Chêne ou olivier, le marronnier du souvenir

0
250
chene et gland

« L’arbre qui cache la forêt » Voilà une bonne expression française, gauloise. Bref. Cocorico. BZZZ (bruit du rembobinage). On est en septembre (cool c’est la rentrée), l’Obs s’agite, RTL chantonne, 20 min pianote, le Parisien défile et Rémi Féraud lui-même, maire du Xe Arrondissement de Paris twitte.

Que se passe t il ? une affaire feuillue. On dresse la liste des idées et propositions quasi validées-adoptées-célébrées en commémoration de ce jour précis. BZZZ (on rembobine jusqu’à aujourd’hui).

Entre autre, la plaque commémorative aux noms des victimes est sur la liste mais également 17 oliviers qui doivent se dresser place de la République.

L’olivier, parfum provençal, vous vous voyez déjà dans la pub Puget et la voix de Fernandel en bruit de fond. Symbole de réconciliation, de victoire. C’est parfait. Ca colle à l’image.
Oui mais voilà , (hormis le fait que l’Olivier dans la partie Nord ça n’est pas terrible) c’est surtout LE symbole de Paix judéo-chrétien par essence, et c’est le cas de le dire.

Finalement hier, au Parisien, le même Rémi Féraud expliquait :
« On a choisi un chêne car il incarne la force : il fallait qu’on inscrive dans la durée le souvenir de toutes les victimes sur cette place qui est devenue un lieu de mémoire et de recueillement »

Entre l’écorce et l’arbre : l’hommage végétal en otage

Mince moi qui étais déjà partie avec mon panier provençal sous le bras me voilà face à des glands.

Symbole de force, c’est incontestable. C’est aussi une figure puissante de Jupiter, Dieu Grec. Incorruptible, le chêne est l’arbre qui attire la foudre.

Lire aussi :  Service Catholique des Funérailles, nouvelle agence à Fréjus

Ou sont passés les Oliviers ? Vendus, perdus, disparus ? On a bien du mal avec l’hommage huileux à Paris. Déjà en solidarité avec les Palestiniens, on avait voulu planter un olivier. L’idée était là, l’autorisation moins.

C’est Michèle Alliot-Marie qui va être contente, elle qui porte l’association gaulliste les chênes depuis quelques années, les voilà en plein milieu de Paris.

Elle est peut-être là la main tendue des Socialistes aux Républicains tant espérée par le duo Valls/Raffarin.

Si on avait planté un peuplier, symbole funèbre qui représente les défunts, mais aussi symbole du peuple, ça aurait été plus simple.

Un arbre, c’est un arbre, peu importe sa signification. De ses racines jusqu’aux extrémités de ses branches qui s’élèvent dans le ciel, il est sans cesse symbole de renouveau mais aussi de longévité, et de liens entre nous, mortels, vivants, et eux, partis, mais à jamais gravés dans l’écorce du souvenir.

Par Sarah Paquentin

La petite gomme est une maison d’édition qui accompagne l’enfant dans des périodes complexes de sa vie, comme le décès d’un proche ou le divorce de ses parents.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here