Coco, le film Disney/Pixar, une ode à la mort, une ode à la vie

0
552
Coco

Avec son froid, sa neige, ses biscuits de Noël et ses magasins de jouets bondés, le mois décembre, qui débutait hier, donne envie de rester au chaud chez soi. Mais pas aujourd’hui, on sort ! Séance pop-corn pour aller voir Coco le dernier film d’animation Pixar/Disney pour ces fêtes de fin d’année, qui nous plonge dans l’univers du jour des morts au Mexique

On vous a déjà partagé l’info, mais aujourd’hui on s’attarde sur le film Coco, qui nous invite à fêter les morts. Teaser :

Miguel a une passion : la musique, et une idole, feux Ernesto de la Cruz. Mais dans sa famille, la musique est proscrite depuis qu’un ancêtre a délaissé femme et enfant pour privilégier sa carrière. Il cultive donc sa passion en secret, mais entend bien prouver aux siens qu’il a autant de talent que son idole disparue.

En voulant emprunter sa guitare le jour de la fête des Morts, il est propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Monde des Ancêtres, où il se lie d’amitié avec le sympathique arnaqueur Hector. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel…

Une ode à la vie

Un peu sur le même mode que là-haut, les mondes se mélangent et amènent de la poésie colorée. On le sait au Mexique la Jour des Morts est une vraie fête où l’on trouve des offrandes et des photos des défunts. En général pour parler de la mort, on parle de la vie et là c’est l’inverse, pour parler de la vie, on parle de la mort. La fête est dessinée, chantée et mise en scène du début à la fin, une véritable bulle de joie.

L’art façon Pixar/Disney

Un film où la chaleur Mexicaine se ressent jusque sous le sapin. On est déjà venu vous parler de Dia De Muertos, et ce qui ressort en dehors des thèmes de la vie et de la mort, c’est la famille. Cela le rend donc totalement adapté à l’univers des fêtes de fin d’année. Une manière de parler de la mort aux antipodes des films de Tim Burton. C’est un film dont il a fallu travailler pendant six ans, pour s’imprégner de la culture locale et sortir des clichés. Un pied de nez à l’Amérique de Trump diront certains.

Coco, idéal pour parler de la mort aux enfants

Si j’aime ce film c’est aussi pour son approche de la mort par rapport aux enfants. Vous le savez j’ai beaucoup travaillé pour expliquer qu’il fallait dire la vérité aux enfants suivant leur âge etc – vous aurez les liens en fin d’article. Laissez voir le film aux enfants sans leurs faire un laïus qui risque de plomber l’ambiance ciné/pop-corn. Mais soyez à l’écoute si des questions arrivent après projection ou dans les jours qui vont suivre. « Est-ce que tu vas mourir ? Est ce que je vais mourir ? Est-ce que je vais être un squelette moi aussi ? Qu’est ce qui se passe une fois qu’on est mort ? Est ce qu’on les oublie ? Donc des questions existentielles, scientifiques, mystiques et émotionnelles. Parler du deuil c’est parler de la fin de toute chose, d’un non-retour. C’est aussi parler de la mémoire, et du souvenir. Car c’est là-dessus qu’appuie le film sur le fait que ça n’est pas la mort la fin; c’est l’oubli, d’ailleurs la chanson du film s’intitule «  Remember me ».

Disney/Pixar, une alliance qui détone entre créativité, humour et féérie, tous les ingrédients sont réunis pour vous faire passer d’excellentes fêtes de fin d’année avec Coco, que vous soyez grands ou petits.


La Petite Gomme : l’aide au deuil par la création et le souvenir

L’enfant endeuillé : le paramètre inconnu des obsèques

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.