Cercueil : Céline Dion offre du sur-mesure à son René

1
2117
(capture Youtube)

C’est ce lundi qu’est inhumé Daniel Dion (59 ans) à Charlemagne, ville du Québec berceau de la famille Dion. Samedi dernier, une veillée funèbre a rassemblé le clan, en présence de la star Céline Dion sa sœur, tout juste sortie des obsèques de son mari René Angélil. Les deux hommes ont été emportés par un cancer.

Là aussi, le public a pu rendre hommage et défiler ce week-end devant le défunt dans un complexe funéraire du nord de Montréal. Daniel Dion était lui aussi un artiste se produisant sur scène. La famille lui a rendu hommage en chansons. Mais rien de comparable avec la cérémonie nationale organisée vendredi pour René Angélil en la basilique de Montréal.

Des obsèques télévisées qui ont ému le pays, et qui ont mis sous pression Alain Dumont et ses employés. Le patron des Fournitures funéraires Victoriaville, héritier de deux générations dans le métier, a vécu une « grande et belle aventure », lui dont l’épouse est une grande admiratrice de Céline Dion : fabriquer un cercueil sur mesure en deux jours. Un pari risqué, mais réussi. En allant présenter ses condoléance à la chanteuse jeudi dernier, celle-ci a pu lui manifester sa satisfaction. le chef d’entreprise a tout raconté dans la presse locale.

René Angélil en avait manifesté le souhait : qu’une entreprise du Québec lui fabrique un cercueil en bois d’acajou massif noir. Plusieurs menuisiers ont été sollicités. La commande a été passée lundi dernier, pour une livraison mercredi. Tout a été sculpté dans le bois, même les pièces de quincaillerie. L’ensemble a été recouvert d’une peinture noire au fini mat. Une dizaine d’ouvriers y ont travaillé spécialement. « C’est une œuvre d’art », précise Alain Dumont, qui ne dit rien du prix.

Lire aussi :  France Tombale, le bilan du spécialiste du funéraire en ligne

L’usine victoriavilloise n’en est pas à son coup d’essai. Elle a déjà été sollicitée par le passé pour fabriquer les cercueils d’autres personnalités comme l’ancien premier ministre Robert Bourassa ou les vedettes du hockey Maurice Richard et Jean Béliveau.

1 commentaire

  1. le commentaire ddVictoriaville me fait penser à une scène du Parrain quand Corléone fait une offre au type des Pompes funèbres, offre qu’il ne peut refuser.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here