Charly Hennard, une vie au service des autres

1
503
Aujourd’hui s’ouvre la deuxième agence des Pompes Funèbres Hennard. L’occasion pour nous de faire une surprise à notre ami Charly, en retraçant son parcours avec la complicité de ses parents.
Poursuivi par ses études
Charly-premier-prix-de-poésie Charly Hennard, une vie au service des autres
Charly, premier prix de poésie

Tout le monde tombe d’accord là dessus, Charly est intelligent et travailleur « Le problème » racontent ses parents« à l’école, c’est que Charly travaillait uniquement les matières qui l’intéressaient. Depuis tout petit, ça a été un gamin actif, sportif, alors l’asseoir sur une chaise toute la journée pour lui parler de choses qui ne l’intéressaient pas toujours, c’était compliqué ».

Mais déjà, deux traits caractéristiques de sa personnalité s’affirment « à l’école primaire, il a gagné le premier prix de poésie. Déjà à cet âge, il était fait pour parler en public ». Et surtout, Charly aime rendre service « Régulièrement, ses professeurs nous disaient qu’il faudrait que Charly consacre un peu moins de temps à faire l’assistant social, et un peu plus à s’occuper de ses devoirs… » sourit son père.

Gendarme Hennard, garde à vous !
Charly-creuse-son-premier-trou Charly Hennard, une vie au service des autres
Charly creuse son premier trou

Charly se tourne vers un BEP Bioservices « Une formation ou on apprenait, entre autre, le nettoyage avancé de laboratoires de biologie, ce genre de choses. Quelque part, ça préfigurait sa profession future ». BEP en poche, Charly décide d’arrêter et de trouver du travail « On l’a poussé pour qu’il continue, et il est parti faire un bac pro agroalimentaire ».

Un soir, Charly rentre chez ses parents pour annoncer qu’il a enfin trouvé sa voie « Il nous a dit qu’il allait passer le concours de la gendarmerie. Je suis tombé sur mon fauteuil » glisse son père « clairement, je pensai qu’il n’avait pas les études pour ça. Mais il a travaillé dur, et il a eu son concours » et Monsieur Hennard de conclure sur un grand éclat de rire « je suis retombé sur mon fauteuil. »

Fin de l’histoire ? Non. Voilà l’aspirant gendarme Charly Hennard qui rentre chez lui un soir « il nous as annoncés que la gendarmerie, c’était pas son truc, et qu’il avait démissionné ».

Destins professionnels
Charly-mignon-petit-300x212 Charly Hennard, une vie au service des autres
Charly, mignon petit

« On lui a un peu mis la pression pour qu’il trouve du travail, et il faut dire qu’il s’est décarcassé. Il a trouvé un CDD dans une enseigne de grande distribution, et il s’est beaucoup plu. Ca s’est gâté après qu’il ait fait deux ans de CDD et qu’il ait été voir sa direction pour demander un contrat de travail à durée indéterminée. Son CDD n’a pas été renouvelé, et, du jour au lendemain, on n’a plus eu besoin de lui… »

Charly en se laisse pas démonter, et trouve une place dans une grande enseigne de pompes funèbres, comme chauffeur porteur « Je suis tombé dans mon fauteuil » rigole son père, « jusqu’au moment ou on s’est rendu compte que quelque chose avait changé. Charly rentrait le soir à la maison enthousiaste, nous parlait de ce qu’il avait fait. On appréhendais le côté funéraire, mais finalement, les pompiers l’avaient préparé à ça. »

La suite de l’histoire est connue : Charly monte un syndicat, est licencié, fait un procès, gagne.

Lire aussi :  Devenir franchisé Philae service funéraire !

« Bien sûr, la façon dont ça s’est fini nous laisse un goût amer » soulignent ses parents, « mais cette société a été une école de formation formidable ».

Une vie dans le funéraire
Charly-pompes-funèbres-hennard-jécoute Charly Hennard, une vie au service des autres
« Pompes funèbres Hennard, j’écoute »

Charly continue ensuite dans le funéraire, tout en passant une à une les formations « Il a quitté une entreprise ou il était, et il a décidé de se lancer à son compte. Il a passé le diplôme de chef d’entreprise, et a monté sa société. » les pompes funèbres Hennard étaient nées « on a eu du mal à trouver un magasin, mais c’est une amie, qui venait de cesser son activité de salon de coiffure, qui nous as proposés de nous louer le local. Et là, Charly s’apprête à ouvrir un second point de vente, avec l’aide d’un fleuriste avec qui il avait noué un partenariat. »

Tout cela doit maintenir Charly très occupé, il n’a plus le temps d’être pompier « Bien sûr que si ! Charly est incapable de tenir en place. Il continue de servir et tant que sapeur pompier, et quand on s’en étonne, il nous explique que ça le détend ». Entré chez leurs jeunes sapeur-pompiers en 1998, Charly y est toujours aujourd’hui. « C’est un bosseur, même quand il devrait s’arrêter et faire une pause, il en est juste incapable. »

Un parcours étonnant, donc, fait de volonté et de chance « Charly a rencontré des personnes qui l’ont aidé, et nous ne les remercieront jamais assez pour cela ».

S’il fallait conclure le résumé de ce parcours étonnant, quelle serait le mot de la fin de ses parents ? « Il nous as étonnés. Il peut être fier de lui. Nous, en tout cas, nous sommes très fiers de Charly ».

Merci à Béatrice et Jean-Michel

Lire aussi :  Service Catholique des Funérailles, nouvelle agence à Fréjus
Pompes Funèbres Hennard

Site Web : www.pompes-funebres-hennard.fr/

42 Rue Jean Jacques Rousseau

59195 HERIN

Tel : 03 27 27 09 02

Pompes Funèbres Hennard – Monier fleurs

146 Rue Henri Barbusse

59494 Petite-Forêt
Tel : 03 27 42 84 81

 

1 commentaire

  1. Charly Hennard, c’est vraiment de la « graine d’entrepreneur » cette « espèce » si rare qui, malgré les difficultés économiques actuelles n’hésite pas à prendre des risques pour gagner. Le choix professionnel de Charly est un choix murement réfléchi qui n’a rien à voir avec le fantasme de la « création d’entreprise » de ceux qui pensent naïvement que créer une affaire est chose facile et que le succès et la gloire viendront sans effort, en passant simplement quelques coups de fil et en surfant sur le net.
    Au cours de sa vie déjà bien remplie, Charly a observé, testé, expérimenté pour prendre une décision murement réfléchie sachant extraire des épreuves les plus pénibles de sa vie professionnelle ce qu’il y avait de plus précieux pour son projet, parce que Charly est un optimiste. Charly est ambitieux parce qu’il sait qu’il faut être ambitieux pour réussir mais Charly travaille « sans relâche » parce que la concurrence est rude et que sa réussite, loin d’être une obsession de prendre des parts de marché à ses confrères, viendra de son labeur, de sa disponibilité permanente, de son professionnalisme qu’il cultive au jour le jour parce qu’il sait que les marges de progrès sont constantes et enfin de l’innovation.
    Charly fait partie de ceux qui ont adopté le cercueil en carton sans hésitation et avec enthousiasme, intimement convaincu que ce concept, loin d’être un phénomène de mode comme le pensent encore certains correspond bien aux attentes d’une partie du marché et surtout, sera dans le futur, une nouvelle façon de rendre hommage à la vie des défunts par la personnalisation.
    Chez ARTCOFFINS, nous le remercions sincèrement parce que dans une région où certains poids lourds de la crémation « tournent encore autour du pot » en soufflant le chaud et le froid lorsqu’il s’agit d’accepter les cercueils en carton, Charly a su convaincre et a pu démontrer aux crématoriums OGF de Beuvrages et de Roost Warendin, à Maubeuge, à Caudry et plus récemment au crématorium d’Orchies que si le cercueil en carton nécessite de prendre quelques précautions dans sa conception et sa réalisation (il est vrai que l’on ne peut pas faire n’importe quoi en matière de sécurité), il n’est pas le produit susceptible de ravager les installations comme trop souvent certains l’ont affirmé, voire continuent à l’instiller.
    Encore bravo Charly et bonne chance.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here