Bande dessinée « Undertaker » de Dorison et Meyer

0
136
Vous n’avez pas fini vos achats de Noël ? Vous aimez tout simplement la bonne bande dessinée ? Ne bougez pas, Funéraire Info vous a déniché une pépite : Undertaker.
Un western comme on l’aime

La nouvelle série de Xavier Dorison (Sanctuaire, W.E.S.T, Long John Silver, XIII….) et Ralph Meyer (Asgard, XIII mystery…) se déroule dans l’ouest américain des chercheurs d’or. Le personnage central, très mystérieux, est un croque-morts, à l’instar de celui de Lucky Lucke, en plus cachottier et mystérieux. Lancé comme une série de longue haleine, les deux premiers tomes se suivent pour former une histoire finie en forme de prologue aux aventures de l’Undertaker à venir.

Deux albums pour une histoire, donc, et d’autres à venir si vous en voulez encore.

undertaker-228x300 Bande dessinée "Undertaker" de Dorison et MeyerDe quoi ça parle ?

Jonas Crow ainsi dit-il s’appeler est un « undertaker », un croque-mort. A bord de son corbillard, il va là où on le demande. Il se rend à Anoki City, appelé par Cusco, le riche propriétaire de la mine d’or, qui lui demande de se charger de ses funérailles… prévues le lendemain ! Jonas Crow devra convoyer le corps de Cusco, qui, avant de se donner la mort, a avalé ses précieuses pépites d’or ! Un voyage qui s’annonce mouvementé… Jonas Crow, croque-mort ; Rose, gouvernante anglaise ; et Lin, domestique chinoise, doivent ramener la dépouille remplie d’or du vieux Cusco au filon « Red Chance ». Ils ont trois jours. Trois jours, un corbillard, 50 miles à parcourir et une ville entière de mineurs survoltés à leurs trousses.

A quoi ça ressemble ?

Des dessins précis qui retranscrivent bien l’ambiance moite, des dialogues ciselés et pas trop envahissants, un trait d’humour noir, des personnages qui ont tous des choses à cacher, on pense, vu certains dessins, à Blueberry, mais non : ceux qui (comme moi) détestent Blueberry trouveront leur compte dans Undertaker.

Lire aussi :  Frédéric Beigbeder, une vie sans fin : et si nous décidions de ne pas mourir ?

Une première série de deux albums, donc, à conseiller à ceux qui ont envie d’un Lucky Luke en plus méchant, de scénarios efficaces avec une dose de retournements de situation, d’un brin d’humour noir et de cynisme bien dosé, et aussi, tout simplement, à ceux qui aime découvrir dès le début des séries de qualité.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here