Climat et alimentation : le réchauffement qui tue

1
73

Changement d’alimentation, poids des habitants : pour la première fois, une étude scientifique évalue l’impact du réchauffement climatique sur la baisse de la productivité agricole. Avec une facture à la clé : 529.000 morts supplémentaires dans le monde en 2050.

Parue dans la revue The Lancet, cette recherche est menée par une équipe britannique de l’université d’Oxford.  Qui dit réchauffement du climat dit phénomènes météo inhabituels, voire violents. On pense à des sécheresses ou à des pluies torrentielles. Évidemment, les récoltes en subiraient les effets.

La conséquence désastreuse serait que les quantités de nourriture produites pour nourrir les populations baisseraient « environ d’un tiers ». Très concrètement, estiment les chercheurs, on devrait alors moins pouvoir consommer de fruits, de légumes, de viande rouge qu’en 2010.

Toutes les régions du monde ne seraient pas touchées de la même manière. Les pays les plus exposés seraient ceux où le revenu est faible ou moyen. Ainsi, près des trois quarts des décès interviendraient d’abord en Chine (248.000 morts) et en Inde (136.000).  La baisse de consommation des fruits et légumes impactera de nombreuses régions du monde, mais c’est en Asie du Sud-Est et en Afrique que l’on mourra le plus d’un poids insuffisant.

Enfin, s’il fallait encore trouver une utilité à la récente Cop 21 à Paris sur le climat, la limitation des gaz à effet de serre pourrait diminuer la mortalité d’au moins 29%. Voire jusqu’à 71% selon les efforts des pays engagés.

Lire aussi :  Un gérant de pompes funèbres m'a tendu la main

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here