Cérémonial de remise d’urne au cimetière

0
1057

La remise d’urne au cimetière est un moment particulier, dernière étape d’un parcours d’obsèques qui est parfois pris à la légère par certains maîtres de cérémonies, à tort.

urne-222x300 Cérémonial de remise d'urne au cimetièreDe l’importance d’une remise efficace

L’importance de la remise d’urne au cimetière est aisé à comprendre : il s’agit de la dernière étape d’un processus d’obsèques, débuté pour la famille lors de la mise en bière, et, par conséquents, le dernier contact, toujours selon la famille, avec les pompes funèbres en leur cœur de métier. Même si, en effet, les proches des défunts auront l’occasion de repasser en agence, récupérer des papiers, régler une facture, prendre livraison d’une plaque commandée, les prétextes ne manquent pas, il s’agit là, dans leur perception, de formalités, déconnectées du cœur émotionnel de la prestation.

Il s’agit donc de confier ce moment particulier à un Maître de Cérémonies, pas seulement à un marbrier présent sur place. Non pas que les marbriers n’en soient pas capable, simplement, ils ne sont pas rompus comme peut l’être un Maître de Cérémonies chevronné à l’exercice, mais de surcroît sont souvent en tenue de travail.

Le présent article n’a pas prétention à être un mode d’emploi, simplement à proposer une façon de faire, ou pourront être piochées des idées.

Préparation à soigner

La remise d’urne fait l’objet d’un rendez-vous. Une des choses que peut faire le Maître de cérémonies, c’est arriver un peu en avance, pour repérer et préparer les lieux. On ne soulignera jamais assez l’importance, lorsqu’on arrive sur un lieu d’inhumation avec la famille, de savoir exactement à quoi les lieux ressemblent, et comment on va disposer l’ensemble, plutôt que de réfléchir devant la famille.

Lire aussi :  France Tombale, après le cercueil en kit, le monument funéraire en kit

L’urne restera dans le véhicule, ou dissimulée derrière le monument. Nous verrons plus loin la scénarisation de ce point.

Les lieux repérés, la disposition de la famille actée, on pourra disposer un petit support sur lequel sera placée l’urne durant la cérémonie.

En route avec la famille

L’idéal est de proposer à la famille un rendez-vous à la porte du cimetière, d’aller les chercher et de vous acheminer avec eux à pied. Cela permet d’échanger, puisque la nature humaine a horreur du silence, et par là mêle d’affiner votre cérémonial. Si vous savez, en arrivant sur la sépulture, qu’un membre de la famille, et lequel, placera l’urne dans sa dernière demeure, qui souhaite dire quelque chose, et à quel moment, en un mot, si vous avez le plan millimétré du déroulement de la cérémonie, c’est parfait.

Une fois arrivés sur les lieux, placez l’assistance, et annoncez l’arrivée de l’urne avant d’aller la chercher. Cela a une double bonne raison : ça laisse le temps à la famille de se préparer psychologiquement, et surtout, cela évite la vision du petit réceptacle perdu seul au milieu du cimetière, une image qui peut être perçue de façon très négative.

La cérémonie

Sur la cérémonie en elle-même, nous diront peu de choses : un Maître de Cérémonies professionnel doit développer son propre style. Une introduction, une lecture, quelques transitions, la recette est bien connue, et si non, travaillez.

Sur la durée, il n’y a pas de règle. Disons simplement que, de l’arrivée de la famille à la fin, urne placée, moins de dix minutes, c’est trop court, plus de vingt, c’est trop long. La bonne durée se situe entre ces deux temps.

Lire aussi :  La place des femmes dans le milieu du funéraire à travers les siècles

La question qui se pose parfois est « faut il faire poser la main sur l’urne comme pour un cercueil » ? Généralement, la réponse est oui : ça aide la famille a transformer l’objet en réalité tangible. Il est des cas exceptionnels ou ce n’est pas une bonne idée : à vous de le découvrir, d’où les petits bavardages pré-cérémoniels.

L’idéal pour finir soit qu’un membre de la famille prenne l’urne pour la disposer dans le monument, tombe ou columbarium, voire dessus, dans le cas d’un scellement. Avec l’aide du marbrier, le cas échéant, et sous votre regard vigilant.

Mais la remise d’urne fait toute la différence entre « C’était très bien, dommage, la remise d’urne au cimetière était un peu rapide » et « De bout en bout, c’était parfait ».

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here