Chronique, la nature assassine : Katrina

0
117

Suite de ma chronique consacrée à la nature qui se rebelle et qui, lorsqu’elle est en colère emporte avec elle tout sur son passage. Habitations, villes, histoire et populations. Hier je vous emmenais loin dans l’histoire, en l’an 79 lorsque le Vésuve entre en éruption et fait disparaître Pompéi. Aujourd’hui nous nous intéressons à un autre phénomène météorologique puisqu’il s’agit des cyclones. Tout le monde se souvient de Katrina…

Ce matin même dans ma review de la semaine, je vous emmenais en Louisiane à la découverte du Vaudou, mais la Louisiane est aussi tristement célèbre à travers le monde à cause de l’ouragan Katrina. J’ai dû chercher la date, car j’avoue je croyais que c’était il y a très peu de temps, en réalité cet ouragan meurtrier à eu lieu en 2005, il y a onze années déjà.

C’est deux jours avant l’arrivée du cyclone, que l’évacuation des régions côtières du sud de la Louisiane est ordonnée. Cependant, aucun plan d’évacuation n’est organisé correctement. Quelques jours plus tôt pourtant l’ouragan commence sa course comme une simple dépression tropicale sur les Bahamas combinée par l’association de l’onde tropicale et d’une autre dépression. Le centre national des ouragans « National Hurricane Center » considère cette dépression comme la même que la dépression tropicale Dix, avant de l’appeler Douze, soit la douzième de l’année. Le 25 août elle devient la 4ème tempête tropicale de l’année et née sous le nom de Katrina. Le jour même elle touche le sud de la Floride et passe au statut d’ouragan de catégorie 1.

Lire aussi :  Avis de décès - Madame Ginette PILLON

Mais Katrina ne s’arrête pas là et va prendre de la force et de l’élan dans le Golfe du Mexique et passe le 26 août en catégorie 2. Le 26 août le maire de la ville Ray Nagin facilite le départ de la population mais ne décrète pas une évacuation obligatoire pour des raisons économiques – peur des représailles des commerces et hôtels – comme en France avec le planning des vacances scolaires en somme.

Le lendemain cela s’accentue en catégorie 3 puis s’intensifie d’un coup pour passer en catégorie 5 en à peine quelques heures – neuf-.

C’est suite à l’appel du directeur du National Hurricane Center que le maire donne l’ordre d’évacuer obligatoirement à 9H30 heure locale le 28 août et met en place un refuge pour les personnes qui ne pourraient pas partir. Seulement ce fameux 28 août les dommages prédits par l’administration atmosphérique et océanique sont titanesques allant jusqu’à la destruction partielle voire totale de la moitié des habitations.

L’ouragan atteint les côtés à proximité de la Nouvelle Orléans vers 11h toujours heure locale. Son centre est large de 40 kilomètres. Au large on peut apercevoir des vagues de près de 11 mètres. Le 28 au soir, Katrina a déjà fait 9 morts.

Elle s’affaiblit à peine lorsqu’elle touche la côte de la Louisiane à 11H10 le 29 août en catégorie 3 avec des vents de 200km/h. Elle arrive sur les terres par le Sud-Est en s’étendant sur 90 km du centre de sa pression centrale. Elle entre définitivement dans les terres et ne déclinera que lorsqu’elle attendra la frontière entre la Louisiane et le Mississippi.

Lire aussi :  Avis de décès - Madame Thérèse PLANTÉ

Deux jours après, soit le 31 août, elle entre en cyclone extratropical et frappe l’est du Canada. Plus de 110 mm d’eau tombent sur le Québec.

La Nouvelle-Orléans est durement touchée et se retrouve jusqu’à 6 mètres sous le niveau de la mer.

Le bilan des victimes donné à titre indicatif s’allonge d’heures en heures. Un mois après, le 22 septembre, on compte plus de 140 000 sinistrés entre les Etats-Unis et la Louisiane qui restent hébergés dans des foyers d’accueil.

C’est l’un des plus puissants ouragans de l’histoire des Etats-Unis. 1 836 personnes sont mortes victimes des très fortes inondations et près de 108 milliards de dégâts ont été comptés.

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here