Carnet de route d’un stagiaire en thanatopraxie

2
1126

Quel plaisir pour moi de pouvoir, aujourd’hui, retrouver les pages de funéraire-info. Depuis mes chroniques hebdomadaires intitulées « carnet de route d’un étudiant en thanatopraxie » et les résultats du concours national de novembre dernier, les semaines se sont écoulées à vitesse grand V.

Depuis le 15 janvier, j’ai pu intégrer une entreprise indépendante de thanatopraxie afin d’y effectuer mon stage, en vue de l’examen pratique de thanatopracteur, dernière étape avant l’obtention du diplôme national.

C’est dans la région lilloise que j’ai déposé sacs et baluchons pour enfiler une paire de gants en latex afin de mettre en pratique ce que les semaines de cours au sein du centre de formation TAT nous ont enseigné.
Depuis, les soins s’enchaînent. Plus ou moins difficiles, ces derniers me permettent de traiter un maximum de cas afin d’acquérir dextérité et confiance pour l’ultime passage devant le jury.

J’ai la chance d’avoir été intégré à une équipe de thanatopracteurs jeunes et dynamiques, amoureux de leur métier et prêts a faire énormément d’effort pour que je réussisse au final. J’espère les rendre fier lors de la publication du prochain Bulletin Officiel.

Cette expérience, au delà du côté humain, m’enseigne la réalité et la difficulté du métier de thanatopracteur. Loin des idées préconçues, ou de l’image que nous renvoi certaines séries télévisées, cette profession est des plus compliquée, autant physiquement que psychologiquement.
Ceci étant dit, le service rendu aux familles nous permet de relativiser les inconvénients des concessions faites.

Je n’en suis, pour ma part, qu’au début de ma formation. J’espère que les mois prochains demeureront tout aussi intéressants et enrichissants qu’ont été ces dernières semaines. J’ai pour projet, prochainement, de me rendre dans d’autres régions afin de rencontrer plus de professionnels et peaufiner mon apprentissage.
J’aurai peut-être l’occasion de faire part aux lecteurs de funéraire-info de l’avancée de mon aventure thanatopraxique très rapidement.

Lire aussi :  Bernier Probis vient d’acquérir F.A.M.A. en région parisienne

L’occasion qui m’a été offerte par Claire Sarazin et Marion Perchey, de l’IFFPF, de pouvoir participer à l’organisation et à la coordination de la partie médecine de la formation, sur Lille, constitue pour moi une raison supplémentaire de m’investir dans ce corps de métier, afin de mener à bien mon projet personnel et pédagogique. Je souhaite, par la même occasion, bon courage à mes collègues étudiants et aux futurs inscrits de la session 2015-2016.

A bientôt.

Mickael CURTI

Curti Carnet de route d'un stagiaire en thanatopraxie
Mickaël CURTI
Légende photo: Mickael Curti et François Morin
Pour retrouver les articles de Mickael, suivez ce lien!

2 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.