Cérémonie funéraire, ambiance fraiche sous le soleil

0
389
Il est de bon ton, lorsque le temps est au beau fixe, de parler de météorologie. Une façon pratique pour la presse de faire des articles touchant un large public à peu de frais. Nous avons justement une tranche de vie à ce propos…

 

Météorologie nationale

Il faisait une chaleur accablante en cette après-midi d’août. Le mois était aussi beau que juillet avait été désastreux, et il faisait bon être à la plage, ou vaquant dans une tenue estivale à la terrasse d’un café. Ou n’importe où ailleurs, sauf dans un cimetière avec un costume-cravate sombre.

Et les croque-morts, ce jour là, haïssaient leur travail, leur tenue, leur directrice qui avait fait passer une note de service rappelant que, quelles que soient les conditions climatiques, ils se devaient d’être irréprochables dans la tenue indiquée dans le règlement intérieur.

Durant la cérémonie, ils s’étaient réfugiés dans l’église, ou il faisait un peu moins chaud. Mais maintenant, c’était fini, et nulle part entre les tombes basses ils ne pouvaient trouver un coin d’ombre.

Et la famille avait pitié d’eux, leur suggérant de tomber au moins la veste. Chaque fois ils refusaient, aussi poliment que possible. Jusqu’au moment ou le fils ainé de la défunte vint les voir. C’était un ancien marin, très gentil malgré des manières un peu brusques « Bon sang, les gars, tombez vos vestes, vous allez mourir ! Je sais même pas comment vous faites ! »

Le Maître de Cérémonies expliqua que non, ils n’avaient pas le droit, pour des questions de règlement, d’ôter leur veste.

« Bon, qui est-ce qu’il faut que j’engueule pour que vous vous mettiez à l’aise? Votre directrice ? Elle a pas l’air d’être très compétente, même pas foutue de vous payer des vestes en tissu léger pour l’été ».

Le Maître de Cérémonies confirma qu’en effet, c’était à la directrice qu’il faudrait faire part de ses observations.

« D’accord, alors, on va le faire, genre, tout de suite ! » s’exclama le fils, et, joignant le geste à la parole, il décrocha son téléphone portable. Barrage après barrage, il finit par se faire passer la directrice. « Bon, que je vous explique, en deux mots, madame, votre équipe va mourir de chaud, et ni moi, ni ma famille ne voulons avoir ça sur la conscience. Alors, en tant que client qui paie, et qui a donc toujours raison, j’exige que vous donniez l’autorisation à vos gars de tomber la veste et de retrousser leurs manches de chemises. Ah, et qu’ils desserrent leurs cravates et qu’ils ouvrent le bouton du col de leur chemise, aussi, parce qu’ils vont étouffer, il y en a déjà un qui est bleu, et je en suis pas sûr que c’est sa couleur naturelle ». Après quelques palabres, l’homme tendit son téléphone au Maître de Cérémonies.

Au bout du fil, la directrice donna l’autorisation de tomber la veste, avec une voix à faire cesser la fonte des glaces et recongeler illico l’arctique jusqu’au tropique du Cancer.

Avec joie, et soulagement, toute l’équipe enleva la veste, et c’est en bras de chemise qu’ils procédèrent à l’inhumation.

Sur le chemin du retour, un des porteurs demanda « Elle l’a bien pris, la directrice ? »

« Non », répondit le Maître de Cérémonies. « Pas bien du tout. Je pense qu’elle va nous le faire payer jusqu’à l’hiver. Alors, tant qu’à se faire enguirlander pour quelque chose, j’ai vu un marchand de glaces sur le chemin, on s’arrête ? »

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.