floyd. Leurs spectacles tentent de recréer l’apparence, la sensation, et le son de Pink Floyd, en utilisant des supports visuels tels que les lasers, structures gonflables et un grand panneau d’affichage similaire à Mr Screen, le fameux écran rond utilisé par le groupe depuis Delicate Sound Of Thunder.

Les Australian Pink Floyd Show ont joué dans plusieurs lieux dans le monde. Ils ont été adoubés par le groupe original, devant qui ils se sont produits à de nombreuses reprises. David Gilmour les a invités pour un concert privé à son anniversaire.

Le groupe est connu pour reproduire à l’identique les nuances de l’œuvre de Pink Floyd. La plate-forme de guitare de Steve Mac ressemble étroitement à celle de de David Gilmour, et comprend des éléments sur mesure produites par Pete Cornish, qui a beaucoup travaillé avec Gilmour. Le groupe s’associe avec des personnes qui ont travaillé avec Pink Floyd au fil des ans, y compris Colin Norfield (qui a travaillé comme ingénieur du son pour David Gilmour dans sa carrière solo et pour Pink Floyd lors de leur tournée 1994 The Division Bell) et Clive Brooks – le technicien de tambour de longue date de Nick Mason.

A quoi ça ressemble ?

Un concert de Australian Pink Floyd Show, c’est une communion. Mardi 26 janvier, j’ai eu le plaisir d’assister à celui qui était donné à l’Arena de Brest. La philosophie du groupe est assez simple à résumer : les morceaux les plus connus sont rejoués à l’identique, à la note près. Les morceux moins souvent joués sur scène donnent lieu à des interprétations plus libre.

Le concert du 26 janvier commence ainsi : une version fidèle d’Astronomy Domine qui part en interprétation libre, pour mettre l’ambiance, avent un Shine On You Crazy Diamond qui met les poils des bras au garde-à-vous : c’est pas possible, les vrais Pink Floyd sont là, ils jouent en coulisse.

Le show se poursuit avec des titres incontournables, de Time a Another Brick In The Wall, Learning to Fly ou un Sorrow d’anthologie.

Le groupe ne délaisse pas pour autant les clins d’oeil : les images des shows d’origines sont remplacées par le kangourou Australien, stylisé en fonction des époques.

Alors ?

Les tribute bands donnent toujours lieu à des débats au sein des fans. D’un côté, les allergiques, pour qui seuls les originaux méritent d’être vus, ce qui n’arrivera plus. De l’autre, les curieux, dont votre serviteur, qui ne le regrette pas.

Au final, a chacun de se faire sa propre opinion. Ceci dit, un concert tribut est l’occasion pour des milliers de fans de se retrouver et de passer un bon moment avec de la musique très bien jouée.

J’y retournerai volontiers à leur prochain passage, sans avoir l’impression de trahir le Pink Floyd d’origine. On se retrouve sur la face obscure de la lune ?

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here