Chronique toussaint du monde : Mexique, Dia de Muertos

0
259

Dernier jour de la chronique consacrée à la toussaint dans le monde. Après le Japon, les Antilles, la Sicile et la Bolivie, bien évidemment je ne pouvais pas clore cette chronique sans vous emmener au Mexique. Vous vous souvenez du dernier James Bond et cette magnifique ouverture sur la fête des morts ? Alors c’est parti, on y retourne.

 « la muerte es un paso a la vida »

 « la mort est un passage vers la vie ».

La semaine passée je vous parlais du film d’animation, la légende de Manolo, une jolie histoire sur fond de fête mexicaine.  « Dia de Muertos », autrement dit La fête des morts, se déroule les 1er et 2 novembre. Il s’agit de l’une des fêtes  les plus importantes du pays.

Pour bien différencier, le 1er novembre est consacré aux âmes des enfants, et le 2 novembre à celles des adultes.

Un peu comme dans les autres pays où nous sommes allés cette semaine, c’est la tradition populaire qui domine. Elle veut que l’âme des morts revienne visiter sa famille durant toute la journée. A ce titre, les vivants font des offrandes. Tout comme au Japon, des autels sont installés à l’intérieur des maisons. On y retrouve de la nourriture bien sûr, mais aussi des cigarettes comme en Bolivie, propres à la culture latine. Des photos du défunt accompagnent les offrandes et bien sûr des fleurs, beaucoup de fleurs, surtout de  Cempasúchil.

On parle on parle mais…ça vient d’où ?

Ou plutôt…ça date de quand ? Et bien le rituel du dia de los muertos est vieux de plus de 3 500 ans bien avant l’arrivée des européens.  Il a en effet été pratiqué par les Mixicas, les Mayas ainsi que les Totonèques. Lorsque les espagnols ont conquis le Mexique, la fête existait déjà, elle était célébrée le neuvième mois du calendrier solaire mexica (durant le mois d’Août) et elle ne durait pas deux jours, mais un mois complet. Mais pour la faire coïncider avec leur fête des morts chrétiennes, la date a été changé pour le 1er novembre.

On y trouve quoi ?

Des « calaveras » ! Ce sont des figurines qui ont pour but de se moquer de la mort au travers de crânes, squelettes. Elles servent de décoration, certaines sont en sucre ou en chocolat. Tout est coloré et représentatif de la culture mexicaine.

calaveritas Chronique toussaint du monde : Mexique, Dia de MuertosD’ailleurs la culture populaire a vu arriver ces dernières années l’influence des États-Unis et donc d’halloween, il n’est donc pas rare de voir des enfants déguisés ce jour là mais au lieu des bonbons, ils vont chercher…des calaveras.

Des autels

Ils ont plusieurs niveaux, là encore, comme au Japon. Ces niveaux représentent les différents lieux traversés par l’âme des défunts.

On y retrouve :

  • Des photos du défunt
  • des objets personnels qui lui appartenaient
  • des bougies
  • un crucifix
  • du papier coloré et découpé ( un peu comme de la dentelle mais qui donne des motifs )offrandes-autel-mexique- Chronique toussaint du monde : Mexique, Dia de Muertos
  • des fleurs, en particulier des œillets d’Inde(« cempasúchil »)
  • de l’encens qui symbolise le passage de la vie à la mort
  • de la nourriture, en particulier du pain de mort(« pan de muerto »), des têtes de mort en sucre (« calaveras de alfeñique ») des fruits et du maïs qui symbolise la récolte.

« Tu devrais voir ça ! Des couleurs et de la musique partout. C’est très festif, on mange et s’amuse, tout est dans l’exagération pour aider à se moquer de la mort. Notre culture est comme ça, et je crois que le monde l’a bien compris. Aujourd’hui on observe un tourisme à cette période de l’année, les gens sont curieux, ils viennent voir comment on réussit à défier la mort, et on a coutume de dire  » No se puede negociar con la muerte, pero sí se puede hacer negocio con ella » autrement dit : On ne peut négocier avec la mort mais on peut faire des affaires avec elle. »  Marco pour Funéraire-Info

Mais encore ?

Les personnes qui malheureusement décèdent durant le mois précédent la fête ne reçoivent pas d’offrande. En effet elles n’ont pas encore eu le temps de demander la permission de retourner sur Terre.

Le 1er novembre, pour les enfants morts avant d’avoir été baptisés, les mexicains offrent des fleurs blanches et des cierges. Pour les autres enfants ils leurs apportent des jouets.

Pour les adultes en revanche il est apporté des bouteilles de tequila. – Je vais de ce pas me renseigner pour être enterrée là-bas

Comme en Bolivie, on retrouve des crânes un peu partout. Ils sont décorés, gravés du nom du défunt, mais on peut aussi manger dedans. Ne faîtes pas beurk, vous êtes nombreux à avoir des choppes de bières ou des shooter en forme de crâne chez vous, l’idée est la même.

Très poétique, afin de guider les âmes, un chemin de pétales de fleurs est réalisé de la rue jusqu’à l’autel. Les Mexicains, sont presque tous catholiques, et ils débutent ainsi leur journée en priant les défunts, et la terminent en buvant à leur santé.

Pourquoi on aime tant ça ?

L’UNESCO a classé cette fête au patrimoine Mondial en 2003. Les mexicains ont un rapport avec la mort on ne peut plus surprenant pour nous, occidentaux. Derrière le respect pour leur défunt, il y a surtout un beau pied de nez à la mort. La vie…résolument.

Merci à tous mes contributeurs, et si vous aussi vous voyagez pendant les fêtes de la Toussaint, ou si votre culture fête autrement cette fête des morts, n’hésitez pas à me communiquer tout ça. On laisse les défunts tranquille, et on les retrouve l’année prochaine.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.